Ouverture de la campagne officielle : les règles de temps de parole changent

A deux semaines du premier tour, les règles de temps de parole pour la Présidentielle changent. A partir de ce lundi 10 avril, le principe de stricte égalité s’impose aux média. Explications.

Ce lundi marque le début de la campagne officielle pour la Présidentielle, qui s’achèvera le mardi 21 avril à minuit. Une dernière ligne droite qui impose le respect d’un certain nombre de dispositions particulières. Parmi celles ci, de nouvelles règles de temps de parole, pour les onze prétendants à Élysée.

Depuis le 1er février 2017, le CSA, gendarme de l’audiovisuel, veille à ce que les candidats soient traités de manière « équitable », en fonction de leur représentativité. Celle ci est mesurée d’après les sondages, le nombre d’élus du parti du candidat dans les institutions, les résultats aux élections précédentes, mais aussi en fonction de ses meetings et de ses déplacements sur le terrain. C’est ce que l’on appelle, la règle de l’équité.

Le principe d’équité

Ce principe d’équité dont le Conseil supérieur de l’audiovisuel a fixé les règles dans une recommandation du 7 septembre 2016 s’applique depuis le 1er février, en distinguant deux périodes. Depuis cette date et jusqu’au 9 avril, veille du début de la campagne officielle, les  télévisions et radios ont du offrir aux candidats et à leurs soutiens des temps de parole ou d’antenne tenant compte de leur représentativité et de leur implication effective dans la campagne. Les éditoriaux et commentaires politiques, les revues de presse, les débats réunissant des journalistes, des experts ou d’autres personnes, les analyses et les présentations de sondages d’opinion sont ainsi pris en compte dans le temps d’antenne lorsque, pour l’essentiel de leur durée, ils concernent un seul candidat et ne lui sont pas explicitement défavorables. Ainsi dans l’affaire du « Pénélope Gate », seuls les sujets qui n’étaient pas explicitement défavorables à François Fillon, ont été décomptés.

Durant une deuxième période, du 20 mars au 9 avril, c’est encore le principe d’équité qui prévalait, à la fois pour les temps de parole et les temps d’antenne, mais à « des conditions de programmation comparables », selon le CSA. C’est-à-dire, pour des créneaux horaires précis. Par exemple, la tranche du matin, 6 heures-9 heures 30, ou la tranche de la soirée, 18 heures-24 heures, ou encore les émissions d’information diffusées entre 19 h 30 et 21 heures.

L’équité fait place à l’égalité

A partir de ce lundi 10 avril, date officielle de la campagne électorale et jusqu’au 5 mai, avant-veille du second tour, le principe d’égalité stricte s’applique aux candidats et à leurs soutiens. Dans les faits,  les temps de parole et d’antenne doivent être désormais strictement identiques entre tous les candidats, dans des conditions de programmation comparables (notamment les tranches horaires).

Le décompte des temps de parole

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel oblige également télés et radios à transmettre leur décompte des temps de parole chaque semaine à partir de la mi-février, puis tous les jours dans la semaine précédant les scrutins.
  •  Durant la campagne électorale qui précède le premier tour du scrutin, ces temps sont relevés sont cumulés depuis le premier jour de la campagne jusqu’au vendredi inclus précédant le premier tour ;
  • pendant la campagne électorale qui précède le second tour du scrutin, les temps relevés sont cumulés depuis le lundi suivant le premier tour du scrutin au vendredi inclus précédant le second tour.

Ces temps de parole et d’antenne sont disponibles sur le site du CSA

Comment est déterminé le temps de parole ?

Posted in Elections 2017 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *