« Plan étudiants » : les annonces du gouvernement

Trois mois après le début des concertations sur le sujet, le Premier ministre, Édouard Philippe a dévoilé ce lundi le « plan étudiants » du gouvernement. Sélection, pré-requis, plan de financement, protection sociale, logement, santé et pouvoir d’achat des étudiants…. Les points importants à retenir.

Le Gouvernement Philippe l’avait promis pour la rentrée 2018 : un « Plan étudiants » pour redynamiser l’enseignement supérieur et son accès.  Le Premier ministre en a déroulé le fil ce lundi avec la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et son homologue à l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. Des annonces qui font suite à à la concertation menée sur le sujet avec les partenaires sociaux depuis le mois de juillet. Ce plan débouchera sur un projet de loi sur l’orientation et la réussite étudiante présenté en Conseil des ministres le 22 novembre prochain, a indiqué le Premier ministre lors de sa conférence de presse.

La fin du tirage au sort

Après un été 2017 marqué par les couacs du logiciel Admission post-bac (APB), l’exécutif s’était engagé, fin août, à mettre fin à ce système. C’est chose faite. Édouard Philippe a confirmé ce lundi la fin du tirage au sort pour l’entrée dans les filières universitaires les plus demandées, dès la rentrée 2018.  « Il relève du naufrage« , a qualifié le premier ministre. « Il va donc être supprimé » a-t-il annoncé.  » Une nouvelle plateforme plus simple va être mise en place. Les élèves de terminale ne pourront plus y faire  24 vœux, comme c’était le cas auparavant, mais dix. Ils n’auront plus également à classer leurs vœux.

 

De nouvelles modalités de sélection

Dans la plupart des cas, les bacheliers pourront choisir la filière qu’ils souhaitent « Je n’ai jamais eu peur du mot sélection » mais « entre la sélection brutale et le tirage au sort, il existe une palette de solutions beaucoup plus souples, plus humaines et plus intelligentes », a indiqué le chef du gouvernement. Et de préciser : « Dans la plupart des cas, l’université dira ‘oui’ au choix du bachelier et dans certains cas, elle dira ‘oui, si’, c’est à dire si le candidat accepte un parcours adapté qui lui permette de réussir dans la filière qu’il a choisie ».

Les étudiants qui auront reçu un avis « accepté sous condition » devront suivre un stage de remise à niveau. Quant à ceux qui eux qui auront choisi une filière malgré un avis défavorable, ils devront suivre un stage de prérentrée ou des cours renforcés dans certaines matières. L’objectif étant de lutter contre le taux d’échec en première année à l’université. Dans tous les cas, au deuxième trimestre de l’année de terminale, les enseignants pourront donner un avis officiel sur l’orientation de leurs élèves, qui figurera dans leur dossier.

Un dispositif spécifique sera par ailleurs prévu pour les filières en tension. « Si pour des raisons de capacités d’accueil (…) il y a plus de demandes que de places dans certaines filières », alors les candidats seront retenus en fonction de l’adéquation de leur profil et de leur parcours à la filière en question », a précisé Frédérique Vidal. Le Premier ministre a indiqué la création de 130.000 places supplémentaires au cours des cinq prochaines années, pour ces filières.

Un investissement de près d’un milliard d’euros

Le gouvernement s’est également engagé à investir près d’un milliard d’euros pour accompagner le plan étudiant et la réforme des modalités d’entrée à l’université, sur le quinquennat. Quelque 450 millions proviennent du grand plan d’investissement seront consacrés à la transformation du premier cycle universitaire (licence), auxquels s’ajouteront 500 millions d’euros sur la durée du quinquennat.

Le rattachement des étudiants au régime général

Dès la rentrée 2018, les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de la Sécurité sociale a annoncé la ministre de l’Enseignement supérieur. La mesure sera étendue à tous en 2019. « Notre système de sécurité sociale ne marche pas bien. Nous supprimerons la cotisation que (les étudiants) payent et nous transférerons au régime général la sécurité sociale des étudiants »,  a-t-elle déclaré. Une promesse de campagne d’Emmanuel Macron souhaitée par la Fage, le premier syndicat étudiant, mais vivement contestée par l’Unef, le deuxième syndicat.

Ce rattachement des étudiants au régime général s’accompagnera de la création d’une nouvelle cotisation, dite « cotisation de vie étudiante », dont le montant est diminué de moitié et dont seront exonérés tous les étudiants boursiers. « Nous allons redonner du pouvoir d’achat aux étudiants, le coût de la rentrée 2018 sera diminué de 100 millions d’euros », s’est félicitée la ministre de l’Enseignement supérieur. Pour un étudiant non boursier en licence, cela se traduira par un gain d’un peu plus de 100 euros sur son année universitaire.

Santé, logement, pouvoir d’achat

C’est l’autre volet du plan dévoilées ce lundi. Il vise à améliorer la qualité de vie des jeunes, via des mesures sur le logement, la santé et l’amélioration du pouvoir d’achat. Outre le rattachement des étudiants au régime général de la Sécurité sociale, le gouvernement dit vouloir fusionner les contributions et créer un guichet unique permettant de faciliter l’accès aux aides. 60.000 logements seront construits en sus des 20.000 qui sortiront de terre pour les jeunes actifs.

Le paiement des bourses du CROUS se fera également à date fixe. « A la rentrée 2018, nous aurons pris les mesures nécessaires pour un paiement des bourses le 5 de chaque mois« , a précisé Frédérique Vidal. Le gouvernement a indiqué également vouloir créer un guichet unique pour  faciliter l’accès aux aides.

Pour permettre aux étudiants d’accéder aux formations qui leur conviennent, y compris quand elles sont situées loin de chez eux, les Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) réserveront, par ailleurs, un quota spécifique de logements pour les accompagner. Une commission d’accès au supérieur pourra ainsi, « chaque fois que nécessaire », proposer à l’étudiant « une formation et une solution de logement « . Le gouvernement a par ailleurs promis d' »apporter une solution simple et gratuite de garantie à l’ensemble des étudiants locataires, sans conditions de ressources et pour tous types de logement », à travers le dispositif Visale.

 

Conférence de presse sur le "Plan étudiants"

? A partir de 10h, ne manquez pas le Live de la conférence de presse sur le #PlanEtudiants avec Édouard Philippe, Premier ministre, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et Frédérique Vidal, en charge du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche, et de l'Innovationcc/Gouvernement

Publié par Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche, et de l'Innovation sur lundi 30 octobre 2017

Posted in Uncategorized and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.