Retraites : trois jours de mobilisation successifs

Quand :
14/01/2020 – 16/01/2020 Jour entier
2020-01-14T00:00:00+01:00
2020-01-17T00:00:00+01:00

L’intersyndicale formée par la CGT, FO, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse appelle à de nouvelles journées d’action interprofessionnelle de grèves et de manifestations les 14, 15 et 16 janvier pour obtenir le retrait de la réforme des retraites.“Non seulement l’âge pivot n’est pas retiré, mais en plus le Premier ministre confirme sa détermination à reculer l’âge de départ à la retraite en refusant toute augmentation de cotisation sociale”, ont écrit ses membres samedi dans un communiqué, après les annonces d’Edouard Philippe. Et l’intersyndicale d’appeler  à “organiser des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, en rejoignant massivement par la grève le mouvement le 14 janvier “. Les syndicats appellent également à “poursuivre les actions et la mobilisation le 15 et à faire du 16 une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations.”

Une nouvelle journée d’action le 16 janvier

Après six semaines de conflit, les syndicats opposés à la réforme des retraites organisent ce jeudi 16 janvier une nouvelle journée de manifestations. Un test pour la suite du mouvement qui tente de s’élargir au-delà des transports où la grève s’essouffle, en attendant un nouveau rendez-vous dans la rue le 24 janvier.  Ce sera la sixième journée , après celles des 5, 10 et 17 décembre, 9 et 11 janvier. L’enjeu pour les syndicats est de retrouver une mobilisation conséquente, après une journée d’actions locales mardi peu suivie et des journées nationales en recul : le 11, janvier la police avait dénombré 149 000 manifestants après 452 000 le 9 janvier et 805 000 au premier jour, le 5 décembre.

Les manifestations

Le cortège parisien

Des cortèges défileront dans toute la France. A Paris, la manifestation nationale partira de Montparnasse (Pl. du 18 juin 1940), à 13h30, en direction de la place d’Italie, en passant par Port-Royal et les Gobelins.

Comme cela est le cas depuis plusieurs semaines, la préfecture de police de Paris a pris par arrêté, des mesures visant à assurer la sécurité des manifestants et, à prévenir les violences et dégradations en marge du cortège. Un nouvel arrêté interdit ainsi de nouveau aux “gilets jaunes” et personnes apparentés plusieurs secteurs de la capitale, toujours plus nombreux : Champs-Élysées, Palais de l’Élysée, ministère de l’Intérieur, Hôtel Matignon, Île de la Cité, Assemblée Nationale, Trocadéro, Champ-de-Mars, Sénat, forum des Halles, gare Saint-Lazare et “Grands Magasins”. Un second arrêté interdit une nouvelle fois l’ouverture des commerces le temps de la manifestation.

Les cortèges en régions

Des rassemblements importants sont prévus ce 16 janvier dans plusieurs grandes villes de France. Une nouvelle manifestation est organisée dans les rues de Lyon. Rendez-vous est donné à partir de 11h00 à proximité de la Manufacture des Tabacs. Le cortège devrait s’élancer vers11h30 pour rejoindre la place Bellecour en passant par le cours Gambetta, le pont de la Guillotière, la rue de la Barre. A Marseille, la manifestation s’élancera à 10h30 du Vieux-Port en direction de la porte d’Aix. Des rendez-vous sont programmés aussi à Toulon, Arles, Avignon, Nantes, Toulouse… Pour connaître l’ensemble des manifestations annoncées, rendez-vous sur la carte interactive de la CGT.

Les secteurs concernés

Les cortèges devraient compter une nouvelle fois beaucoup d’enseignants en dépit de l’ouverture lundi des négociations en vue d’une loi de programmation de revalorisations salariales. La mobilisation des instituteurs et profs dans les cortèges contre la réforme des retraites sera particulièrement scrutée aujourd’hui, après l’annonce par Jean-Michel Blanquer d’“augmentations importantes dès 2021”, notamment des hausses de salaires de 70 à 90 euros net par mois en début de carrière.

Pour relancer le mouvement, la CGT a aussi lancé dans la bataille les dockers avec une opération “ports morts” dans les sept grands ports maritimes français. Elle devrait se poursuivre la semaine prochaine.

Les avocats seront également présents dans les cortèges de manifestation.  La profession a certes obtenu mercredi du gouvernement le maintien d’”une caisse propre à leur profession”, mais cet aménagement ne satisfait pas le Conseil national des barreaux. Christiane Féral-Schuhl, sa présidente s’est exprimée sur les motifs de manifestation des avocats : “Nous cotiserons plus pour recevoir moins.” Et de poursuivre : “Laissez-nous nos régimes, ils sont bien gérés, excédentaires et ne coûtent pas un centime à la collectivité. (…) Et qu’on ne vienne pas nous dire que nous ne sommes pas solidaires”, s’agace t-elle. Dans la nuit de mercredi à jeudi, des avocats ont d’ailleurs campé à l’intérieur du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour une occupation nocturne.

 

Rassemblement Fonction publique le 15 janvier

Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FA, FO, FSU, Solidaires de la fonction publique appellent les fonctionnaires et agent-e-s publics à se rassembler le 15 janvier 2020 devant Bercy à midi.

Des actions de grève, de convergences interprofessionnelles  le 14 et le 15 janvier 

Après l’annonce par Édouard Philippe du retrait de l’âge pivot, certains syndicats dénoncent “une fausse mesure“, et comptent bien durcir leurs actions les 14 et 15 janvier. Avec les pratiques que l’on connaît de blocages des raffineries de pétrole par exemple, ou des coupures d’électricité de la part des agents EDF”. “Pour le moment, nous relayons les appels à la grève dans les raffineries, qui créent des pénuries partielles dans les stations. Mais nous nous posons la question de l’arrêt total des installations pétrolières, si rien ne change“, prévient Thierry Defresnes, délégué syndical central CGT Total. De tels arrêts pourraient engendrer “une pénurie bien plus marquée que celle existant actuellement“, assure le syndicaliste.

Une colère partagées par d’autres corps de métiers, notamment les enseignants. “Nous confirmons donc les appels à la manifestation du 14, 15 et 16 janvier, et nous allons même durcir le ton”, explique Francette Popineau, secrétaire générale de Snuipp-FSU. “Au-delà de la grève, il y aura des rassemblements, des actions de ralliement à d’autres corps de métiers, par exemple pour bloquer des dépôts de bus, des raffineries ou des transporteurs”. Les avocats, eux non plus, ne comptent pas baisser leur garde.  “Nous avons lancé toute une série de mots d’ordre, comme les renvois d’audience ou la suspension des désignations d’avocats dans les permanences pénales pour les auditions, les demandeurs d’asile, les justiciables qui ont besoin de nous”, indique à l’Express, Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux.

Le syndicat CGT de la Banque de France a annoncé quant à lui le dépôt d’un préavis de grève “reconductible bloquante à partir de lundi dans deux centres fiduciaires de la banque en Ile-de-France et dans les Hauts de France, qui traitent plus du quart des billets du pays.

A Paris, une manifestation partira  à 14h00 du métro École Militaire en direction de Rue du Bac.

Télécharger (PDF, 55KB)

 

Posted in .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *