Sommet du G7 Biarritz

Quand :
24/08/2019 – 26/08/2019 Jour entier
2019-08-24T00:00:00+02:00
2019-08-27T00:00:00+02:00
Où :
Centre de congrès de Bellevue
Place Bellevue
64200 Biarritz
France

Du 24 au 26 août, la station balnéaire de Biarritz deviendra la capitale diplomatique du monde en accueillant, sous les auspices d’Emmanuel Macron, un sommet du G7. Au total, 24 délégations étrangères sont attendues, avec en têtes d’affiche les dirigeants du G7 : l’Américain Donald Trump, l’Allemande Angela Merkel, le Japonais Shinzo Abe, le Canadien Justin Trudeau, le Britannique Boris Johnson et l’Italien Giuseppe Conte. Ils seront accueillis par le président français le samedi 24 août pour un dîner informel à l’hôtel du Palais, un majestueux palace qui domine l’Atlantique. Seront également présents les représentants de l’Union européenne et des grandes organisations internationales, comme l’ONU, le FMI ou l’OMC. Et Pour la première fois lors de cette édition 2019, les dirigeants et chefs de gouvernement des pays invités.

A propos du sommet du G7

Sept pays sont membres de droit du G7 : l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, et le Royaume-Uni. L’Union européenne est également associée à ses travaux depuis 1977. Chaque année la Présidence du G7 est assurée par un des sept Etats qui en définit les grandes orientations. La France qui l’assure  jusqu’au 31 décembre 2019, accueille le sommet à Biarritz du 24 au 26 août 2019. Ce n’est pas la 1ère fois qu’elle préside ce sommet, c’est même elle qui l’a lancé, il y a 44 ans.

 

Un sommet sous haute tension

Pour ce premier G7 organisé en France depuis 2011, les autorités ont prévu “une mobilisation exceptionnelle” des forces de l’ordre, selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Dès le 19 août, les “anti-G7″qui regroupent deux plateformes : “G7 Ez”  implantée des deux côtés de la frontière, et “Alternatives G7”, qui réunit des organisations d’envergure nationale et internationale, s’installeront à Urrugne, à quelques kilomètres de la frontière espagnole. Sont également attendues : des organisations altermondialistes comme le Crid, Oxfam, des écologistes (Les Amis de la Terre, Sortir du nucléaire, etc.), des organisations sociales (LGBT, militants pour les droits de femmes, etc.) mais aussi des partis politiques (La France insoumise, EELV, NPA). Alors que les organisateurs ont assuré ce lundi qu’ils n’entendaient provoquer aucune dégradation ou confrontations avec les forces de l’ordre lors des manifestations prévues, la présence autour du contre-sommet de “black blocs”, est envisagée par les autorités.

Un format renouvelé

A l’issue du G7 de la Malbaie (Canada), fin 2018, Emmanuel Macron avait affiché sa volonté de “réformer le format” de ce rendez-vous annuel qu’il avait qualifié de “théâtre d’ombres et de divisions“. Le chef de l’état a ainsi souhaité que la présidence française du G7 soit l’occasion de faire évoluer en 2019 le format du groupe. La décision a été prise de favoriser l’émergence de “coalitions de pays acteurs” désireux de “proposer des solutions concrètes sur les grands défis”, comme la lutte contre les inégalités, priorité affichée de Paris, la lutte contre le réchauffement climatique ou la coopération avec l’Afrique. La France a ainsi décidé d’associer au G7 des partenaires clés pour répondre à ces enjeux :  l’Afrique du Sud et son Président Cytil Ramaphosa,  l’Australie et son Premier Ministre Scott Morrison, le Chili et son Président Sebastián Piñera et l’Inde et son Premier Ministre Narendra Modi.

La présidence française a également souhaité nouer un partenariat avec l’Afrique. Outre l’Afrique du Sud, quatre pays qui jouent un rôle moteur sur le continent et qui sont des acteurs de la coopération multilatérale, attachés à la préservation de la biodiversité et à une mise en œuvre ambitieuse de l’Accord de Paris sur le climat, sont conviés au Sommet de Biarritz.

  • le Burkina Faso et son Président Roch Marci Christan Kaboré, qui préside en 2019 le G5 Sahel ;
  • l’Egypte et son Président Abdel Fattah al-Sissi, actuel président de l’Union africaine (UA) ;
  • le Sénégal et son Président Macky Sall, en qualité de président du NEPAD [Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, l’agence de développement de l’Union Africaine] ;
  • le Rwanda et son Président Paul Kagame, qui a exercé en 2018 la présidence de l’UA.

Ont également été associés aux travaux du G7, des acteurs clés de la société civile, notamment des personnalités engagées dans la lutte contre les violences et les discriminations, l’accès des filles à l’éducation et l’entrepreneuriat féminin, au sein d’un  Conseil Consultatif pour l’égalité femmes-hommes.

La lutte contre les inégalités, comme fil rouge

La lutte contre les inégalités”est la priorité de ce  G7 2019. La présidence française a fixé dans ce cadre cinq grandes priorités :

  • Lutter contre les inégalités de destin : pour donner sa chance à chacun, quel que soit son genre, origine…
  • Lutter contre les inégalités liées à la dégradation de l’environnement. Le G7 abordera les inégalités environnementales, en rappelant l’attachement de la France à l’accord de Paris et en mettant l’accent sur la “finance climat” et la protection de la biodiversité, ainsi que sur la préservation des océans, dans la continuité de la présidence canadienne.

  • Lutter contre le terrorisme, en priorité son financement  (mise en oeuvre de l’agenda de Paris sur le financement du terrorisme, liste d’engagements pour lutter contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes, combattants terroristes étrangers), en particulier sur le continent africain.
  • Lutter contre les inégalités avec un partenariat renouvelé avec l’Afrique. L’un des premiers objectifs du sommet du G7 de Biarritz sera de renforcer les liens avec l’Afrique. Cette alliance associera les pays africains les plus impliqués dans la promotion du multilatéralisme, de la paix et de l’intégration régionale, et ceux qui sont en pointe sur l’action climatique.
  • Lutter contre les inégalités, par le développement du numérique et de l’Intelligence artificielle.

Les sujets qui fâchent

Le sommet tombe à pic pour échanger sur les grands dossiers de l’actualité qui fâchent : la taxation des géants du numérique, sur laquelle s’opposent Donald Trump et Emmanuel Macron, la guerre commerciale entre Washington et Pékin, qui inquiète capitales et marchés, ou encore les tensions américano-iraniennes qui menacent d’enflammer le Golfe.

Absente du sommet, l’Iran devrait se trouver au coeur des discussions. L’accord sur le nucléaire iranien sera particulièrement évoqué au cours du week-end. “On doit avoir une discussion au sommet sur comment on gère le dossier iranien, on a des vrais désaccords au sein du G7″, a souligné Emmanuel Macron mercredi, au cours d’une rencontre avec les journalistes de l’Association pour la presse présidentielle .Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a d’ailleurs prévu de rencontrer vendredi le président français Emmanuel Macron à Paris, en amont du G7.

À l’instar de l’Iran, la Chine n’est pas représentée au sein du groupe des 7. Mais comme le pays du Moyen-Orient, l’Empire du Milieu devrait largement occuper les discussions de ce week-end. Du fait du poids économique des deux pays, ce conflit pourrait enrayer l’économie mondiale. Une problématique qui ne concerne donc pas seulement les États-Unis et la Chine, et qui touche mécaniquement les pays du G7, qui détiennent environ deux tiers des richesses mondiales.

 

 

Le Brexit au centre des attentions

En présence du nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne va être un point incontournable du sommet à Biarritz. Reçu ce jeudi par Emmanuel Macron, le chef du gouvernement de sa Majesté a déclaré à son arrivée à l’Élysée qu’il “(voulait) un accord” de sortie, tout en rappelant que son pays quittera l’UE le 31 octobre, quelle que soit la situation, avec ou sans accord. Face à lui, le président français, Emmanuel Macron, bien qu’inflexible sur une possible renégociation de l’accord de sortie, a estimé qu’une solution pourrait être trouvée “d’ici 30 jours” sur la question de la frontière irlandaise. Rejoignant en cela la chancelière allemande que Boris Johnson avait rencontré la veille, pour évoquer ce même sujet. Les trois dirigeants se retrouveront samedi soir pour le dîner des chefs d’États et de gouvernement du G7, avec à leur table Donald Trump, qui soutient avec fermeté un Brexit sans concession envers l’Union européenne.

Le programme officiel

L’Elysée a communiqué mercredi 21 août le programme officiel détaillé du sommet du G7. Un programme chargé, orchestré à la minute près. ll débutera officiellement, samedi soir à 19h30, par l’accueil des dirigeants du G7 par Emmanuel Macron avant un dîner informel. Le président français clôturera le sommet par une conférence de presse lundi 26 août, à 15 heures.

Posted in .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *