L’agenda politique

Sep
12
mar
Journée nationale d’action et de mobilisations contre la réforme du travail
Sep 12 Jour entier

A l’initiative de la CGT, Solidaires et de la FSU, près de 180 manifestations et de nombreuses actions sont organisées dans toute la France, afin de protester contre la réforme du Code du travail (le détail des rassemblements dans le lien ci-après). A Paris, le  rassemblement partira de la place de la Bastille à 14h00.

 

La mobilisation devrait dépasser largement les seuls rangs de la CGT, Solidaires et la FSU. Malgré les consignes nationales, plusieurs dizaines d’unions départementales de Force ouvrière, certaines de la CFTC, de l’ UNSA, et de la CFE-CGC appellent en effet aussi à manifester.

Près de 4.000 appels à la grève ont été également recensés par la CGT dans les secteurs suivants

  • Transports – La CGT-cheminots et SUD-rail, premier et troisième syndicats à la SNCF, appellent à la grève ainsi que la la CGT-RATP qui a elle aussi déposé un préavis couvrant l’ensemble des personnels. Les fédérations CGT et FO des transports appellent également les routiers à faire grève ;
  • Transports aériens – Chez les transporteurs, Air France, la CGT, FO et SUD ont déposé des préavis de grève pour la journée du 12, de même que l’Usac-CGT, pour les contrôleurs aériens ;
  • Pétrole et énergie – Dans le secteur pétrolier, la FNIC-CGT appelle au débrayage. La fédération FO chimie appelle également à la grève. Idem dans l’énergie, où la CGT, syndicat majoritaire, et FO appellent à la mobilisation. L’alliance Unsa – CFE-CGC Energies appelle aussi à rejoindre le mouvement ;

  • Fonction publique – Même si la réforme du code du travail concerne le secteur privé, du côté de la fonction publique, la CGT et Solidaires rejointes par la FSU, ont appelé à la mobilisation. Les fédérations FO couvrant la Fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale ont déposé un préavis de grève qui court du 11 septembre au 11 octobre « sous le signe de la résistance syndicale contre les attaques portées au statut des fonctionnaires ».

Nov
4
sam
Édouard Philippe en déplacement aux Antilles @ Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy
Nov 4 @ 12:00 – 11:59

Suite aux passages des ouragans Irma et Maria, Édouard Philippe effectuera un déplacement en Martinique, en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, du samedi 4 au lundi 6 novembre. « Ces visites s’inscrivent dans la continuité des travaux du Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin« , selon les termes d’un communiqué de la préfecture de Martinique. Le Premier ministre sera accompagné des ministres, Annick Girardin (Outre-mer), Jean-Michel Blanquer (Education) et Laura Flessel (Sports), ainsi que de deux secrétaires d’Etat, dont, Jean-Baptiste Lemoyne (Affaires européennes)

Le voyage commencera samedi en Martinique, où le chef du gouvernement a souhaité mettre en avant la jeunesse ultramarine, dans une île au vieillissement démographique alarmant. Après s’être recueilli sur la tombe d’Aimé Césaire, il rencontrera notamment au Lamentin le régiment du Service militaire adapté, qui regroupe un millier de jeunes volontaires martiniquais, dont certains ont rejoints les secours à Saint-Martin.

Dimanche, la visite officielle se poursuivra en Guadeloupe, où le cyclone Maria a provoqué de sérieux dégâts le 20 septembre, notamment pour l’agriculture et la pêche. Edouard Philippe rendra notamment visite à une bananeraie et à une ferme de chayotes, ainsi qu’à des pêcheurs.

Après Saint-Martin lundi matin, le Premier ministre doit passer à Saint-Barthélemy lundi après-midi, où il visitera un site hôtelier sinistré. Dans les deux îles, le tourisme assure près du quart des emplois. Si l’absence de revenus touristiques cette saison est une certitude, « il faut qu’on soit prêts pour la prochaine en novembre 2018 », souligne Matignon.

Nov
15
mer
Visite officielle d’Edouard Philippe au Maroc @ Rabat
Nov 15 – Nov 16 Jour entier

Edouard Philippe, est attendu les 16 et 17 novembre à Rabat, au Maroc, pour co-présider avec son homologue marocain, Saâdeddine El Otmani, la Haute commission mixte France-Maroc. Lors de cette visite officielle, destinée aussi à préparer la visite d’Etat que compte effectuer Emmanuel Macron au Maroc début 2018, le Premier ministre procédera en compagnie du premier ministre marocain, à la signature de 10 accords de coopération bilatéraux.

Une délégation du patronat français, présidée par Mme Marie-Ange Debon, Vice-Présidente de MEDEF International et Directrice Générale Adjointe, en charge de l’international du groupe SUEZ, accompagnera le Premier ministre.

 

Nov
20
lun
Réunion du Conseil de Paris @ Hôtel de ville de Paris
Nov 20 – Nov 22 Jour entier

Le Conseil de Paris se réunit du lundi 20 novembre, 9h00 au mercredi 22 novembre. Présidée par la Maire de Paris, Anne Hidalgo, ou l’un de ses adjoints, la première matinée est consacrée à un débat sur un aspect de la politique communale ou départementale. Le temps de parole est réparti entre les groupes politiques au prorata de leurs effectifs. Ensuite, débute, par commission – municipal et général réunis – et par adjoint(s) rapporteur(s), l’examen des projets sur lesquels les élus se sont inscrits. La deuxième matinée, à défaut d’un second débat organisé, se poursuit par l’examen individuel des projets. En début d’après-midi, le mardi, chaque groupe politique pose une « question d’actualité » auxquelles l’exécutif répond.

Les votes se font majoritairement « à main levée » après chaque dossier (délibération, amendement ou vœux). Exceptionnellement peut intervenir un scrutin public (votes nominatifs et publics) ou un scrutin à bulletin secret (votes non nominatifs). Un vote global d’approbation des projets n’ayant pas fait l’objet d’un débat est organisé en fin de séance.

Trois grands débats sont à l’ordre du jour  de cette session :

  • L’orientation budgétaire ;
  • La présentation du nouveau « plan Climat » comportant plus de 500 mesures portant sur la qualité de l’air, telles que la fin des véhicules à combustion thermique à l’horizon 2024 pour le diesel et 2030 pour l’essence, ou encore, la création d’une voie réservée au covoiturage sur le périphérique ;
  • Le programme local de prévention des déchets ménagers.

Lundi 20 novembre

La Ville de Paris a adopté ce lundi son plan climat, par un vote à l’unanimité de tous les groupes politique. Composé de 500 mesures, ce plan doit être soumis pour amendement éventuel à l’État, à la région Île-de-France et aux Parisiens. Il sera présenté de nouveau en Conseil de Paris début 2018, pour une adoption finale. Le plan, dont le calendrier est en plusieurs tranches, prévoit de diviser par deux la consommation énergétique de la capitale et d’éco-rénover un million de logements d’ici à 2050, ou de porter à 25 % la part des énergies renouvelables et de récupération d’ici 2020. Comme déjà annoncé il y a quelques semaines, il vise à atteindre le « zéro véhicule diesel » dans la capitale à l’horizon 2024 et « zéro véhicule essence » à l’horizon 2030. Parmi les mesures à atteindre qui sont prévues : « le zéro véhicule diesel »  dans la capitale à l’horizon 2024, la production locale d’énergie renouvelable ou la perspective d’une écotaxe pour les camions en transit.

 

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/odjcp_cm.pdf »]

 

Nov
21
mar
Le PLFSS 2018 adopté à une large majorité par le Sénat @ Palais du Luxembourg
Nov 21 @ 3:00

Le vote solennel du budget 2018 de la Sécurité sociale par le Sénat est prévu le mardi 21 novembre :

  • 15h00 : explications de vote des groupes sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018, adopté par l’Assemblée nationale ;
  • 16h00 – 16h30 : scrutin public solennel ;
  • 16h30 : proclamation des résultats.

Le Sénat adopte ce mardi le projet de loi de la Sécurité sociale pour 2018 lors d’un scrutin public solennel  :

  • Nombre de votants : 343 ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 239 ;
  • Pour : 204 ;
  • Contre : 35

 

Nov
22
mer
Point presse du conseil d’orientation des retraites
Nov 22 @ 3:00

 

A l’heure où débutent les consultations sur la réforme des retraites, le Conseil d’Orientation sur les retraites (COR) a présenté mercredi 22 novembre, à 15h00, son rapport sur l’équilibre financier des systèmes de retraite jusqu’en 2070. Une nouvelle pièce qui va alimenter le débat sur l’avenir des retraites.

Dans le document présenté ce mercredi, le COR révise donc une nouvelle fois ses prévisions financières.  Il y a certes un nouveau décalage mais beaucoup moins important que le précédent. Et cette fois, dans le bon sens… Les chiffres sont meilleurs et l’équilibre du système de retraite serait finalement atteint en 2044, avec une croissance de 1,5 %, et même en 2036 avec un taux de croissance à 1,8 %. C’est à court terme, à l’horizon 2020, que l’écart avec les prévisions de juin est le plus important, à 0,3 % du PIB, soit un déficit moins fort de plus de 6 milliards d’euros. Sur le plus long terme, l’écart est moindre, de l’ordre de 0,1 % du PIB.

Le COR s’est appuyé sur les mêmes grandes prévisions économiques qu’en juin mais il a révisé ses hypothèses de croissance et de PIB, tenant compte des nouveaux chiffres, plus optimistes, livrés par le gouvernement au mois de septembre. Le Conseil d’Orientation des Retraites a également pris en compte dans ses projections les nouveautés du budget de la Sécurité sociale pour 2018 et notamment le décalage de la date de revalorisation des retraites au 1er janvier et les revalorisations exceptionnelles du minimum vieillesse, deux mesures représentant une économie de 0,7 % sur la masse des pensions à verser selon le COR. Ces nouvelles projections à long terme vont servir de base de travail au Haut-Commissaire aux retraites, pour l’élaboration de la réforme des retraites.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/doc-4071.pdf »]