Amiante : chronique de morts annoncées

 

 

L’amiante pourrait encore tuer des dizaines de milliers de personnes en France d’ici à 2050 : jusqu’à 100.000 d’après les estimations du Haut Conseil de la Santé Publique. Très prudent dans son rapport, le HCSP propose d’abaisser le taux le seuil de déclenchement des mesures de protection à 2 fibres par litre à l’horizon 2020.

L’amiante n’a semble t-il pas fini de faire des victimes. Les chiffres énoncés dans le dernier rapport du Haut Conseil de la Santé Publique, mis en ligne le 14 août dernier, ont en tous cas de quoi inquiéter.

Selon le HCSP, le nombre de décès à venir par cancers du poumon liés à l’exposition à l’amiante, serait de l’ordre de 50 à 75.000, auxquels s’ajouteront de 18 à 25.000 cancers dus au mésothéliome. Au total d’ici à 2050, l’exposition à l’amiante pourrait ainsi faire entre 68.000 et 100.000 victimes d’un cancer du poumon ou de la plèvre. Sans compter les décès liés à d’autres types de cancers, pour lesquels la responsabilité de l’amiante est aujourd’hui avérée.

Un résultat en nette progression par rapport aux chiffres communiquées par l’HCSP, pour la période 1955-2009, au cours de laquelle le nombre de décès attribuable à une exposition à l’amiante était déjà compris entre 61.300 et 118.400.

Bien que rendant compte de son inquiétude, le Haut Conseil de la santé publique se montre très prudent dans son rapport sur l’abaissement du seuil de déclenchement des mesures de protection contre l’amiante, fixé actuellement à 5 fibres par litre d’air.

Saisi en 2010 par les autorités sanitaires pour se prononcer sur la définition d’un nouveau seuil de déclenchement des travaux de désamiantage ou de confinement des matériaux amiantés, le HSCP avait  à l’époque proposé de ramener ce dernier à 2 fibres par litre dès 2015, puis à 1 fibre en 2020. Mais, aujourd’hui, il juge “illusoire” d’abaisser ce seuil, “tant que la réglementation actuelle n’est pas correctement appliquée”.

Selon le HSCP, cette révision du seuil n’aura en effet d’intérêt qu’une fois appliquées les recommandations formulées précédemment : prise en compte de tous les matériaux ou produits contenant de l’amiante dans les repérages, les mesures, l’aspect environnemental, etc.

 » Un abaissement prématuré pourrait même être contreproductif, car conduisant à une augmentation sensible des analyses, des travaux et des déchets à gérer, dans un contexte de manque de préparation aux risques induits «  ajoute le Haut conseil qui préconise de baisser le taux à 2 fibres en première instance à partir du 1er janvier 2020.

Le rapport du HSCP est consultable ici.

Posted in Santé sécurité au travail and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *