LREM dévoile ses 79 propositions pour une “Renaissance européenne”

Moins de trois semaines avant les élections européennes, la République En Marche a dévoilé ce mercredi, son programme pour une “Renaissance de l’Europe”. En tout 79 propositions déclinées au travers d’un document de 32 pages, regroupées en neuf thématiques. Avec une priorité, la transition écologique. Revue des principales propositions.

Vingt-quatre heures avant sa présentation officielle, la liste “Renaissance” a mis en ligne ce mercredi, son programme pour une Renaissance de l’Europe”. Une divulgation  qui intervient à point nommé, pour sauver le “soldat” Nathalie Loiseau, en perte de vitesse dans les sondages. Le credo de La REM et ses alliés, qui s’inscrit dans la continuité de la ligne suivie par Emmanuel Macron, se décline en 79 points, dont 9 propositions principales. Trois thèmes majeurs se dégagent : la transition écologique, et la justice fiscale et sociale en Europe.

Ce premier volet consacré à l’Ecologie, pour “faire de l’Europe une puissance verte” est, sans aucun doute, l’un des grands thèmes de ces élections européennes. La liste Renaissance le met à la une, avec notamment, la création d’une banque européenne du climat censée orienter l’épargne des Européens vers la croissance verte et un objectif d’investissement massif dans la transition écologique et solidaire. Ce niveau d’investissement viserait à “développer d’ici 2024, les énergies et les transports propres, rénover les logements et accompagner la reconversion des travailleurs des secteurs en transition”.

Autres idées portées dans ce premier volet : l’instauration d’une taxe carbone sur les produits importés en Europe, l’application plus stricte du principe “pollueur-payeur” au sein de l’Union Européenne (UE), mais aussi la mise en place de droits à l’entrée de l’UE sur les produits alimentaires qui ne respectent pas les normes écologiques. Appelant à un changement profond des modèles de production, le programme confirme également les objectifs, de sortie du glyphosate d’ici 2021 et de réduction de 50 % des produits phytosanitaires dans l’agriculture d’ici 2025, comme l’a annoncé Emmanuel Macron le 6 mai.

Pour “bâtir l’Europe de la justice sociale et fiscale“, les candidats macronistes veulent entre autres :

  • protéger les travailleurs les plus vulnérables par la création d’un SMIC européen,
  • taxer les Gafa,
  •  aller plus loin sur le travail détaché, en harmonisant la fiscalité des entreprises,
  • mettre un terme à l’évasion fiscale en durcissant fortement les sanctions contre les paradis fiscaux,
  • ou encore, finaliser la lutte contre le dumping social avec un acte II de la réforme du travail détaché…

Alors qu’Emmanuel Macron dans sa tribune avait proposé de “remettre à plat l’espace Schengen”, les futurs élus s’engagent au contraire à le sauvegarder.  “Notre priorité sera de construire une Politique européenne de l’asile et de sauvegarder Schengen” indiquent t-ils. Parmi les autres objectifs affichés, figurent entre autres :

  • le renforcement du nombre de garde-frontières et de garde-côtes au sein de Frontex , avec pour objectif d’atteindre 10 000 hommes et, le déploiement de moyens renforcés pour cette instance, afin de lui permettre d’intervenir partout où cela est nécessaire ,
  • l’instauration d’un Conseil européen de sécurité intérieure, pour piloter et coordonner les questions migratoires et la politique d’asile commune ,
  • l’augmentation des financements en faveur des retours volontaires, et la mise en oeuvre effective des retours contraints, en chargeant Frontex du rapatriement des migrants illégaux.

L’ambition de créer une armée européenne commune est réaffirmée par le programme. Cette nouvelle Europe de la défense sera définie dans un Traité de défense et de sécurité. Parmi les propositions, figurent entre autres :

  • la création d’un cyber-bouclier européen, d’une cyber-police contre la criminalité sur Internet et un soutien mutuel entre États en cas d’attaque informatique,
  • le développement d’une politique spatiale européenne souveraine avec une stratégie et des investissements communs ,
  • la création d’une agence européenne de protection des démocraties contre les attaques, les manipulations et la désinformation.

Le programme propose également de “Faire d’Europol une véritable police criminelle européenne” ayant les pouvoirs d’initier et de suivre des enquêtes sur plusieurs États membres et d’étendre les pouvoirs du Parquet européen.

La liste ambitionne de reconnecter les européens avec leurs institutions, en donnant au Parlement européen le pouvoir d’initier les lois européennes et en permettant aux citoyens de participer à l’élaboration de ces dernières. Si un million d’entre eux soutiennent une proposition, le Conseil et le Parlement devront s’en emparer. La majorité veut également “rendre l’Europe plus efficace” en supprimant des commissaires européens et en limitant à trois dans le temps le nombre de mandats d’eurodéputé.

Les autres “propositions principales” concernent, une directive sur “l’éthique des entreprises”, l’ouverture du programme d’échanges Erasmus aux collégiens et apprentis, un “Pacte Simone Veil” en faveur du droit des femmes, et enfin une “Conférence pour l’Europe” associant dirigeants et citoyens tirés au sort.

Posted in Elections européennes 2019 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *