Lutte contre le racisme et l’antisémitisme : les annonces du gouvernement

Lutte contre la haine sur internet, protection des victimes, accompagnement des enseignants… Edouard Philippe a présenté, ce lundi, le nouveau plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Retour sur les annonces du Premier ministre.

Annoncé depuis des mois, ce deuxième plan (2018-2020) fait suite à un premier dispositif lancé dans un contexte de déferlement d’actes antisémites et anti-musulmans après la vague d’attentats de janvier 2015. Il comporte quatre axes de réforme, avec une priorité, la lutte contre les contenus illicites sur “la toile”. Le gouvernement affichant sa volonté de mettre un terme aux contenus offensants et illégaux sur internet, comme l’avait annoncé début mars par Emmanuel Macron lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

La priorité, l’Internet

 

On ne me fera jamais croire que les réseaux sociaux sont des espaces hors-sol. Tout ce qui est publié et diffusé en France doit répondre aux lois de la République“, a indiqué en préambule de son discours Edouard Philippe.

Comme annoncé par Emmanuel Macron début mars, la France va “se battre” pour un projet législatif au niveau européen contraignant les opérateurs du Net, et notamment les réseaux sociaux, à retirer très rapidement le “torrent de boue” des contenus “haineux, racistes ou antisémites”, a confirmé le Premier ministre. Sans attendre cette négociation, la législation nationale va être modifiée. “Nous avons des marges de manœuvre. Des marges qui permettent de renforcer les obligations“, a assuré le chef du gouvernement.

Une mission confiée à l’enseignant franco-algérien Karim Amellal, à la députée LREM Laetitia Avia et au vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Gil Taïeb, sera chargé de préparer une loi destinée à faire pression sur les plates-formes numériques. Le plan sera piloté par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). Parmi les pistes envisagées : de lourdes amendes, comme en Allemagne, contre les réseaux sociaux qui ne retirent pas des propos haineux sous 24 heures, la “fermeture des comptes ayant diffusé de manière massive et répétée” des messages de haine, ou encore “l’enquête sous pseudonyme” de cyber-enquêteurs sur les espaces de discussion en ligne. Une mesure du prochain projet de loi sur la justice permettra par ailleurs l’enquête sous pseudonyme en matière d’infractions racistes et antisémites sur internet.

Une protection accrue des victimes

Nous avons besoin que les victimes portent plainte. Sans plainte, pas d’enquête, pas de responsable, pas de sanction.” a indiqué Edouard Philippe qui a annoncé la mise en place dès la fin du premier semestre, d’un système de pré-plainte en ligne pour les victimes d’infractions de nature raciste et antisémite. Comme déjà évoquée par le Premier ministre, la possibilité va être étudiée de permettre à un plaignant de qualifier lui-même le mobile raciste ou antisémite de son agression, comme cela se pratique déjà au Royaume-Uni. Enfin, la création d’un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre la haine sera expérimentée à partir de septembre 2018.

Des enseignants épaulés

Dans son volet éducatif, le plan prévoit la création d’une “équipe nationale d’intervention rapide” chargée “d’apporter des réponses adaptées” aux enseignants et acteurs de terrain confrontés à des situations conflictuelles. Plus généralement, le gouvernement promet de renforcer la formation de “l’ensemble des personnels” de l’éducation à la prévention et à la gestion des faits et propos à caractère raciste et antisémite dans les établissements.

Les autres mesures

 

  • la  réalisation sur trois ans, avec les collectivités locales, d’au moins 50 plans territoriaux de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations ;
  • la création d’un portail internet d’information et d’aide aux victimes de haine ou de discrimination raciste et antisémite ;
  • la formation et la sensibilisation “des acteurs du sport” sur la problématique du racisme et de l’antisémitisme, en particulier dans les stades, à partir de la rentrée 2018-2019 ;
  • la création d’un prix “Ilan Halimi”, récompensant des actions menées en faveur de la jeunesse dans le domaine de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

 

[EN DIRECT] Annonce du plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

EN DIRECT | Face à une haine qui se métamorphose, notre devoir de Républicain, c’est de continuer le combat en l’adaptant. En se dotant des bonnes armes. Et en les utilisant aux bons endroits, aux bons moments. Annonce du plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Publié par Édouard Philippe sur lundi 19 mars 2018

Posted in Politique française and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *