Édouard Philippe déroule le plan pour l’investissement et la croissance des entreprises

En déplacement dans les deux Sèvres, Édouard Philippe a dévoilé les grands axes du plan du gouvernement pour l’investissement et la croissance des entreprises. Baisse progressive de l’impôt société, suppression du CICE, refonte de la fiscalité sur les revenus de l’épargne, disparition de l’ISF dans sa forme actuelle. Retour sur les annonces phares du Premier ministre.

Une semaine après la présentation d’un plan en faveur des indépendants, c’est depuis  Saint-Symphorien dans les Deux-Sèvres que le Premier ministre a dévoilé ce lundi matin, en compagnie du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, son plan d’action pour l’investissement et la croissance des entreprises. « Nous réformerons en profondeur la fiscalité du capital, qui pèse sur les entreprises comme sur les ménages », a promis le chef du Gouvernement, lors de sa visite à l’usine Poujoulat, groupe spécialisé dans la fumisterie.

La fin du CICE

Le taux du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) sera abaissé d’un point l’an prochain avant d’être transformé en 2019 en un allégement pérenne de cotisations patronales, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron pendant sa campagne. En 2018, il sera ainsi calculé sur 6% de la masse salariale jusqu’à 2,5 fois le SMIC, et non plus 7% comme c’était le cas cette année. Un mode de calcul moins favorable pour les entreprises, qui sera toutefois compensé en 2019, par l’application cumulé de la nouvelle baisse de charges et du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. En cumulant les deux effets, entreprises et employeurs bénéficieront d’une baisse de coût de près de 21 milliards d’euros en 2019, selon Matignon. « Cela donnera un coup de « booster » considérable pour les entreprises. Profitez-en « , a souligné le Premier ministre.

En 2019, le CICE sera remplacé par une baisse directe des charges de dix points au niveau du Smic et de six points au niveau de 2,5 Smic, a confirmé Édouard Philippe.

La baisse de l’impôt sur les sociétés

Parallèlement à la suppression de la surtaxe de 3 % sur les dividendes, récemment retoquée par la justice européenne, Édouard Philippe a confirmé la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. « Le taux d’imposition de l’IS en France est un des plus élevés de l’union européenne.  Cela veut dire que depuis 20 ans, nous nous pénalisons », a indiqué le Premier ministre. Ce taux sera ramené par étapes à 25% d’ici à 2022, soit une diminution d’impôt totale de 11 milliards d’euros pour les entreprises. En 2018, il sera de 28% pour les 500.000 premiers euros de bénéfice.

Outre le prélèvement forfaitaire unique « de l’ordre de 30% » sur les revenus de l’épargne, Édouard Philippe a également confirmé le recentrage  de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Un plan pour la croissance des entreprises

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé la présentation d’un nouveau projet de loi destiné à favoriser la croissance des entreprises.
Une consultation publique sera proposé en décembre, a-t-il annoncé. Ce plan d’actions pour la croissance des entreprises vise trois objectifs :
  • « lever les freins à la création et à la croissance des entreprises » ;
  • « faciliter le financement des entreprises » ;
  • « améliorer les relations entre les entreprises et leur éco système« .

#PlanEntreprises[EN DIRECT] La présentation du plan d’actions pour l'investissement et la croissance des entreprises par le Premier ministre Édouard Philippe

Publié par Gouvernement sur lundi 11 septembre 2017

Posted in Uncategorized and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *