La réforme de l’assurance chômage en “ordre de bataille”

Deux décrets publiés au Journal Officiel le 28 juillet mettent en musique la réforme vaste et controversée de l’assurance chômage. Ouverture des droits, calcul de l’indemnisation, instauration d’un bonus-malus sur les contributions des employeurs dans certains secteurs, extension du droit en cas de démission… Décryptage des principales nouveautés qui entreront en vigueur entre novembre 2019 et avril 2020.

C’est désormais officiel. Le décret mettant en musique la vaste réforme de l’assurance chômage annoncée le 18 juin par le gouvernement a été publié au Journal Officiel, dimanche 28 juillet. Un texte de six articles, comportant surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l’assurance chômage. Ce décret fixe le nouveau cadre du régime. A la fois, les nouvelles conditions d’ouverture de droits qui s’appliqueront dès le 1er novembre prochain, et les règles de calcul de l’allocation pour les personnes  travaillant de manière fractionnée, qui entreront en vigueur en avril 2020. Il met également en place, une dégressivité de l’indemnisation pour les hauts revenus, et un bonus malus visant à pénaliser dans certains secteurs, les entreprises qui ont un recours excessif à l’intérim et aux contrats courts.Lire la suite

Le nouveau visage de l’Europe : La recomposition politique du continent

Le scrutin du 26 mai 2019 a livré un parlement européen qui, sans marquer de grande révolution, confirme la recomposition de la scène politique européenne. Ce premier épisode vous propose de voir comment la fin de la domination historique du duo sociaux-démocrates du S&D et démocrates-chrétiens du PPE a entrainé de facto un rééquilibrage sans précédent au sein du Parlement européen. 

On prédisait pour ces élections, un raz-de-marée populiste : après la participation plus forte qu’en 2014, ce fût la seconde surprise de ce scrutin. Loin du tsunami annoncé, la vague populiste et extrémiste a été contenue. Certes, en France, la liste conduite par le Rassemblement National (RN) est arrivée en tête, de même qu’en Italie pour la Ligue du Nord de Matteo Salvini, en Pologne ou encore en Hongrie où le parti ultra-conservateur de Viktor Orban est arrivé très largement en tête. Mais les extrémistes europhobes ont connu de sérieuses déconvenues notamment face à une social-démocratie qui bien qu’à la peine, a finalement résisté. L’autre fait majeur de ces élections, est la déferlante “verte” à laquelle on a assisté dans plusieurs pays. En France, où la liste Europe Ecologie Les Verts (EELV) emmenée par Yannick Jadot a dépassé les 13 %, mais aussi en Allemagne où les Grünen ont doublé leur score de 2014 (20,9 %), devenant ainsi la deuxième force politique du pays.

Lire la suite

Présidence de la Commission européenne : l’impossible équation

Désignée à la tête de la commission européenne par les dirigeants de l’UE, après d’âpres négociations, Ursula Von Der Leyen, doit maintenant être adoubée par le Parlement européen. Or, à ce stade, rien n’est encore gagné pour la ministre allemande de la Défense. Seules les voix des conservateurs de son propre camp lui semblent acquises. Mais elles ne seront pas suffisantes Chaque voix comptera et Mme von der Leyen devra au final en recueillir 374, soit la majorité absolue de membres du Parlement européen, pour devenir la future présidente de la Commission, 

Le suspense pourrait perdurer jusqu’au vote final, mardi à 18 heures. Voire dans le scénario le plus extrême, jusqu’au mois de septembre. La candidate allemande prononcera, mardi à 9 heures, un discours décisif pour son avenir et censé convaincre une majorité de l’assemblée. Les députés se concerteront ensuite sur sa candidature, puis procèderont à vote à bulletin secret en fin de journée. Sans certitude toutefois quant au résultat final.  Lire la suite

Municipales La REM : la bataille pour Paris est En Marche

 

Mercredi 10 juillet, la République en marche (LREM) désignera son “champion” pour les élections municipales à Paris. Alors que Benjamin Griveaux apparaissait comme le grand favori, les alliances de ces derniers jours ont rebattu les cartes. Parmi les trois prétendants à la mairie de Paris encore en lice pour être investi par le parti présidentiel, le duel s’est installé. Si rien n’est encore joué, le mathématicien Cédric Villani fait désormais office de challenger crédible face à l’ex porte-parole du gouvernement.

Pour beaucoup d’observateurs, les jeux étaient faits avant même l’audition des candidats par la Commission Nationale d’Investiture (CNI)  de LREM le 9 juillet. C’était sans compter sur les évènements de ces derniers jours. S’il y a encore deux semaines Benjamin Griveaux, semblait assuré de devenir le candidat du parti présidentiel à la mairie de Paris en vue des municipales de mars 2020, les cartes ont été rebattues en fin de semaine. Alors que chacun des cinq autres postulants à l’investiture semblait isolé et condamné à l’échec face à l’ex porte-parole du Gouvernement, l’alliance Villani-Mahjoubi a notamment relancé le suspense de la bataille pour Paris.

Lire la suite

Le premier rapport cinglant du Haut conseil pour le climat

Dans son premier rapport publié ce mercredi 26 juin,  le Haut Conseil pour le Climat dresse un premier constat sévère de l’action de la France pour réduire ses gaz à effet de serre et espérer atteindre la “neutralité carbone”. Le groupe d’experts mis en place en novembre dernier salue “des objectifs ambitieux” mais s’inquiète des “efforts insuffisants” . Il relève également que toutes les transformations socio-économiques profondes nécessaires pour y parvenir restent encore à être engagées. Transport, bâtiment, agriculture : l’action du gouvernement n’est pas à la hauteur pour le HCC.

La sentence est tombée et le constat est sévère : la France n’est pas sur la bonne voie pour lutter efficacement contre le changement climatique. C’est la conclusion sévère du premier rapport du Haut conseil pour le climat (HCC) sur l’évaluation des politiques publiques, remis ce mardi au Premier ministre, Edouard Philippe.

Lire la suite

“Neutralité carbone”, Nucléaire, électricité… Ce que contient le projet de loi énergie-climat

Alors que le gouvernement s’efforce de verdir son image, le projet de loi énergie-climat est discuté dans l’hémicycle cette semaine. Le texte qui inscrit dans la loi “l’urgence “écologique et climatique” et fixe de nouveaux objectifs en matière d’énergie nucléaire et de réduction des émissions de CO2, va permettre la mise en oeuvre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la feuille de route des pouvoirs publics sur la période 2018-2028. Retour sur les principaux points. 

C’est un texte qui est loin de faire l’unanimité.  “Creux“, “a minima” pour l’opposition de gauche, “trahison énergétique” pour les défenseurs du nucléaire à droite ou “ambition forte” aux yeux du ministre qui le porte, François de Rugy, le projet de loi énergie et climat arrive en première lecture à l’Assemblée, dans la soirée du mardi 25 juin et ce jusqu’au 28. D’une dizaine de pages , il alterne mesures techniques ou institutionnelles et objectifs à moyen et long terme qui concernent tout particulièrement l’avenir de la production d’énergie en France.

Lire la suite

Un sommet aux allures de fiasco

Les chefs d’état et de gouvernement réunis en sommet à Bruxelles les 20 et 21 juin ne sont pas parvenus à un accord sur le casting des postes clés de l’Union européenne. La chancelière allemande, Angela Merkel, a refusé de “lâcher” son candidat, le démocrate-chrétien Manfred Weber, qui convoite la présidence de la Commission européenne. Ce dernier n’a toutefois pas obtenu de consensus autour de sa candidature, pas plus que le socialiste Frans Timmermans ou la libérale Margrethe Vestager. Les vingt-huit dirigeants de l’UE se retrouveront le 30 juin pour un nouveau sommet, qui devrait être décisif.

C’est sur un constat d’échec que les dirigeants de l’Union européenne (UE) se sont quittés ce vendredi.  Lors d’une conférence de presse à 2 heures du matin, le président du Conseil, Donald Tusk, et le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, ont reconnu que peu de progrès avaient été réalisés en termes de personnes. “Nous avons besoin de plus de temps pour discuter de tout le paysage” a déclaré M. Tusk. “Le Conseil européen est convenu qu’il fallait un paquet reflétant la diversité de l’UE“. ” Il n’y a eu de majorité sur aucun candidat. “Nous nous retrouverons le 30 juin. Je vais poursuivre les consultations“, a  t-il ajouté.

Lire la suite

Réforme de l’assurance chômage : une refonte du régime autour de trois priorités

 

Edouard Philippe et la ministre du travail, Muriel Pénicaud ont présenté ce mardi les choix du gouvernement pour réformer l’assurance chômage. Une vaste refonte du régime qui touche à la fois aux conditions d’indemnisation et à l’accompagnement des chômeurs et, à la responsabilisation des employeurs. La réforme repose sur trois priorités et quatre leviers. A la clé, un gain espéré d’économies de 3,4 milliards d’euros d’ici fin 2021.

L’arbitrage du gouvernement était pour le moins très attendu. Reste que la potion administrée s’avère particulièrement sévère, confirmant les appréhensions exprimées depuis plusieurs semaines par le patronat et les organisations syndicales. Le dispositif présenté comme le “troisième volet de la transformation du marché du travail”, après la “loi Travail” et la réforme de l’apprentissage, vise 250.000 chômeurs de moins et quelque  3,4 milliards d’euros d’économies d’ici 2021, a annoncé Edouard Philippe. Il repose sur quatre leviers : la responsabilisation des employeurs, la lutte contre la précarisation, la création de nouveaux droits et une refonte de l’accompagnement des allocataires. Trois priorités sont dégagés par le gouvernement : “arrêter la course à la précarité“, “inciter les demandeurs d’emploi à reprendre un emploi stable” et “trouver des solutions partout sur le territoire“.

Lire la suite

Acte II du gouvernement : les temps forts du discours de politique générale d’Edouard Philippe

Face aux députés, le premier ministre, Edouard Philippe a décliné ce mercredi la méthode et le calendrier des réformes pour les mois à venir. Une deuxième déclaration de politique générale qui a obtenu une large confiance de l’Assemblée. Ecologie, impôt, assurance-chômage, retraite, PMA… Retour sur les principales déclarations du chef du gouvernement.

Voilà deux ans maintenant que nous gouvernons et il y a toujours urgence”, a dit le premier ministre devant l’Assemblée, évoquant l’”urgence économique”, l’”urgence sociale” et l’”urgence écologique”, face auxquelles le “vieux clivage” gauche-droite serait selon lui inopérant. “C’est l’’acte II’ du quinquennat. Une nouvelle étape qui marque une césure, à travers un profond changement de méthode, mais qui va de pair avec deux impératifs : la constance et la cohérence”, a-t-il ajouté. Un grand oral qui a semble t-il convaincu l’Assemblée, qui a une large majorité a accordé sa confiance au gouvernement par 363 votes “pour” et 163 votes “contre”. Un score en très léger recul par rapport à 2017.

Lire la suite

Parlement européen : des alliances en vue chez les écologistes ?

Le Parlement européen va devenir plus vert. Le nombre d’eurodéputés écologistes passe d’une cinquantaine à 69, sur 751 sièges au total. La France et l’Allemagne vont fournir le plus gros contingent. Mais comment vont-ils travailler ensemble  ?

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a plaidé ce mardi 28 mai pour discuter avec les écologistes au Parlement européen, où, selon lui “les écologistes responsables” ont toute leur place”. “Nous devons tendre la main aux écologistes (…).  Il y a une majorité à constituer au Parlement européen, a-t-il indiqué sur Radio Classique, citant en exemple les Verts allemands, qui “ont envie de travailler” avec La République En Marche (LaREM). Interrogé plus particulièrement sur Yannick Jadot, tête de liste Europe Ecologie Les Verts (EELV),  qui a fini à la troisième place aux européennes en France (13,47%),  des voix dimanche, François de Rugy, lui-même ex-EELV, a estimé que “c’est à lui de répondre“. “Je pense que les électeurs écologistes partagent l’idée de la République en marche que le clivage gauche/droite n’est plus pertinent”,-t-il fait valoir.

Lire la suite