Réforme des retraites : une semaine décisive

Face à la pression de la rue, le président de la République et le Premier ministre accélèrent le rythme. Tout au long de la semaine, se succéderont des échéances cruciales, marquées mercredi 11 décembre par la présentation de l’intégralité du projet de réforme des retraites par Edouard Philippe. Le calendrier d’une semaine décisive.

Le calendrier vient de se resserrer. Mis sous pression par le mouvement social interprofessionnel du jeudi 5 décembre qui a mobilisé 806.000 personnes en France, le gouvernement accélère le « tempo ». Tout au long de la semaine, vont se succéder des rendez-vous décisifs, avant la présentation ce mercredi par le Premier ministre, de l’intégralité du projet du gouvernement visant à mettre en place un système universel en lieu et place des 42 régimes de retraite. 

Dimanche 8 décembre

 « Veillée d’armes » de l’exécutif, ce dimanche 8 décembre. Selon l’entourage du président, le chef de l’Etat devrait mettre ses troupes en ordre de bataille en vue de la « préparation des échéances du début et milieu de semaine« , Emmanuel Macron et son Premier ministre vont réunir les ministres concernés par le projet de réforme des retraites au cours d’une réunion de travail programmée à l’Elysée dans la soirée (19h30). Parmi les personnes présentes: Édouard Philippe, le Haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin,  la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, autre réunion se tiendra à 17 heures. Le chef du gouvernement recevra à Matignon plusieurs membres du gouvernement concernés par la réforme des retraites, en particulier  les ministres Agnès Buzyn (Solidarités), Jean-Paul Delevoye (Retraites) et Jean-Baptiste Djebbari (Transports).

Lundi 9 décembre

En marge du congrès national des professions libérales, le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, a annoncé qu’il recevrait à 15h30 lundi, avec Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, l’ensemble des organisations syndicales et patronales. Une rencontre qui « clôt le cycle des négociations « , a précisé Édouard Philippe. M. Delevoye présentera au partenaires sociaux, puis au Premier ministre, un compte-rendu de ses consultations avec les partenaires sociaux ainsi que ses conclusions et orientations pour le réforme des retraites.

Mardi 10 décembre

L’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU et quatre organisations de jeunesse ont appelé vendredi à une nouvelle journée de grèves et de manifestations mardi 10 décembre contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. La confédération des cadres, qui fait rare a manifesté jeudi, ne s’est pour l’heure pas associée au communiqué commun aux autres organisations. Sortie avant la fin de la réunion, la centrale a expliqué par la voix de son nouveau secrétaire général, Gérard Mardiné, avoir « une position un peu particulière ». « Notre position est d’attendre la réponse que le gouvernement a prévu d’apporter le mardi 10 décembre pour pouvoir répercuter vers nos militants et adhérents l’analyse des progrès qui pourraient être faits », a expliqué le numéro 2 de la CGC. « On attend des annonces sur le fond mais surtout sur la forme, on veut que le gouvernement remette tout à plat et entre dans une logique de négociation », a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe recevront par ailleurs à l’Elysée mardi soir, les ministres concernés par la mise en place du régime universel de retraite, ainsi que des « ténors » de la République En Marche (LaREM).

Mercredi 11 décembre

Le Premier ministre présentera devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), à midi, l’intégralité du projet du gouvernement sur la réforme des retraites.  « Le débat pourra ainsi s’organiser autour de propositions claires » a indiqué Edouard Philippe, qui reste ferme sur la suppression des régimes spéciaux, et prône des « adaptations progressives« .

« On pourra apporter des réponses extrêmement positives pour beaucoup de gens qui subissent des injustices dans le système actuel : les femmes, les agriculteurs, et ceux qui ont des parcours hachés notamment« , a assuré le chef du gouvernement. Mais, avertit-il, « si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd’hui, quelqu’un d’autre en fera une demain brutale, vraiment brutale« .

Posted in Politique française, Réformes sociales, Uncategorized and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *