La COP 25 s’ouvre à Madrid

Quand :
02/12/2019 – 13/12/2019 Jour entier
2019-12-02T00:00:00+01:00
2019-12-14T00:00:00+01:00
Où :
l'IFEMA
Madrid
Espagne

La conférence de l’ONU sur le Changement climatique, la COP 25 se tient à Madrid du 2 au 13 décembre. Initialement prévue au Brésil, puis récupérée par le Chili, la conférence a finalement été délocalisée à Madrid en raison des mouvements sociaux qui ont secoué le pays. 196 pays, réunis dans la capitale espagnole sont appelés à relever leurs ambitions climatiques, à commencer par les plus gros pollueurs dont l’Union européenne.  Il s’agit de finaliser tous les mécanismes qui mettront en musique l’accord de Paris signé par 197 pays , explique Pierre Cannet, spécialiste climat de WWF. Parmi eux, la mise en place d’un marché carbone, ou du système de compensation pour les pays les plus vulnérables au réchauffement climatique, alors qu’ils n’y ont pas contribué. C’est le cas du Vanuatu, nation du Pacifique sans industrie, menacé de submersion.

MISE A JOUR 

Lundi 2 décembre

Discours d’ouverture du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres

Intervention du Premier ministre français, Edouard Philippe, lors de la table-ronde des Chefs d’Etat et de Gouvernement 

Un enjeu : le relèvement général de l’ambition

Un autre enjeu moins consensuel attend les participants : celui du relèvement général de l’ambition. Et les Etats n’ont jamais été aussi loin du compte. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont progressé de 1,5 % par an en moyenne au cours de la dernière décennie pour atteindre un record historique l’an dernier. Et aucun signal ne laisse présager un changement de trajectoire de ces rejets.

A moins d’un an de l’échéance fixé par l’accord de Paris, un seul pays a rendu sa copie : les îles Marshall. Soixante-huit Etats (Chili, Mexique, Argentine, Fidji, etc.) se sont engagés à rehausser leurs efforts avant la fin de l’année prochaine, mais ils ne représentent que 7 % des émissions de CO2. Manquent à l’appel les grandes puissances, celles du G20 notamment qui pèsent pour 80 % des émissions globales. Le sujet devrait pourtant être tranché d’ici le Conseil européen des 12 et 13 décembre, qui coïncide avec la fin de la rencontre climatique.

Cette COP25 ouvre une séquence « climat » qui devrait se prolonger durant l’année 2020, avec l’UE aux manettes : la nouvelle Commission européenne dirigée par l’allemande von der Leyen s’est en effet donnée 100 jours pour mettre en place un nouveau « Green Deal », qui devra donc être finalisé en mars 2020.

Les Etats-Unis aux « abonnés absents »

Plus de quarante chefs d’Etat et de gouvernement assisteront à l’ouverture de la COP25 à Madrid ce lundi. La France sera représentée par le premier ministre Edouard Philippe, accompagné de la secrétaire d’Etat Brune Poirson. « Emmanuel Macron, déjà absent en Pologne lors de la COP24 en 2018, aurait dû se rendre à Madrid pour donner du poids à la voix française et contrecarrer les attaques contre l’accord de Paris », dénonce Clément Sénéchal, chargé de campagne Climat à Greenpeace France.

Les Etats-Unis de Donald Trump, qui ont officialisé début novembre leur intention de se retirer de l’accord de Paris sur le climat, seront eux représentés par une simple diplomate. La chef du bureau pour les Océans et les Affaires scientifiques et environnementales internationales, Marcia Bernicat, « sera à la tête de la délégation des Etats-Unis » qui participera au sommet de l’ONU.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2019/12/Overview-Schedule_COP25.pdf »]

Posted in .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *