Emmanuel Macron à Mulhouse pour s’engager contre le “séparatisme islamiste”

Quand :
18/02/2020 Jour entier
2020-02-18T00:00:00+01:00
2020-02-19T00:00:00+01:00
Où :
Mulhouse
Mulhouse
France

Emmanuel Macron se rendra à Mulhouse mardi 18 février. Un déplacement qui sera l’occasion pour le chef de l’état, de commencer à évoquer sa stratégie de lutte contre le “séparatisme” et le radicalisme islamiste. Deux dossiers hautement sensibles qu’il avait promis d’aborder au début de 2020 et qui ont fait l’objet d’un grand nombre de réunions interministérielles, ces dernières semaines.

Le président de la république est attendu dans le quartier de Bourtzwiller qui “concentre un certain nombre de problématiques“, comme la pauvreté ou la délinquance, et “où la République doit réaffirmer sa présence“, selon son entourage. Dans la matinée, il fera le point avec les forces de l’ordre, lors d’une réunion sur la question de la radicalisation. Suivra dans l’après-midi, une table ronde avec des représentants d’associations sociales, culturelles, religieuses ou sportives, mais aussi des élus, des chefs d’entreprise et des habitants. L’occasion d’échanger sur des pistes de travail et des solutions pour une “reconquête républicaine” des quartiers, basée sur des services publics plus présents et efficaces et sur le réseau associatif.

La destination choisie ne doit rien au hasard. Mulhouse abrite en effet la plus grande mosquée en construction en France, gérée par une association liée à la mouvance française des Frères musulmans, adeptes de l’islam politique. Celle-là même qu’Emmanuel Macron entend combattre, au nom de la lutte contre le communautarisme. Ce lieu symbolise aussi le financement de l’islam de France par l’étranger. Son budget de l’ordre de 28 millions d’euros étant financé par Qatar Charity, une ONG du Qatar.

Selon Le Parisien, le chef de l’État est prêt à “abattre ses cartes” et à faire des annonces en marge de ce déplacement. Accompagné du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, du secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, de Gabriel Attal (Jeunesse) et de Roxana Maracineanu (Sports), il a prévu de s’exprimer sur le financement des lieux de culte, notamment depuis l’étranger, sur la scolarisation d’enfants dans des écoles hors-contrat et la structuration de l’islam de France. Le chef de l’État ne devrait en revanche pas s’aventurer sur les dossiers très sensibles de la laïcité et du port du voile ou sur une réforme de l’organisation de l’islam de France, actuellement à l’étude.

 

Posted in .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *