Covid-19 : la carte des 54 départements soumis à un couvre-feu

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le Premier ministre, Jean Castex, a indiqué que le couvre-feu était étendu à 38 nouvelles zones. La moitié des départements de la métropole sont donc désormais concernés par la mesure. Au total, 46 millions de français vont devoir désormais respecter ce confinement nocturne. La carte des 54 départements concernés. 

La mesure concernait jusqu’à présent, huit départements et huit métropoles dont Paris. Le gouvernement a décidé de l’étendre à la moitié du territoire.  C’est la principale annonce faite, ce jeudi 22 octobre, par Jean Castex, lors d’une conférence de presse sur l’évolution de la situation sanitaire en France.

Dès vendredi, minuit, le couvre-feu va être étendu à 38 nouveaux départements, ainsi qu’à la Polynésie. Ce confinement nocturne s’appliquera de 21 heures à 6 heures du matin, et pour une durée de six semaines. Et ce, dans la moitié des départements, soit 54 sur 102. Quelques 46 millions de Français au total sont concernés.Lire la suite

Trump et Biden s’affronte lors d’un ultime débat

A 12 jours de l’élection présidentielle, le président sortant, Donald Trump, et son adversaire démocrate, Joe Biden, se retrouvent une dernière fois ce jeudi soir pour un ultime duel télévisé. Un face-à-face dont les règles ont été repensés, après un premier débat chaotique. La rencontre promet toutefois d’être agitée. 

 

Ce sera la deuxième confrontation entre les candidats, après le diagnostic de Covid-19 du président américain et son refus de participer au débat du 15 octobre. “Je ne vais pas participer à un débat virtuel“, avait déclaré M. Trump à Fox News, qualifiant la décision de “ridicule“ quelques instants après que la Commission sur les débats l’ai prise. Chacun des deux candidats avait alors débattu séparément lors d’émissions organisées par deux chaînes de télévision concurrentes, NBC et ABC.Lire la suite

Couvre-feu : les attestations à télécharger pour se déplacer après 21h00

Quelques heures avant l’entrée en vigueur du couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles françaises, le ministère de l’Intérieur a mis en ligne sur son site la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire et le justificatif de déplacement professionnel. Des documents indispensables pour se déplacer entre 21 heures et 6 heures du matin dans les zones concernées. Ce qu’il faut savoir sur ces nouveaux “laissez-passer“.

Près de cinq mois après la fin du confinement, l’attestation de déplacement dérogatoire fait son retour en France. Depuis ce vendredi, minuit, il est nécessaire de posséder ce “sésame“ pour vous déplacer entre 21h00 et 6h00 du matin dans neuf métropoles de France :  Paris, Rouen, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Rouen, Montpellier, Saint-Etienne et Toulouse. Des zones placées en alerte maximale, avec mise en place d’un couvre-feu pour une durée minimale de quatre semaines, en raison de la recrudescence de l’épidémie de Covid-19.Lire la suite

Couvre-feu, déplacements, fêtes privées… Le détail des nouvelles restrictions

Au lendemain de l’interview télévisée d’Emmanuel Macron, le Premier ministre, Jean Castex, et plusieurs membres de son gouvernement ont “mis en musique“ les annonces du chef de l’état, lors d’une conférence de presse. Le détail des nouvelles mesures.

Le Premier ministre, Jean Castex, accompagné des ministres de la Santé, Olivier Véran, de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de l’Economie, Bruno Le Maire, et du Travail, Elisabeth Borne, a précisé ce jeudi les nouvelles mesures mises en oeuvre pour lutter contre la crise sanitaire. “Comme vous le savez, nous avons pris la décision de placer hier notre pays en état d’urgence sanitaire à compter de samedi prochain 00 heure, ou si vous préférez de vendredi à minuit“, a rappelé en préambule le chef du gouvernement. “Cette décision vaut pour une durée minimale de quatre semaines.“Lire la suite

Covid-19 : un couvre-feu instauré dans les zones rouges

Emmanuel Macron s’est exprimé ce mercredi soir au cours d’une interview télévisée. Le chef de l’état a annoncé la mise en place d’un couvre-feu à partir de samedi minuit en Ile-de-France et dans huit métropoles classées en zone d’alerte maximale. Effectif à partir de samedi minuit, la mesure s’appliquera de 21 heures à 6 heures du matin. 

 

Nous n’avons pas perdu le contrôle“, a déclaré le président dans les premières minutes de son interview. “Nous sommes dans une situation préoccupante et qui justifie que nous ne soyons ni inactifs ni dans la panique. Nous avons appris de la première vague. Nous avons eu 30.000 victimes, depuis lors 2.000 victimes supplémentaires. Et en effet ce virus revient. Nous sommes dans ce qu’on a souvent appelé cette seconde vague et ça remonte partout en Europe“.Lire la suite

L’état d’urgence sanitaire restauré dès samedi en France

L’annonce est intervenue ce mercredi soir. Eu égard à la propagation de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement a décidé par décret de rétablir l’état d’urgence sanitaire. La mesure entrera en vigueur samedi 17 octobre à minuit sur l’ensemble du territoire national.

Quelques minutes avant la prise de parole télévisée d’Emmanuel Macron, le décret présenté en conseil des ministres a été révélé. Il rétablit l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire français à partir de minuit dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 octobre.

Eu égard à sa propagation sur le territoire national, telle qu’elle ressort des données scientifiques disponibles, l’épidémie de covid-19 constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population.“ “Elle justifie que l’état d’urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu puissent être prises“, indique le compte rendu du Conseil des ministres.Lire la suite

Couvre-feu, confinement localisé, bulle sociale… : les options de Macron

Emmanuel Macron prendra une nouvelle fois la parole  ce mercredi soir sur France 2 et TF1. Alors que le regain de l’épidémie de Covid-19 de ces dernières semaines fait craindre de nouvelles restrictions, les annonces de l’exécutif sont très attendues. Du couvre-feu aux reconfinements partiels, en passant par la “bulle sociale », plusieurs options anti-Covid sont sur la table. Mais l’une d’entre elles tient la corde. 

Au lendemain d’un nouveau conseil de défense sanitaire, Emmanuel Macron accordera une nouvelle interview à TF1 et France 2, ce mercredi 14 octobre. Le président de la République prendra la parole en direct de l’Elysée à partir de 19h55. Il répondra aux questions d’Anne-Sophie Lapix (France 2) et de Gilles Bouleau (TF1). L’entretien qui sera diffusé en direct sur France 2, TF1, franceinfo, LCI, et TV5 Monde “portera notamment sur la situation sanitaire et économique du pays, alors que la France fait face à une recrudescence de l’épidémie“ de Covid-19, ont précisé les deux chaînes.Lire la suite

Covid-19 : le détail des restrictions à Paris et en Ile-de-france

Touchés de plein fouet par la vague épidémique, Paris et la petite couronne ont basculé dimanche en zone d’alerte maximale. Dans une conférence de presse, le préfet de police Didier Lallement a détaillé les mesures qui vont s’appliquer pendant au moins 15 jours à la capitale et ses départements limitrophes. Rassemblements, bars, restaurants, salles de sport, Ehpad, facs… Le détail des mesures annoncées.

Ce matin nous franchissons une nouvelle étape. Tout cela est normal, cela montre que nous nous adaptons sans cesse à la réalité de l’épidémie“, a déclaré en préambule de sa conférence de presse, le préfet de police de Paris, Didier Lallement.  “Les mesures vont être prises pour les quinze jours qui viennent, avec une réévaluation à l’issue de ces quinze jours pour voir si nous reconduisons ou non un certain nombre de mesures, si nous les infléchissons, si nous les faisons évoluer.“Lire la suite

Séparatismes : ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi matin les grandes lignes de son projet de loi contre les séparatismes qui sera présenté le 9 décembre en Conseil des ministres. Laïcité, service public, associations, école… Ce qu’il faut retenir du discours du chef de l’état.

Son intervention était très attendue. Dans un discours de plus d’une heure depuis les Mureaux (Yvelines), Emmanuel Macron a défini ce vendredi sa stratégie contre les “séparatismes“,  avant la présentation d’un projet de loi à l’automne.  “Ce à quoi nous devons nous attaquer, c’est le séparatisme islamiste“, qui “se traduit souvent par la constitution d’une contre-société“ a annoncé le président de la République après quelques minutes. “Ne nous laissons pas entraîner dans le piège de l’amalgame tendu par les polémistes et par les extrêmes qui consisterait à stigmatiser tous les musulmans“, a-t-il tempéré.

La philosophie du texte se résume en une devise : “La République en actes“. La stratégie déployée va reposer sur deux grands axes : le premier, défensif  et le second offensif. L’objectif prin­cipal de l’exécutif étant de “ramener la République partout“ sur le territoire “pour intégrer“ tout le monde.Lire la suite

Budget de la Sécu pour 2021 : les points à retenir

Déficit abyssal,  dépenses de santé exponentielles, allongement du congé paternité, création d’une cinquième branche dédiée à la prise en charge de la dépendance, revalorisation salariale dans les Ehpad… Les principales caractéristiques du budget de la Sécurité sociale pour 2021 ont été dévoilées ce mardi par le gouvernement. 

La crise sanitaire continue de marquer au fer rouge les comptes publics. Après la présentation du budget lundi, le ministre de la Santé Olivier Véran a dévoilé ce mardi les grandes lignes du  projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2021.

On le savait abyssal, mais restait à savoir à quel point. Fin du suspense ce matin. Le déficit de la Sécu pour l’année en cours est estimé à 44,4 milliards d’euros (contre un peu plus de 5 milliards en 2019), dont, 30 milliards pour la branche maladie et 7,9 milliards pour la branche retraite.

En cause, l’impact de la crise sanitaire sur les comptes de l’assurance maladie et par effet rebond, la crise économique. Alors que la Sécurité sociale prévoyait initialement un déficit de 5,4 milliards d’euros en 2020, ce sont les pertes de recettes causées par l’effondrement de l’activité économique pendant le confinement et tant que sévit l’épidémie, qui expliquent cette chute vertigineuse.Lire la suite