L’agenda politique

Oct
23
lun
Les 28 ministres du travail de l’UE s’accordent sur la réforme de la directive « travailleurs détachés » @ Luxembourg
Oct 23 Jour entier

Mise à jour : un accord trouvé sur la réforme du travail détaché

Les 28 ministres du Travail de l’UE ont trouvé lundi 23 octobre, dans la soirée, un accord sur la révision de la directive du travail détaché. Seules la Pologne, la Hongrie, la Lituanie et la Lettonie ont voté contre le texte de compromis, discuté pendant plus de douze heures, tandis que la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie et la République tchèque, rétifs aux modalités de cette révision, ont finalement basculé dans le camp français.

Oct
26
jeu
Le Parlement européen se prononce sur la réforme « travail détaché » @ Parlement européen
Oct 26 Jour entier

La révision de la directive sur travail détaché a franchi une première étape décisive lundi 16 octobre au Parlement européen, où un texte de compromis a été voté à une large majorité en commission de l’Emploi et des Affaires sociales. Cette étape franchie, le Parlement européen doit encore, le 26 jeudi octobre, définitivement arrêter en séance plénière sa position. Un prélude indispensable à l’ouverture de négociations avec les états membres de l’union européenne.

Nov
6
lun
Projet de loi de ratification des ordonnances : audition des syndicats @ Assemblée nationale
Nov 6 @ 3:00

Lundi 6 novembre, à 15h00, la commission des affaires sociales de l’Assemblée auditionne Les organisations représentatives des salariés sur le projet de loi de ratification des diverses ordonnances de réforme du travail, prises sur le fondement de la loi d’habilitation à prendre les mesures pour le renforcement du dialogue social. Bien que divisées sur la réforme du code du travail, les représentants de la CFDT, de FO et de la CGT ont unanimement dénoncé lors de cette audition, les « grands dangers » de la rupture conventionnelle collective qui, permet, pour toutes les entreprises, de définir un cadre de départs volontaires pour des salariés, sans justifier d’un motif économique. Un moyen, pour ces syndicats de mettre en place des plans sociaux déguisés et de se débarrasser à peu de frais des collaborateurs les plus âgés.

« Cela permettra d’avoir une gestion ‘extrêmement souple’, comme disent les DRH, de la gestion des plus de 50 ans », pointe Véronique Descacq, secrétaire générale de la CFDT. « Il n’y aura pas un vrai accompagnement des gens qui quitteront l’entreprise par ce biais », regrette de son côté Michel Beaugas, secrétaire confédéral de FO. Pour le représentant de la CGT, Fabrice Angei, « c’est une façon de contourner les plans sociaux et les PSE… »

 

 

Nov
18
sam
Premier congrès de la République En Marche @ Eurexpo
Nov 18 Jour entier

La République En Marche (LaREM) tiendra son premier congrès à Lyon, le samedi 18 novembre. A l’ordre du jour de cette convention, l’élection par le Conseil de LaREM, de son délégué général et de son bureau exécutif. Sorte de parlement du parti, le Conseil qui détermine les principales orientations politiques du mouvement est composé au total de 750 membres, dont 45% de femmes. On y trouve, des élus (sénateurs, membres du gouvernement, élus locaux), et 25% d’adhérents non élus tirés au sort.

Le Délégué Général et les 20 membres du Bureau exécutif, le gouvernement du parti, seront élus au scrutin à un tour à la majorité simple des suffrages par le Conseil pour un mandat de 3 ans. Le vote se déroulera prioritairement à main levée, sauf demande contraire d’au moins un quart des membres du Conseil et approbation de la majorité des votants. Seul candidat en lice à la fonction de délégué général, Christophe Castaner, actuel porte-parole du Gouvernement, doit être en toute logique désigné par le Conseil.

Quant au bureau exécutif, la  République En Marche a validé le 6 novembre dernier, la candidature de quatre listes de 20 membres en vue de l’élection :

Liste 1 : En Marche Citoyen

Liste 2 : En Marche pour la Vie

Liste 3 : Territoires, en Marche ! 

Liste 4 : En Marche #AvecCasta ! 

Le vote, là encore, ne devrait être qu’une simple formalité : les statuts prévoyant que la liste arrivée en tête rafle l’intégralité des sièges.Celui qui remporte l’élection remporte tous les sièges, c’est un choix assumé afin d’éviter les problèmes de gouvernance, explique Arnaud Leroy, membre de l’actuel direction collégiale. La liste 4 est la seule à comporter des figures d’envergure nationale. Elle se dirige vers une victoire. Sauf retournement de situation, peu probable, la nouvelle direction issue du congrès à Lyon serait ainsi composée de :

  • Richard Ferrand, ancien secrétaire général d’En Marche !, et actuel patron du groupe des députés LaREM ;
  • François Patriat, son homologue, ancien socialiste et patron des sénateurs de La République en Marche ;
  • huit autres parlementaires, tous députés. Parmi eux, Laëtitia Avia (Paris), Pierre Person (Paris) ou encore Sophie Errante (Loire-Atlantique) ;
  • mais aussi des adhérents non élus : le trésorier du mouvement Cédric O ou le communiquant Claude Posternak ;
  • ainsi que des élus locaux et des référents du mouvement.

Les statuts prévoient en outre que dix autres membres du bureau exécutif seront désignés parmi la « société civile », après le scrutin. D’après Arnaud Leroy, ils seront choisis par Christophe Castaner.

Plusieurs acteurs de premier plan de la majorité s’exprimeront lors de ce rendez-vous : le Premier ministre, Edouard Philippe, le ministre de l’Intérieur et ex-maire de Lyon Gérard Collomb et la secrétaire d’État en charge de l’égalité homme-femme, Marlène Schiappa. Après les votes à huis clos, le nouveau délégué général prononcera un discours devant les 750 membres du conseil. Invité à Lyon par la direction du mouvement présidentiel, François Bayrou prononcera également un discours.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/Présentation-des-candidatures-à-la-fonction-de-Délégué-Général-et-au-Bureau-exécutif.pdf »]