Elections européennes : le casse tête des 34 listes

 

Elles seront trente-quatre listes à s’aligner ce dimanche sur la ligne de départ. Pour autant, elles ne jouent pas la partie à armes égales. Quelles sont les personnalités marquantes de chacune de ces listes ? Leur appartenance politique ? Leurs propositions phares ? Le poids que chacune pourrait représenter dans le futur parlement européen. Décodage des informations essentielles sur les trente-quatre candidatures au scrutin européen.

C’est un nombre record qui est proposé aux électeurs français pour le scrutin de ce dimanche. Comme l’Allemagne (41 listes), la France a enregistré une explosion des listes validées pour ces élections européennes. Un record bien supérieur aux 20 listes qui avaient été déposées en 1999, date du dernier scrutin des européennes avec une circonscription unique. Reste que tous n’ont pas la même chance d’être élus, même si vous votez pour eux. Notamment en raison du morcellement du paysage politique français, en particulier de la Gauche. Nous avons donc fait le choix de mettre en avant les listes qui ont de sérieuses chances de décrocher au moins un des 74 sièges en jeu (79 après le départ effectif du Royaume-Uni de l’Union européenne).

En l’état actuel des sondages, seules six listes dépasseraient le seuil des 5% nécessaires pour obtenir un siège au Parlement, selon le dernier sondage “rolling” de l’Ifop, publié, mardi 21 mai. Dans l’ordre des résultats : Jordan Bardella (RN, 24%), Nathalie Loiseau (LaREM, 23%), François-Xavier Bellamy (LR, 14%), Manon Aubry (LFI, 8,5%), Yannick Jadot (EELV, 6,5%) et Raphaël Glucksmann (PS-Place Publique, 6%).

Quelles sont les propositions de ces différentes listes ? Quel est l’avenir de leurs candidat(s) élu(s) au Parlement européen ?

Les six principales têtes de listes

[table id=8 /]

[table id=9 /]

[table id=10 /]

[table id=11 /]

[table id=12 /]

[table id=13 /]

Les listes qui n’atteignent pas 5%

Elles sont avant tout synonymes de “dispersion des voix”. Les sièges au Parlement européen sont en effet attribués selon les règles de la représentation proportionnelle, au scrutin de liste à la plus forte moyenne. Pour participer au partage des sièges, une liste doit donc recueillir au moins 5 % des suffrages exprimés. Selon le dernier “Euro rolling” de l’ifop du mardi 21 mai, “Debout La France (DLF Nicolas Dupont-Aignan, 4%), le PCF (Ian Brossat, 3,5%), Génération.s (Benoît Hamon, 2,5%), Les Patriotes (Florian Philippot, 1,5%), l’UDI (Jean-Christophe Lagarde, 1.5%), l’UPR (François Asselineau, 1%), l’Alliance jaune (Francis Lalanne, 1%), Urgence écologie (Dominique Bourg, 0,5%) et LO (Nathalie Arthaud, 0,5%) n’atteindraient ainsi pas le seuil requis pour y siéger à Bruxelles. Néanmoins, les deux premières qui franchissent la barre des 3 % se verront rembourser leurs frais de campagne.

[table id=15 /]

[table id=16 /]

Suivent ensuite huit listes, qui recueillent actuellement entre 2,5% et 0,5% des intentions de vote. Parmi celles-ci, la “liste citoyenne du printemps européen” de l’ancien candidat socialiste à la présidentielle de 2017, Benoît Hamon (2%), celle de l’union des Démocrates et Indépendants (UDI) du centriste Jean Christophe Lagarde (1,5%), défenseur de la construction européenne, favorable à une UE fédérale, la liste “les Patriotes” défendue par Florian Philippot (1,5%), celle de l’Union Populaire Républicaine (UPR) de l’ancien candidat à la présidentielle, François Asselineau (1%), celle de l’Alliance Jaune (1%) qui se revendique du mouvement des gilets jaunes, emmenée par le chanteur Francis Lalanne. Autour de 1% également, les listes “Parti animaliste” (1,5%), “Génération Ecologie, MEI, MDP” (1%), du  parti de Delphine Batho, et du Mouvement écologiste indépendant (MEI) d’Antoine Waechter, et enfin celle de Lutte ouvrière, Nouveau Parti anticapitaliste (0,5%) conduite par Nathalie Arthaud.

Enfin, les listes ci-après n’ont pour l’heure enregistré aucune intention de vote. Nous vous invitons à retrouver leur programme, en ligne.

Alliance RoyaleAllons enfants, Dissidence française, Démocratie représentative, Espéranto – Langue commune équitable pour l’Europe, Les oubliés de l’Europe, Mouvement pour l’initiative citoyenne, Neutre et actif, Parti des citoyens européens,Parti fédéraliste européen,Parti pirate, Décroissance 2019, Parti révolutionnaire Communistes, Union démocratique pour la Liberté Égalité Fraternité, Union démocratique pour la liberté, l’égalité et la fraternité (UDLEF ), Union des démocrates et musulmans français (UDMF) ,À voix égales,  Évolution citoyenne.

 

Télécharger (PDF, 2.11Mo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Elections européennes 2019 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *