Présidentielle 2017 : février « le temps des alliances »

Dans 55 jours, le 23 avril 2017, se tiendra le premier tour de la Présidentielle. Afin de ne rien rater des rendez-vous politiques majeurs, l’Échiquier social vous propose chaque mois, un calendrier interactif des temps forts, mis à jour en temps réel.

Février « le temps des alliances »

A n’en pas douter, ce mois de février marque le début des grandes manœuvres. A 55 jours du premier tour, la campagne s’est en effet cristallisée autour des alliances, que ce soit à droite, au centre ou, à gauche.

D’abord celle proposée par François Bayrou à Emmanuel Macron. Une décision qui  clôt une séquence de plusieurs mois au cours de laquelle le président du MoDem entretenait le flou sur ses intentions, après avoir dans un premier temps apporté son soutien à Alain Juppé. Cette annonce vient surtout de porter un coup terrible à son principal adversaire, François Fillon, empêtré dans ses démêlés judiciaires. Bayrou et Macron font alliance, mais ils la scellent sur la moralité, c’est-à-dire contre François Fillon.

Le jour même de l’annonce de cette alliance, François de Rugy a annoncé son ralliement au leader du mouvement « En Marche ! ». L’ancien candidat de la primaire de la gauche a expliqué préférer « la cohérence à l’obéissance« . Un choix critiqué au PS qui  rappelle l’engagement pris au soir du 15 janvier par le candidat, qui s’engageait à respecter le vote des sympathisants de gauche en soutenant le vainqueur et sa campagne pour l’élection présidentielle. Reste que pour de Rugy, la responsabilité de cette défection revient à Hamon qui a choisi au soir de sa victoire de former une majorité gouvernementale avec Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, autrement dit, de reconstituer une « gauche rose-verte ».

Du côté de la gauche, après avoir fait monter les enchères sur sa candidature, Yannick Jadot a lui aussi choisi de rallier Benoit Hamon. Une décision qui, sans surprise, a été validée à près de 80%, par les militants d’Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), lors d’un vote, dimanche 26 février. Une prise de guerre importante pour le parti socialiste. Même si le candidat écologiste n’est crédité que d’à peine 2 % des intentions de vote, dans les sondages, son ralliement à Benoît Hamon, plus qu’’une affaire de chiffres, est aussi une affaire de symbole pour le PS. Il lui faut en effet jouer le rassemblement de la gauche, dont Benoît Hamon a besoin, pour mieux isoler Jean-Luc Mélenchon qui a définitivement fermé la porte à toute alliance le week-end dernier. Ce mariage permet en outre à Benoît Hamon de contrecarrer l’autre alliance, passée mercredi entre Emmanuel Macron et François Bayrou.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/02/Calendrier-de-fevrier.pdf »]

 

Posted in Elections 2017 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *