BTP : recherche main d’œuvre qualifiée à l’horizon 2022

BTP

 

Selon les projections d’un rapport récent de la Dares, l’emploi dans le BTP pourrait bien être littéralement boosté dans les années à venir. Le secteur pourrait offrir quelques 554.000 postes à l’horizon 2022, dont 128.000 créations d’emploi sur la période 2012-2022. Un scénario, qui bien que profitant avant tout aux cadres, ne laisse pas les ouvriers qualifiés sur le bord de la route.

Gel des embauches, suppression de postes… le secteur de la construction mis à mal n’en finit plus de panser ses plaies. Et pourtant, si l’on en croit le rapport de la Dares sur « les métiers en 2022 », le BTP serait bien une filière d’avenir.

Selon le scénario central développé par ce rapport, les métiers du BTP gagneraient ainsi 128.000 emplois entre 2012 et 2022, soit une hausse de 0,7 % par an en moyenne. Ce chiffre pourrait même grimper à 150.000 en cas de rebond de l’économie.

L’accroissement du nombre de ménages, l’adaptation des logements au vieillissement et à la dépendance, les exigences environnementales croissantes, sont autant de facteurs qui permettront de dynamiser « sur le moyen-long terme » l’emploi dans le secteur. Et ce, même si cette dynamique reste très sensible à la conjoncture.

Une autre partie de ces créations de postes résulterait des départs en fin de carrière estimés à 426.000 sur la période 2012-2022. Ils devraient concerner chaque année 2,2 % des personnes employées dans le secteur.

Si l’on additionne les créations nettes d’emploi et ces départs, ce sont au total 554.000 postes qui seront à pourvoir dans la construction à l’horizon 2022, soit 2,8 % des effectifs du domaine chaque année.

Cette dynamique devrait profiter plus spécialement aux techniciens, agents de maîtrise et cadres. Elle serait particulièrement élevée chez ces derniers et parmi les architectes (3,5 %), en raison de nombreuses créations d’emplois.

Dans une moindre mesure, les ouvriers qualifiés devraient bénéficier de cette embellie, en raison notamment des taux de départ de ces catégories qui pourraient atteindre 2,6 % par an dans le second oeuvre ou les Travaux Publics.

Le nombre de postes à pourvoir devrait être en revanche beaucoup plus faible parmi les ouvriers du BTP peu qualifiés, en raison d’une hausse limitée de l’emploi conjuguée à des départs en fin de carrière réduits (second oeuvre 1,4 %, gros oeuvre 1,5 %, béton 1,9 %). Les embauches devraient cependant rester nombreuses sur ces postes soumis à un fort
turnover.

Le rapport de la Dares est Ici.


Posted in Uncategorized and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *