Anticiper les risques liés à la circulation des engins de chantier

Engins chantier

La prévention des risques professionnels impose d’anticiper en amont du chantier les situations de coactivité, en particulier, les risques d’interférence liés à la circulation des engins et véhicules.

L’idée de cette démarche est de proposer un phasage des tâches qui permettra de supprimer les interférences entre les différents flux de circulation.

Préparer le chantier

Lors de la phase de conception, le maître d’ouvrage doit établir un plan de circulation et de signalisation privilégiant la spécialisation des différentes voies : engins, véhicules de service, piétons. Pour les opérations de bâtiment de plus de 760.000 euros, la construction d’une voie d’accès permettant aux véhicules et aux piétons d’accéder au chantier devra en outre être prévue. Pour les chantiers soumis à coordination cette action sera complétée par une description par le coordonnateur SPS, des moyens à mettre en œuvre.

Réaliser une étude des accès au chantier

Cette étude doit prendre en compte l’accès des véhicules et celui des piétons. Pour les engins, il s’agit de prévoir :

  • le gabarit de ceux qui interviendront sur le site ;
  • leur charge maximale , leur nombre approximatif ainsi que la fréquence des entrées ;
  • les rampes d’accès, dont réalisation doit tenir compte des capacités de franchissement des engins qui les emprunteront. Celles dont la pente est supérieure à 10% doivent être signalés.

Pour les piétons, l’étude d’accès doit prévoir l’aménagement de voies et chemins d’accès reliant le cantonnement, les postes de travail et le réseau routier. Les voies d’accès  réalisées avant le début des travaux doivent éviter les  zones de travail et de circulation des véhicules et engins. En cas de franchissement d’une zone de circulation, des passerelles ou des escaliers de chantier doivent être prévus.

Penser la circulation

Les voies de circulation empruntées par les engins de travail mobiles doivent avoir un gabarit suffisant et permettre des déplacements sans risque. Les mesures d’organisation qui sont prises doivent permettre :

  • d’interdire la circulation des piétons sur les voies servant aux véhicules et engins et, en cas de nécessité, de prévoir la marche du côté opposé au sens de circulation des véhicules ;
  • de signaler la présence d’intervenants par des moyens adaptés en cas
    d’intervention le long de la piste ou dans une zone de travaux ;
  • d’imposer de jour la circulation des véhicules et engins avec les feux de croisement allumés et de prévoir un éclairage auxiliaire permettant une visibilité correcte des zones de travail, de nuit ;
  • de privilégier les circulations en marche avant ou, de prévoir des aires de retournement.

Publié le 2 juin 2015.

 

Posted in Santé sécurité au travail and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *