L’agenda politique

Avr
25
lun
Le chef de l’ONU à Ankara, avant Moscou et Kiev @ Ankara
Avr 25 Jour entier

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, est attendu ce lundi 25 avril en Turquie, un important médiateur dans le conflit en Ukraine, avant de se rendre à Moscou et à Kiev. “Le secrétaire général se rendra à Ankara, en Turquie, où, le 25 avril, il sera reçu par le président Recep Tayyip Erdogan“, a indiqué l’ONU dans un communiqué, samedi 23 avril au soir.

Membre de l’Otan et alliée de l’Ukraine tout en étant proche de la Russie, la Turquie a accueilli à deux reprises des négociations russo-ukrainiennes, dont la dernière le 29 mars, à Antalya.

Le président Recep Tayyip Erdogan ne cache pas ses efforts pour poursuivre ce qu’il a appelle le “processus d’Istanbul“ et organiser en Turquie à Istanbul, un sommet entre le président ukrainien, Volodymyr Zelensky et son homologue, russe Vladimir Poutine, Même si les responsables turcs admettent que les perspectives de tels pourparlers restent actuellement faibles, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a expliqué ce week-end que Kiev et Moscou continuaient de négocier un “texte global“ .

Il a évoqué une “ébauche de déclaration commune“, des discussions qui “se concentrent sur la neutralité, la sécurité et les garanties“, et assuré que la diplomatie continuait “en coulisses“. Quoiqu’il en soit, la visite du chef de l’ONU à Ankara confirme, aux yeux des dirigeants turcs, leur position privilégiée.

Des critiques de la part de l’Ukraine

Antonio Guterres se rendra ensuite à Moscou, mardi 26 avril, puis à Kiev pour tenter de négocier la fin de l’invasion russe, qui a fait des milliers de morts et déplacé plus de 10 millions d’Ukrainiens depuis le 24 février. “Le mardi 26 avril, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres arrivera à Moscou pour des discussions avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il sera également reçu par le président Vladimir Poutine“, a déclaré ce vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il s’agira de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis le début de l’offensive de Moscou en Ukraine.

Samedi, Volodymyr Zelensky a critiqué la décision de M. Guterres de se rendre d’abord à Moscou et ensuite seulement à Kiev, déclarant qu’il n’y avait “aucune justice et aucune logique dans cet ordre“. “La guerre est en Ukraine, il n’y a pas de cadavres dans les rues de Moscou. Il serait logique d’aller d’abord en Ukraine, pour voir les gens là-bas, les conséquences de l’occupation« , a déclaré le président ukrainien.

 

Avr
26
mar
Ukraine : réunion d’une quarantaine de pays en Allemagne @ Base aérienne américaine de Ramstein
Avr 26 Jour entier

Au moment où la Russie vise le contrôle total de la région du Donbass, une quarantaine de pays se réunissent aujourd’hui  en Allemagne, à l’invitation des Etats-Unis, pour renforcer la défense de l’Ukraine. Cette réunion organisée sur la base aérienne américaine de Ramstein, dans l’ouest de l’Allemagne, est destinée à “générer des capacités supplémentaires pour les forces ukrainiennes“, a déclaré lundi le secrétaire d’état américain à la défense, Lloyd Austin, de retour d’une visite à Kiev, au cours de laquelle il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d’Etat Antony Blinken.

En Savoir Plus

 

Avr
27
mer
La France rend hommage à Michel Bouquet @ Hôtel des Invalides
Avr 27 Jour entier

Légende du théâtre français, l’acteur Michel Bouquet reçoit ce mercredi 27 avril un hommage national. Pour sa première sortie officielle depuis sa réélection, Emmanuel Macron va retrouver la cour des Invalides. Il y présidera la cérémonie en l’honneur du comédien décédé à l’âge de 96 ans, en présence de la famille et de proches de l’acteur. La cérémonie, qui doit débuter à 16 heures, sera ouverte au public. L’éloge funèbre sera prononcé à 16h30 par le président, après des prises de parole de Fabrice Luchini, Muriel Robin, qui fut l’élève de Michel Bouquet au Conservatoire, et Pierre Arditi.

Il y a deux semaines, au moment de la disparition du comédien, monument du théâtre français et césarisé deux fois pour ses rôles au cinéma, le chef de l’État avait salué la mémoire d’un “maître inoubliable, pour des générations d’acteurs“.

Inoubliable dans Le roi se meurt de Ionesco, qu’il a joué pas moins de 800 fois, et dans L’Avare de Molière, Michel Bouquet s’est éteint après plus de 75 ans de carrière. Il avait aussi marqué le cinéma en incarnant en 2005 un étonnant Mitterrand au soir de sa vie dans Le Promeneur du Champ-de-Mars de Robert Guédiguian. Ce rôle lui a d’ailleurs valu le César du meilleur acteur, après celui reçu quelques années auparavant pour le film d’Anne Fontaine Comment j’ai tué mon père (2002).

A l’écran, il aura aussi incarné des personnages secrets dans les films de Claude Chabrol (“La femme infidèle“ en 1969, “Poulet au vinaigre“ en 1985), joué sous la direction de François Truffaut (“La mariée était en noir“ en 1967, et “La Sirène du Mississippi“ en 1968) et été un magistral Javert, l’inspecteur pourchassant Jean Valjean dans “Les Misérables“ de Robert Hossein (1982).

Une onzième cérémonie aux Invalides

L’hommage national rendu ce mercredi à Michel Bouquet sera le onzième décidé et présidé par Emmanuel Macron. Un record sous la cinquième République. De Simone Weil à Jean-Paul Belmondo en passant par Charles Aznavour ou Jean d’Ormesson, les hommages nationaux accordés à des personnalités civiles se sont succédés tout au long du quinquennat. Homme de culture, modeste et peu friand de mondanités, Michel Bouquet avait fait une exception remarquée il y a cinq ans en assistant à l’investiture d’Emmanuel Macron. Pour le président, cette cérémonie sera donc aussi, d’une certaine manière, l’occasion de boucler la boucle de son premier quinquennat.

Présidentielle : proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel @ Conseil constitutionnel
Avr 27 Jour entier

Le Conseil constitutionnel, chargé de veiller à la régularité de l’élection présidentielle en application de l’article 58 de la Constitution, proclamera ce mercredi 27 avril, à 17h30, les résultats du second tour de scrutin par la voix de son président Laurent Fabius.

Annonce des résultats officiels du second tour par Laurent Fabius

Depuis lundi, les “sages“ de la rue Montpensier examinent l’ensemble des procès-verbaux de recensement transmis par les services de l’Etat. Après le vote, le Conseil recense en effet les résultats, examine les réclamations et proclame les résultats. Enfin, il est juge de plein contentieux, sur recours des candidats, des décisions rendues sur leurs comptes de campagne par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

 

 

Mai
4
mer
Un sixième paquet de sanctions de l’UE contre Moscou @ Parlement européen
Mai 4 Jour entier

La Commission européenne a finalisé hier sa proposition pour un sixième paquet de sanctions contre Moscou pour tarir le financement de son effort de guerre contre l’Ukraine. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen le présentera officiellement ce mercredi matin au parlement européen.

Ce sixième train de mesures contre la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine devrait ajouter d’autres oligarches et banques russes à la liste des sanctions, telles que Sberbank, la première banque de crédit du pays, et la Banque Agricole Russe, en les excluant du système de validation international des transactions Swift. Il est aussi question de limiter les activités de lobbying et de conseil des sociétés européennes pour des firmes russes pro-Kremlin.

58 nouveaux noms ajoutés à la liste des personnalités blacklistées

La Commission européenne propose d’ajouter cinquante-huit noms à la liste des personnalités russes sanctionnées, selon un document consulté ce matin par l’Agence France-Presse (AFP).

Les sanctions appliquées consistent en une interdiction d’entrée dans l’Union Européenne et un gel des avoirs des personnes concernées. Plus d’un millier sont déjà inscrites sur la liste noire européenne.

Parmi ces nouveaux noms figurent :

  • le patriarche Kirill, décrit dans le document comme “un allié de longue date du président Vladimir Poutine, [et] devenu l’un des principaux soutiens de l’agression militaire russe contre l’Ukraine“. Le chef de l’Eglise orthodoxe russe, qui revendique environ 150 millions de fidèles dans le monde, principalement en Russie, a effectivement multiplié les sermons soutenant l’offensive du Kremlin en Ukraine, y voyant un combat contre les “forces du mal“ opposées à “l’unité“ historique de la Russie et de l’Ukraine ;
  • la femme, la fille et un fils du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Tatiana Navka, épouse de M. Peskov, est une championne olympique de patinage, habituée du Festival de Cannes. Leur fille Liza, parfaitement francophone, a été stagiaire au Parlement européen et au Sénat. Toutes deux, influenceuses, diffusent sur Instagram des contenus riants, où la guerre en Ukraine n’existe pas ;
  • le directeur du service russe de supervision des télécoms (Roskomnadzor), Andreï Lipov ;
  • de nombreux militaires russes.

Un embargo pétrolier, avec des dérogations

Mais la mesure la plus attendue de ce nouveau paquet de sanctions, est sans conteste l’arrêt des importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année. Il ne sera pas question d’un embargo total et immédiat, mais d’un système graduel. La commission européenne prévoit un arrêt progressif des achats européens de pétrole russe sur une période de six à huit mois jusqu’à fin 2022, avec une exemption pour les pays plus dépendants. Seraient concernées en priorité, la Hongrie et la Slovaquie, deux pays enclavés totalement dépendants des livraisons par l’oléoduc Droujba, qui pourront continuer leurs achats à la Russie en 2023.“L’ensemble du processus de remplacement prendra plusieurs années, je vais donc insister sur cette exemption“, a déclaré lundi le ministre slovaque de l’économie, Richard Sulik, au quotidien TASR.

Cette dérogation pose toutefois problème car la Bulgarie et la République tchèque veulent également en bénéficier, ont expliqué hier des diplomates informés des discussions menées par la Commission. “Il y a des pays qui ne pourront le supporter“, dont la Bulgarie qui dépend quasiment à 100% du pétrole russe, a averti dimanche à la télévision le Premier ministre bulgare, Kiril Petkov.

Berlin propose un boycott de l’uranium

En attendant de s’attaquer aux importations de gaz, dont l’Allemagne est très dépendante, Berlin a proposé à la Commission d’entamer également un boycott de l’uranium russe destiné aux centrales nucléaires des pays orientaux de l’UE comme la Finlande, la République tchèque ou la Bulgarie. Selon les informations du média bruxellois Politico Europe, la diplomatie allemande est montée au créneau en fin de semaine dernière pour demander un embargo rapide sur ce métal lourd utilisé comme combustible dans la plupart des réacteurs nucléaires industriels, ainsi que des sanctions contre le secteur nucléaire russe.

Mai
7
sam
Cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron @ Palais de l'Elysée
Mai 7 Jour entier

Réélu le 24 avril dernier, le président sortant, Emmanuel Macron, sera officiellement investi pour son second mandat, samedi 7 mai. La cérémonie se déroulera à partir de 11 heures à l’Élysée, après l’accueil des invités dès 10 heures, a détaillé le service de presse de la présidence. Cette cérémonie suit toujours un protocole très strict. Emmanuel Macron ne devrait pas y déroger. Etant toutefois reconduit à la tête de l’État, il se soustraira, comme avant lui les deux présidents réélus, François Mitterrand en 1988 et Jacques Chirac en 2002, à certains temps forts traditionnels de cette journée.

Quelque 450 invités

Hors familles et proches, 450 personnalités ont été conviées à la cérémonie. Outre les représentants incontournables des grandes institutions ou des “corps constitués“ (Cour des comptes, Cour de cassation, syndicats, autorités religieuses…), des ministres ou des anciens membres du gouvernement ont été invités. Selon Le Parisien, l’ancien locataire de Matignon, Édouard Philippe, et sa ministre de la Justice, Nicole Belloubet, seront présents.  Parmi les politiques, on attend également des invités venus de la gauche : Jean-Pierre Chevènement, Élisabeth Guigou, ou encore Manuel Valls, qui ont répondu favorablement à l’invitation. Mais aussi des personnalités venues de la droite, tel que par exemple, l’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin.

Les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont également été conviés. Selon les informations du Parisien, le premier sera présent à la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron, tout comme François Hollande, qui a confirmé dès jeudi sa participation.

Ont été également conviés, “des représentants de la santé, de la jeunesse, des maires, des sportifs, des chefs d’unité de combattants morts pour la France, des soutiens et amis, ainsi que des représentants des corporations patronales et syndicales“, liste-t-on à l’Élysée.

Une cérémonie a minima

La proclamation officielle des résultats par Laurent Fabius

La cérémonie aura lieu à partir de 11 heures dans la salle des fêtes de l’Elysée. Emmanuel Macron y fera son entrée sur la musique du concerto pour hautbois de Haendel. Elle débutera par la proclamation des résultats officiels de l’élection par le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius. Un passage obligé pour les présidents, qu’il s’agisse de leur premier ou second mandat. Le président de la République se verra ensuite remettre le grand collier d’honneur de maître de la Légion d’honneur.

Un discours d’Emmanuel Macron

Après la signature du procès-verbal, viendra l’heure du discours prononcé par le président devant les personnalités invitées, dont les présidents des deux chambres, Richard Ferrand pour l’Assemblée nationale et Gérard Larcher, pour le Sénat. Celui-ci devrait durer une quinzaine de minutes selon BFMTV. Le nouveau président y donnera le ton du prochain quinquennat.

Il y a cinq ans, Emmanuel Macron avait placé son discours sous le signe du renouveau de la vie démocratique, de la puissance de la France. Ce samedi,  l’allocution du chef de l’État “ne sera pas un discours de politique générale“, mais un discours qui “s’inscrira dans l’histoire du pays et s’ouvrira sur l’avenir“, selon un conseiller de la présidence.

Honneurs militaires et passage en revue des troupes

Bagad de Lann-Bihoué

Comme ses prédécesseurs avant lui, Emmanuel Macron gagnera ensuite les jardins de l’Elysée vers midi. C’est là que les honneurs militaires lui sont rendus par la Garde républicaine. Selon la tradition, le président rendra un hommage au drapeau national au son de la Marseillaise, “une façon de rendre les honneurs aux Français“. Il passera ensuite des troupes en revue sur la musique du bagad de Lann-Bihoué (Lorient), qui interprétera un morceau baptisé “Entre terre et mer“.

Entre 160 et 170 militaires assisteront à la cérémonie. Parmi les détachements militaires présents, on trouvera entre autres un régiment des forces spéciales engagé dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et des éléments de la Légion étrangère. Des marins du Monge , navire radar géant rattaché au port de Brest (Finistère), seront également présents dans les jardins de l’Elysée.

21 coups de canon

Au même moment, à quelques kilomètres de là, 21 coups de canon seront tirés depuis les Invalides, selon la tradition héritée de l’Ancien régime. “C’est une tradition qui vient du début du déploiement de l’artillerie de marine“, précise le Palais.

Pas de remontée des Champs-Élysées

En 2017, le président avait remonté les Champs-Élysées jusqu’à l’Arc de Triomphe à bord d’un véhicule léger de l’armée et “escorté par 140 chevaux et 48 motards de la Garde républicaine“, comme le rappelle le site de l’Élysée. Pour ce second mandat, le président réélu ne remontera pas la “plus belle avenue du monde“. Dimanche, Emmanuel Macron participera en revanche aux cérémonies de l’anniversaire du 8 mai sur les Champs-Elysées et sous l’Arc de Triomphe.

Mai
9
lun
Clôture de la conférence “sur l’avenir de l’Europe“ @ Parlement européen
Mai 9 Jour entier

La conférence sur l’avenir de l’Europe touche à sa fin. Lancée le 9 mai 2021,  cette consultation concitoyenne visait à réfléchir à l’Europe de demain et ses objectifs. Au total, 49 propositions ont été élaborées au cours des derniers mois sur la base des contributions des citoyens.

À l’occasion de la Journée de l’Europe, les trois co-présidents du conseil exécutif de la Conférence présenteront le rapport final aux Présidents des institutions de l’Union Européenne. Durant cet événement, la Présidente du parlement européen, Roberta Metsola, celle de la commission, Ursula von der Leyen et le président français, Emmanuel Macron, prononceront un discours, tout comme les représentants des panels de citoyens européens et nationaux et les coprésidents de la Conférence. Des performances artistiques réalisées par Danse l’Europe et l’orchestre de jeunes DEMOS sont aussi prévues. En plus des 449 membres de la plénière (qui inclut 108 citoyens), 120 membres des panels de citoyens européens et 200 élèves d’écoles locales et étudiants Erasmus seront aussi invités à l’événement.

Le déroulé de la cérémonie

Le président Macron est attendu aux alentours de 11h30 au Parlement européen. La cérémonie, proprement dite, devrait commencer vers midi, par la remise du rapport final des 49 propositions, dont quelques-unes portant sur l’agriculture, la culture, le changement climatique, suivie d’interventions de représentants des panels de citoyens européens. La cérémonie sera clôturée par un discours des trois co-présidents du Conseil exécutif. Le président français prononcera, quant à lui, son discours aux alentours de 13h25. Celui ci devrait durer environ 10 minutes.

COFOE 9 may Programme FR CORR

Suivre en Direct la séance de clôture

L’événement sera retransmis en direct de 12 heures à 14 heures en web streaming sur la plateforme du Parlement européen.

 

 

Emmanuel Macron à Berlin @ Chancellerie allemande
Mai 9 Jour entier

Respectant la tradition instaurée par Nicolas Sarkozy de réserver le premier déplacement à l’étranger du mandat à nos voisins d’outre-Rhin, Emmanuel Macron est attendu ce lundi à Berlin, en fin de journée, après un passage dans la matinée à Strasbourg, au Parlement européen, pour clore la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

Le président français affichera sa grande proximité avec Olaf Scholz, même si les relations avec le nouveau chancelier, ne sont pas aussi fécondes qu’espérées à Paris. Car derrière l’amitié franco-allemande, les liens entre les deux dirigeants restent à construire, même s’ils se connaissent bien.  Vu de Paris, la relation avec Berlin n’est en effet pas aussi fluide qu’imaginé. “Sur l’énergie, c’est compliqué avec les Verts, sur la défense, avec le SPD, et quand on évoque les règles budgétaires, c’est avec les libéraux qu’on doit composer“, explique-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron.

Les deux hommes se retrouveront dans la soirée pour un entretien bilatéral, suivi d’un dîner de travail. Ils aborderont “les questions liées à la guerre en Ukraine et aux enjeux de souveraineté européenne“, en particulier “sur les aspects de défense et d’énergie“, a précisé l’Elysée. Le soutien au président Vladimir Zelensky, la défense européenne, les achats en commun de gaz, la réforme du marché de l’électricité et l’accélération de l’adoption du paquet climatique européen seront ainsi au coeur des échanges.

D’autres dossiers internationaux seront discutés dans “le cadre de la présidence allemande du G7, dont le sommet aura lieu en juin prochain“.La “situation au Sahel, dans les Balkans occidentaux et la relation entre l’Union européenne et la Chine“ seront également au menu de cette rencontre.

Emmanuel Macron célèbre l’Europe à Strasbourg @ Parlement européen
Mai 9 Jour entier

Premier déplacement européen pour Emmanuel  Macron depuis sa réélection et son investiture. Le chef de l’État passera ce lundi par Strasbourg, où il prononcera  vers 13h30 un discours lors de la cérémonie de clôture de la conférence sur l’avenir de l’Europe, avant de se rendre à Berlin dans la soirée, pour rencontrer le chancelier Olaf Scholz. Le choix du 9 mai n’est pas un hasard. Ce même jour, le président russe Vladimir Poutine, célèbrera à Moscou, la victoire de la Russie contre le nazisme. Face à la défense d’un autre modèle, antilibéral et expansionniste, le président français voudra affirmer “la force de la démocratie, libérale et pluraliste, où le peuple a le choix de son avenir, face à un régime révisionniste qui verse le sang sur la terre ukrainienne“, souligne l’Elysée.

Le discours du président français au Parlement européen de Strasbourg, le premier depuis sa réélection, est très attendu. D’autant qu’il sera prononcé à une double date symbolique : “journée de l’Europe“ chez les européens, ce 9 mai est connu en Russie comme “le jour de la victoire“, une fête patriotique faite de défilés civils et militaires, utilisée par le Kremlin notamment pour renforcer le lien entre l’armée russe et sa population. Le symbole, selon la Présidence “d’un modèle de révisionnisme historique qui aujourd’hui verse le sang sur la terre ukrainienne“. N’allez pas vous attendre pour autant à un “discours de la Sorbonne bis“, a averti l’Elysée lors d’un briefing à la presse vendredi, “car les bis sont souvent moins bons que les originaux“.

Le 26 septembre 2017, le Président de la République Emmanuel Macron avait prononcé un discours sur sa vision de l’Union européenne, pour “une Europe souveraine, unie et démocratique.

S’exprimant en tant que président du Conseil de l’Union Européenne — jusqu’au 30 juin — le président français répondra “aux citoyens, à leurs propositions, aux enjeux du moment“, expliquent la Présidence. Comprenez : il sera majoritairement question de réforme institutionnelle européenne, lors de ce discours. Emmanuel Macron devrait ainsi annoncer que la question de la révision des traités, mise sans attendre sur la table par le Parlement européen, sera évoquée dès le sommet de la fin juin. “Elle sera nécessaire si l’on veut élargir les compétences de l’Union européenne à la santé, inclure dans la Charte des droits fondamentaux le droit à l’avortement et accorder au Parlement européen le droit d’initiative législative“, explique encore l’Elysée.

Paris, qui ne fait plus désormais de cette réforme des traités “un tabou“, reconnaît que cette révision sera indispensable si les Vingt-sept confirment leur souhait d’accueillir dans l’Union Européenne, les pays des Balkans mais aussi l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie qui en ont fait la demande.

Mai
11
mer
Législatives : le RN dévoile ses candidats @ Siège du Rassemblement National
Mai 11 Jour entier

De retour de deux semaines de vacances, la finaliste malheureuse de la présidentielle a désormais les yeux rivés sur le palais Bourbon. Dix jours près une première conférence de presse déjà censée lancer la campagne des législatives du Rassemblement national (RN), à Fréjus, dans le Var, son lieutenant, et président par intérim du parti, Jordan Bardella en donnera une autre, ce matin. À son QG parisien, dans le 16e arrondissement parisien, le RN présentera sa stratégie et l’ensemble de ses candidats. L’enjeu est grand pour le mouvement d’extrême droite. Objectif : obtenir un groupe à l’Assemblée nationale – ce qui ne leur est plus arrivé depuis les législatives à la proportionnelle de 1986.

 

Dimanche, dans son fief d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) où elle remet son mandat en jeu, Marine Le Pen a dit espérer que le RN entrerait “en force à l’Assemblée nationale.“ Pour autant, sur le plateau de TF1 mardi soir, elle s’est bien gardée de se fixer le moindre objectif chiffré pour son parti, qui, à ce jour, ne compte que sept députés dont elle. Officiellement, après son score de près de 42% des voix au second tour, tous les espoirs sont permis. Officieusement, on n’attend pas des miracles. Rares sont ceux d’ailleurs qui ne prennent pas la précaution, lorsqu’on les interroge, de préciser que les situations locales seront déterminantes.

D’après les stratèges marinistes, Le Pen aurait recueilli plus de 55% des voix au second tour dans 87 circonscriptions, ce qui augurerait d’un vote plus “décomplexé“ qu’il y a 5 ans et donc d’une présence accrue dans les seconds tours (il faut être choisi par 12,5% des électeurs inscrits pour se qualifier). Un potentiel qui, selon les mêmes, doit permettre au RN de viser, au pire, la constitution d’un groupe (15 députés), au mieux, le seuil permettant de déposer une motion de censure contre le gouvernement (58 députés). Interrogé par Playbook, un “grognard“ du RN se montrait toutefois plus prudent encore dans ses pronostics : “Ce qu’on arrive pas à mesurer, c’est la dynamique de l’union de la gauche. On voyait plus grand il y a dix jours, mais s’il y en a 40, c’est déjà beaucoup. Un groupe, ce serait bien. Et si elle ne l’a pas, tout le monde lui tombera sur le paletot…“

Autour de la dirigeante historique du RN, certains s’impatientent légèrement, comme cet eurodéputé qui, off the record, marmonnait hier à PlayBook, que depuis le second tour, “Mélenchon a occupé le spectre médiatique face aux vacances de Le Pen et au non-gouvernement de Macron“. Reste qu’officiellement, les lieutenants marinistes s’affichent sereins. “On a pris l’habitude de ne jamais s’énerver ou s’exciter”, indiquait hier un proche de Me Le Pen, faisant allusion à “l’ouragan Zemmour du mois d’octobre“, face auquel la candidate, de fait, avait bien dû faire le dos rond. Cette fois, elle et ses proches, qui se targuent de s’être tenus loin des “tambouilles“ politiciennes et de “l’espèce de vente à la criée des circos“, parient donc sur la diabolisation à venir de ce que certains au sein du parti nomment au choix, “la coalition zadiste”, “radicale de gauche, wokiste, indigéniste, racialiste et un peu séparatiste“.

Le dossier de presse

220510_DOSSIER-DE-PRESSE
Mai
12
jeu
Sommet mondial sur le Covid-19 @ Virtuel
Mai 12 Jour entier

Alors que la Chine, pays d’origine de la pandémie, confine ses grandes villes pour tenir son objectif Zéro Covid, le sommet mondial Covid qui se tient ce jeudi 12 mai en distanciel se penchera sur les nouvelles défenses à construire face aux prochains risques de pandémie. Cette réunion organisé sous l’égide des Etats-Unis, “va redoubler nos efforts collectifs pour mettre fin à la phase aiguë de l’épidémie de Covid-19 et nous préparer à de futures menaces liées à la santé’, expliquent les pays organisateurs dans un communiqué.

Ce sera la deuxième rencontre sur la pandémie de coronavirus, qui a tué plus de six millions de personnes dans le monde et bouleversé l’économie mondiale, depuis qu’elle a commencé à se propager en décembre 2019. Le sommet, qui aura lieu en virtuel, sera co-présidée par les Etats-Unis, l’Allemagne, actuellement à la tête du G7, l’Indonésie, à la tête du G20, le Sénégal, à la tête de l’Union africaine et le Belize, à la tête de la Caricom (pays des Caraïbes).

Le sommet mettra l’accent sur les vaccins, mais aussi sur l’amélioration de l’accès aux tests et aux traitements. Les États-Unis devraient demander aux pays riches d’intensifier et d’augmenter le financement de la lutte contre la pandémie alors que, dans le même temps, Washington se présentera les mains vides. Le Congrès n’a en effet pas encore approuvé les 5 milliards de dollars de fonds de réponse à la pandémie mondiale demandés par Joe Biden. Il est aussi une occasion de partager les meilleures pratiques. Les nations africaines, qui ont une vaste expérience avec d’autres maladies transmissibles comme le VIH, la tuberculose et Ebola, ont des défis et des atouts différents en matière de santé publique.

Guerre en Ukraine : réunion du Conseil de sécurité et du Conseil des droits de l’homme de l’ONU @ Siège des Nations Unies
Mai 12 Jour entier

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU organise ce jeudi, une session extraordinaire au vu de “la dégradation continue de la situation humanitaire“. Programmée à la demande de la France et du Mexique, cette session sera la 16e du Conseil de sécurité depuis l’invasion russe du 24 février. En vue de cette réunion, la France et le Mexique ont demandé des exposés du département des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), a précisé un diplomate.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé mercredi à maintenir le contact avec la Russie pour sauver des vies en Ukraine et préparer la paix, même si aucun règlement pacifique ne se profile actuellement.

Cette réunion se tiendra le même jour qu’une session extraordinaire à Genève du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, réclamée par l’Ukraine, sur “la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine“, qui se penchera ce jeudi sur les allégations d’exactions graves commises par la Russie en Ukraine, en particulier à Marioupol et Boutcha. Les Nations Unies ont indiqué que la demande de Kiev était soutenue par quinze autres Etats membres du conseil, dont la France, la Gambie, le Japon, le Mexique, les Etats-Unis et la Pologne, et par trente-six pays observateurs, dont la Bulgarie, la Hongrie, la Suisse et la Turquie.

Sur Twitter, la mission de l’Ukraine auprès des Nations unies a appelé le Conseil des droits de l’homme à agir : “ Nous voulons que l’ONU prenne des mesures concrètes pour lutter contre les violations des droits de l’homme commises par la Russie en Ukraine et les crimes de guerre qu’elle commet quotidiennement contre notre peuple.“

 

Mai
14
sam
L’Ukraine au menu de l’OTAN @ Siège de l'OTAN
Mai 14 Jour entier

Les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance Atlantique (OTAN) se réunissent ce samedi et dimanche à Berlin en format informel pour faire le point sur la guerre en Ukraine. Selon le département d’État américain, la rencontre a pour objectif d’affiner et de renforcer la coordination des pays membres de l’Otan en réponse à l’agression russe en Ukraine. Dans leur premier contact téléphonique depuis le début de la guerre, le chef du Pentagone a demandé vendredi au ministre de la Défense russe un cessez-le-feu immédiat en Ukraine.

Le G7 a d’ores et déjà promis ce samedi “d’élargir les sanctions“ économiques visant Moscou pour son invasion de l’Ukraine à “des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante“, tout en exhortant la Chine à “ne pas saper“ ces mesures. Le G7 ne “reconnaîtra jamais“ les frontières que la Russie veut imposer par la force avec sa guerre en Ukraine, ont affirmé ce samedi 14 mai les ministres des Affaires étrangères du groupe des sept grandes puissances.

Les ministres des Affaires étrangères de Finlande et de Suède ont été invités au dîner de travail de leurs homologues. Le calendrier de leur demande d’adhésion imminente à l’Otan sera abordé ainsi que l’hostilité à l’égard de leur candidature de la part de la Turquie. Le président turc avance l’argument selon lequel ces deux pays hébergeraient des “terroristes“ kurdes en lutte contre le régime d’Ankara. Mais la Turquie craint aussi probablement les réactions du Kremlin alors que Recep Tayyip Erdogan essaie de maintenir son pays dans une position de médiateur entre l’Ukraine et la Russie.

Mai
16
lun
Levée du masque dans les transports en France et dans les avions en Europe @ France
Mai 16 Jour entier

C’est la fin de l’un des derniers verrous contre la Covid-19. “À partir de lundi 16 mai, le masque ne sera plus obligatoire dans l’ensemble des transports en commun“, a annoncé le ministre de la Santé, lors d’un point presse organisé Le 11 mai à la sortie du Conseil des ministres. La mesure “s’inscrit dans la stratégie globale de réduction progressive des mesures de freinage en cours dans notre pays“, a ajouté Olivier Véran, précisant toutefois que le masque restait “recommandé“.

Peu de restrictions sanitaires demeurent

Dans les faits, la mesure s’applique à tout mode de transport en France : métro, bus, train, avion et taxis, a précisé le cabinet du ministère à l’AFP. Avec la levée de cette restriction, le masque n’est désormais plus obligatoire nulle part dans l’Hexagone, exception faite des établissements de santé et médico-sociaux, comme les hôpitaux, cabinets de professionnels médicaux, pharmacies, laboratoires ou Ehpad : il y est exigé “si la situation sanitaire l’exige“précise le ministère. Le pass vaccinal reste lui aussi obligatoire, pour accéder aux hôpitaux, aux maisons de retraite, mais aussi pour entrer dans les établissements accueillant les adultes en situation de handicap.

Plus de masque dans les avions en Europe

Autre changement, à compter de ce lundi, le masque n’est également plus obligatoire dans les avions et aéroports de l’Union européenne. Une décision prise conjointement par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA). Chaque pays restant maître des règles qui s’y appliquent, l’obligation ou non de porter le masque peut toutefois évoluer en fonction du voyage.

Des règles variables selon les compagnies

Si vous prenez un avion ou un train vers un pays où le port du masque est toujours obligatoire, les compagnies de transport seront en charge de préciser les règles à bord“, fait savoir le ministère. Concrètement, “Si l’État de départ ou de destination exige le port de masques faciaux dans les transports publics, les exploitants d’aéronefs devraient exiger des passagers et de l’équipage qu’ils se conforment à ces exigences“ précise en effet le protocole européen. Concrètement et comme le conseille le ministère “Il est utile de se renseigner auprès de la compagnie pour savoir si le port du masque est exigé ou non, et notamment sur les vols vers ou en provenance d’une destination où le port du masque est toujours obligatoire dans les transports publics“.

 

 

Mai
20
ven
Élisabeth Borne dévoile son gouvernement @ Hôtel de Matignon
Mai 20 Jour entier

La composition du nouveau gouvernement dirigé par Elisabeth Borne sera annoncée ce vendredi après-midi et le premier conseil des ministres se tiendra lundi, a annoncé l’Elysée. La nouvelle équipe gouvernementale sera ainsi constituée quatre jours après la nomination comme première ministre, de l’ancienne ministre du travail, qui avait revendiqué jeudi de prendre le temps de fédérer “la meilleure équipe“. “Évidemment on n’est pas en train de traîner. Je peux vous assurer qu’on y travaille très étroitement“ a déclaré jeudi la cheffe du gouvernement, à l’occasion d’un premier déplacement, aux Mureaux, dans les Yvelines.

Également interpellé sur le sujet, Emmanuel Macron a pour sa part souligné hier que la formation d’un gouvernement nécessitait “du temps, des échanges de fond […] donc autant de temps qu’utile et nécessaire“.

Le nouveau gouvernement se réunira lundi, près d’un mois après la réélection du chef de l’Etat, le 24 avril, et à trois semaines du premier tour des législatives des 12 et 19 juin. D’ici à lundi se dérouleront les cérémonies de passation de pouvoir dans les ministères entre les sortants et les nouveaux arrivants.

Pour composer son équipe, Elisabeth Borne s’est rendue à plusieurs reprises à l’Elysée, a consulté ses prédécesseurs, Edouard Philippe et Bernard Cazeneuve (ex-PS), ainsi que des responsables politiques et les partenaires sociaux. Le nouveau gouvernement devrait être assez resserré, avec une quinzaine de ministres selon certains membres de la majorité. Il devrait ensuite s’élargir après les législatives les 12 et 19 juin, notamment avec des secrétaires d’Etat, selon les résultats du scrutin.

Mai
23
lun
Premier Conseil des ministres du gouvernement Borne @ Palais de l'Elysée
Mai 23 Jour entier

Près d’un mois après la réélection d’Emmanuel Macron, , le nouveau gouvernement se réunit au grand complet ce lundi à 10 heures. Ce premier conseil des ministres sera l’occasion d’un premier tour de piste pour les nouveaux entrants d’un gouvernement Borne qui compte toutefois en son sein une majorité de membres de l’équipe sortante (14 sur un total de 27 membres).

L’ordre du jour, qui n’avait pas encore été envoyé aux journalistes hier soir, a été esquissé par la cheffe du gouvernement dans la matinée, dans une interview au JDD. Elle y égrène ainsi quatre chantiers prioritaires : l’école, la santé, la transition écologique et au premier chef, le pouvoir d’achat.

“Le premier texte examiné par la nouvelle Assemblée nationale sera sur le pouvoir d’achat“ a d’ailleurs confirmé la nouvelle Première ministre, invitée au soir de sa nomination sur TF1. Elisabeth Borne y a égrené les différentes mesures prévues par ce futur texte, qui prendra la forme d’une loi rectificative du budget 2022 : prolongation du bouclier tarifaire, chèque alimentation, relèvement du point d’indice des fonctionnaires, suppression de la redevance audiovisuelle.

Le sujet sera d’ailleurs au centre des agapes, ce midi, à Matignon. Selon les infos glanées par Playbook, Elisabeth Borne invite à sa table le locataire renouvelé de Bercy, Bruno Le Maire, son nouveau voisin des Comptes publics, Gabriel Attal ainsi que le ministre du Travail, Olivier Dussopt pour plancher sur le paquet de mesures que l’exécutif souhaite faire voter, sitôt les législatives passées.

À l’issue de ce déjeuner, Bruno Le Maire réunira à Bercy les principales organisations patronales pour faire “un point d’étape“ et voir si les uns et les autres ont des propositions à faire pour faire face à l’inflation, à côté des grandes lignes déjà connues : prolongation du bouclier tarifaire et de la remise sur les prix des carburants, création d’un chèque alimentation, revalorisation des minima sociaux ou encore suppression de la redevance audiovisuelle.