L’agenda politique

Sep
12
mar
Journée nationale d’action et de mobilisations contre la réforme du travail
Sep 12 Jour entier

A l’initiative de la CGT, Solidaires et de la FSU, près de 180 manifestations et de nombreuses actions sont organisées dans toute la France, afin de protester contre la réforme du Code du travail (le détail des rassemblements dans le lien ci-après). A Paris, le  rassemblement partira de la place de la Bastille à 14h00.

 

La mobilisation devrait dépasser largement les seuls rangs de la CGT, Solidaires et la FSU. Malgré les consignes nationales, plusieurs dizaines d’unions départementales de Force ouvrière, certaines de la CFTC, de l’ UNSA, et de la CFE-CGC appellent en effet aussi à manifester.

Près de 4.000 appels à la grève ont été également recensés par la CGT dans les secteurs suivants

  • Transports – La CGT-cheminots et SUD-rail, premier et troisième syndicats à la SNCF, appellent à la grève ainsi que la la CGT-RATP qui a elle aussi déposé un préavis couvrant l’ensemble des personnels. Les fédérations CGT et FO des transports appellent également les routiers à faire grève ;
  • Transports aériens – Chez les transporteurs, Air France, la CGT, FO et SUD ont déposé des préavis de grève pour la journée du 12, de même que l’Usac-CGT, pour les contrôleurs aériens ;
  • Pétrole et énergie – Dans le secteur pétrolier, la FNIC-CGT appelle au débrayage. La fédération FO chimie appelle également à la grève. Idem dans l’énergie, où la CGT, syndicat majoritaire, et FO appellent à la mobilisation. L’alliance Unsa – CFE-CGC Energies appelle aussi à rejoindre le mouvement ;

  • Fonction publique – Même si la réforme du code du travail concerne le secteur privé, du côté de la fonction publique, la CGT et Solidaires rejointes par la FSU, ont appelé à la mobilisation. Les fédérations FO couvrant la Fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale ont déposé un préavis de grève qui court du 11 septembre au 11 octobre « sous le signe de la résistance syndicale contre les attaques portées au statut des fonctionnaires ».

Oct
23
lun
Vote par scrutin public de la 1ère partie du projet de loi de finances 2018 @ Assemblée nationale
Oct 23 – Oct 24 Jour entier

Lundi 23 octobre en fin d’après-midi, les députés terminent l’examen de la première partie du projet de loi de finances pour 2018 puis, mardi 24 octobre vers 17h00, l’Assemblée votera par scrutin public sur cette première partie. La discussion de la seconde partie débutera le 31 octobre et devrait se conclure par un vote solennel le mardi 21 novembre.

L’adoption définitive du projet de loi devra intervenir au plus tard le vendredi 22 décembre 2017, ce qui correspond à l’échéance du délai constitutionnel de soixante-dix jours, prévu par l’article 47 de la Constitution, qui court à compter du lendemain de la transmission de la lettre récapitulative des annexes.

 

 

Oct
31
mar
Vote solennel du PLFSS 2018 @ Assemblée nationale
Oct 31 @ 4:15

L’Assemblée procédait ce mardi au vote solennel du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, examiné depuis le mardi 17 octobre. Les députés ont adopté en première lecture le texte : sur 559 votants, 354 ont voté pour, 192 ont voté contre. 13 se sont abstenus.

 

Le Sénat examinera à son tour le texte à partir du lundi 13 novembre.

Nov
2
jeu
Date butoir pour le dépôt des candidatures au poste de délégué général de LREM
Nov 2 Jour entier

Les candidats potentiels au poste de Délégué général de la République en Marche peuvent se déclarer jusqu’au jeudi 2 novembre. Les noms officiels des candidats seront publiés le 6 novembre prochain. L’élection du délégué général (et des 20 membres du Bureau exécutif) doit avoir lieu lors du premier Conseil national à Lyon le 18 novembre. Selon les statuts du parti, Les candidats peuvent se présenter seul, ou sur une liste de deux candidats, ou sur une liste de trois candidats. Une seule candidature par adhérent est autorisée.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a confirmé mercredi 25 octobre sa candidature pour prendre la tête du parti. « Il n’y a pour l’instant pas d’autre candidat« , a t-il précisé. Ajoutant : « Pour l’instant les candidatures sont ouvertes, moi je n’ai pas formellement déposé la mienne. »

Probable futur « patron » de La République en marche avec le blanc-seing d’Emmanuel Macron, Christophe Castaner engrange les soutiens avant de constituer d’ici jeudi soir son équipe resserrée. Le secrétaire d’État en charge des Relations avec le Parlement doit en effet réunir ses parrainages (60 adhérents membres du Conseil, dont 30 députés, 3 sénateurs, 10 référents territoriaux et 5 élus non parlementaires). Selon toute vraisemblance, un triomphe total et sans adversité se profile toutefois pour lui lors de la Convention de LREM du 8 novembre qui installera les nouvelles instances du parti.

Nov
4
sam
Édouard Philippe en déplacement aux Antilles @ Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy
Nov 4 @ 12:00 – 11:59

Suite aux passages des ouragans Irma et Maria, Édouard Philippe effectuera un déplacement en Martinique, en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, du samedi 4 au lundi 6 novembre. « Ces visites s’inscrivent dans la continuité des travaux du Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin« , selon les termes d’un communiqué de la préfecture de Martinique. Le Premier ministre sera accompagné des ministres, Annick Girardin (Outre-mer), Jean-Michel Blanquer (Education) et Laura Flessel (Sports), ainsi que de deux secrétaires d’Etat, dont, Jean-Baptiste Lemoyne (Affaires européennes)

Le voyage commencera samedi en Martinique, où le chef du gouvernement a souhaité mettre en avant la jeunesse ultramarine, dans une île au vieillissement démographique alarmant. Après s’être recueilli sur la tombe d’Aimé Césaire, il rencontrera notamment au Lamentin le régiment du Service militaire adapté, qui regroupe un millier de jeunes volontaires martiniquais, dont certains ont rejoints les secours à Saint-Martin.

Dimanche, la visite officielle se poursuivra en Guadeloupe, où le cyclone Maria a provoqué de sérieux dégâts le 20 septembre, notamment pour l’agriculture et la pêche. Edouard Philippe rendra notamment visite à une bananeraie et à une ferme de chayotes, ainsi qu’à des pêcheurs.

Après Saint-Martin lundi matin, le Premier ministre doit passer à Saint-Barthélemy lundi après-midi, où il visitera un site hôtelier sinistré. Dans les deux îles, le tourisme assure près du quart des emplois. Si l’absence de revenus touristiques cette saison est une certitude, « il faut qu’on soit prêts pour la prochaine en novembre 2018 », souligne Matignon.

Nov
13
lun
Commémoration du 2e anniversaire des attentats de Paris et Saint-Denis @ Paris 10, Paris 11, Saint-Denis
Nov 13 Jour entier

 

Deux ans « jour pour jour » après les attaques de Paris et de Saint-Denis dans lesquelles 130 personnes ont été tuées, le président de la République, Emmanuel Macron, son prédécesseur, François Hollande, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont rendu un hommage aux différentes victimes des attaques djihadistes du 13 novembre 2015. Des terrasses des 10e et 11e arrondissements de Paris au parvis du Stade-France en passant par le Bataclan, le chef de l’Etat s’est rendu sur chaque site touché par les attentats.

Des cérémonies placés sous le signe de la sobriété, comme l’ont souhaité les familles des victimes. Il n’y a eu ni prise de parole, ni discours officiels. Comme en 2016, leurs noms ont été énumérés, une gerbe déposée et une minute de silence observée. Le président de la République s’est déplacé d’abord à Saint-Denis, sur le parvis du Stade de France, avant de se rendre sur les terrasses du « Carillon », du Petit Cambodge », de « La bonne bière », du « Comptoir Voltaire » et de La « Belle Équipe ». Il a rejoint en fin de matinée la salle de concert du Bataclan où 90 personnes ont perdu la vie.

 

Les hommages sur les sites parisiens des attentats 

Hommage au Stade de France

L'hommage de l'association de victimes "Life for Paris"

Après ces hommages officiels, le président Emmanuel Macron, son prédécesseur François Hollande et la maire de Paris Anne Hidalgo ont assisté assistent à l’hommage organisé devant la mairie du 11e par l’association de victimes Life for Paris.

Un lâcher de ballons clôt la cérémonie

Heroes de David Bowie en hommage aux 130 victimes

Le président de Life for Paris, Arthur Dénouveaux, prend la parole sur le parvis de la mairie du 11e

L’hommage aux victimes commence par une introduction musicale

 

 

 

Nov
21
mar
Le PLFSS 2018 adopté à une large majorité par le Sénat @ Palais du Luxembourg
Nov 21 @ 3:00

Le vote solennel du budget 2018 de la Sécurité sociale par le Sénat est prévu le mardi 21 novembre :

  • 15h00 : explications de vote des groupes sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018, adopté par l’Assemblée nationale ;
  • 16h00 – 16h30 : scrutin public solennel ;
  • 16h30 : proclamation des résultats.

Le Sénat adopte ce mardi le projet de loi de la Sécurité sociale pour 2018 lors d’un scrutin public solennel  :

  • Nombre de votants : 343 ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 239 ;
  • Pour : 204 ;
  • Contre : 35

 

Nov
22
mer
Point presse du conseil d’orientation des retraites
Nov 22 @ 3:00

 

A l’heure où débutent les consultations sur la réforme des retraites, le Conseil d’Orientation sur les retraites (COR) a présenté mercredi 22 novembre, à 15h00, son rapport sur l’équilibre financier des systèmes de retraite jusqu’en 2070. Une nouvelle pièce qui va alimenter le débat sur l’avenir des retraites.

Dans le document présenté ce mercredi, le COR révise donc une nouvelle fois ses prévisions financières.  Il y a certes un nouveau décalage mais beaucoup moins important que le précédent. Et cette fois, dans le bon sens… Les chiffres sont meilleurs et l’équilibre du système de retraite serait finalement atteint en 2044, avec une croissance de 1,5 %, et même en 2036 avec un taux de croissance à 1,8 %. C’est à court terme, à l’horizon 2020, que l’écart avec les prévisions de juin est le plus important, à 0,3 % du PIB, soit un déficit moins fort de plus de 6 milliards d’euros. Sur le plus long terme, l’écart est moindre, de l’ordre de 0,1 % du PIB.

Le COR s’est appuyé sur les mêmes grandes prévisions économiques qu’en juin mais il a révisé ses hypothèses de croissance et de PIB, tenant compte des nouveaux chiffres, plus optimistes, livrés par le gouvernement au mois de septembre. Le Conseil d’Orientation des Retraites a également pris en compte dans ses projections les nouveautés du budget de la Sécurité sociale pour 2018 et notamment le décalage de la date de revalorisation des retraites au 1er janvier et les revalorisations exceptionnelles du minimum vieillesse, deux mesures représentant une économie de 0,7 % sur la masse des pensions à verser selon le COR. Ces nouvelles projections à long terme vont servir de base de travail au Haut-Commissaire aux retraites, pour l’élaboration de la réforme des retraites.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/doc-4071.pdf »]

Nov
23
jeu
Examen du PLF 2018 par le Sénat @ Palais du Luxembourg
Nov 23 @ 11:00

Le Sénat examine le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 partir du jeudi 23 novembre, 11h00. Deux semaines de débat sont prévues,  le scrutin public aura lieu le 12 décembre. Lors de l’examen de la première partie du PLF 2018 en commission des finances mercredi 15 novembre, la majorité LR du Sénat a voté la suppression dans le texte, de la réforme de la taxe d’habitation. La haute chambre souhaite se donner jusqu’en 2019 pour soit, étendre la mesure à tous les contribuables, soit proposer une alternative à cette réforme.

Contrairement à l’an passé, la majorité sénatoriale de droite a déclaré qu’elle ne rejetterait pas en bloc le premier budget de l’ère Macron. Elle a annoncé d’ores et déjà qu’elle votera le volet « recettes », mais souhaite de plus amples efforts sur les dépenses. « Supprimer le nouvel impôt sur la fortune immobilière (l’IFI) », voilà ce que portera notamment la droite sénatoriale. A gauche, les sénateurs dénoncent « un budget pour les riches. » Les communistes comme les socialistes demandent en priorité, une réforme de la fiscalité locale.

Séances : semaine du 19 au 26 novembre

  • 23 novembre : discussion générale :11 heures, 16h15 et éventuellement le soir ;
  • 24 novembre : 14 h 30 et le soir  (suite art. 1ère partie) ;
  • 25 novembre : 9 h 30,  14 h 30 et, éventuellement, le soir (suite art. 1ère partie) ;
  • 26 novembre : 9 h 30, à 14 h 30 et le soir  (suite art. 1ère partie).

Avr
13
lun
Coronavirus : Emmanuel Macron s’adresse aux français @ Elysée
Avr 13 Jour entier

Ce sera la troisième fois depuis le début de l’épidémie qu’il s’exprimera face aux Français. Lundi 13 avril, vers 20h00, le chef de l’état prendra la parole, pour faire le point sur les mesures de lutte contre l’épidémie de coronavirus ainsi que sur la situation sanitaire globale en France.

Un horaire imprécis, justifié par le « clapping » de 20 heures, rendez-vous quotidien pendant lequel des Français applaudissent à leurs fenêtres les personnels soignants qui luttent contre la pandémie.

Après avoir laissé son Premier ministre aux commandes, devant la mission d’information de l’Assemblée nationale mercredi 1er avril et en prime time le lendemain sur TF1, Emmanuel Macron  reprend donc la main en s’adressant une nouvelle fois au pays, comme il l’avait promis le 16 mars dernier. «  »Régulièrement, je m’adresserai à vous » avait-il alors déclaré.

Lors de cette allocution télévisée, le président de la république doit « principalement » faire le point sur l’état du confinement, dont l’Elysée a officialisé la prolongation au-delà du 15 avril, mercredi 8 avril. Ce sera à n’en pas douter l’un des sujets phares de cette allocution. Et ce, alors que les français sont entrés dans leur quatrième semaine de huis clos. Il reviendra également sur la situation sanitaire en France, qui reste préoccupante, le pays ayant passé officiellement mardi 7 avril, la barre des 10 000 morts du Covid-19.

Selon le Parisien, le chef de l’état pourrait également profiter de cette allocution pour clarifier un certain nombre de points, particulièrement sensibles, toujours en suspens. A commencer par les interrogations sur la généralisation du port du masque, alors que plusieurs collectivités ont pris ces derniers jours des arrêtés en ce sens, notamment à Nice (Alpes-Maritimes).  La parole présidentielle est également très attendue sur le le recours  contesté  aux données personnelles des smartphones,  pour tracer les personnes contaminées par le coronavirus. Le président pourrait enfin lever le voile sur le calendrier du second tour des municipales, prévu en principe fin juin.

Avr
15
mer
Présentation d’un second budget rectificatif @ Elysée
Avr 15 Jour entier

Un projet de loi de finances rectificative (PLFR), le deuxième depuis le début de la crise sanitaire, est présenté en Conseil des ministres, ce mercredi 15 avril . Objectif : ajuster les grands agrégats économiques – prévisions de croissance, de déficit ou d’endettement – à la nouvelle situation économique et débloquer davantage de crédits pour répondre à la forte demande des mesures d’urgence telles que le chômage partiel ou le Fonds de solidarité.  Les ministres, Bruno Le Maire (Economie) et Gérald Darmanin (Comptes public), en ont révélé les grandes lignes jeudi 9 avril.

Dans ce budget rectificatif, figurent plusieurs mesures qui doivent permettre à davantage d’entreprises de bénéficier d’un accompagnement financier pour surmonter les conséquences économiques de la crise sanitaire. Ces nouvelles mesures devraient notamment permettre à davantage de petites entreprises, notamment agricoles, de bénéficier de l’aide de 1 500 euros en cas de forte baisse d’activité, car ce sera désormais la moyenne du chiffre d’affaires sur les 12 derniers mois qui sera prise en compte dans le calcul, et non la différence entre les mois de mars 2019 et mars 2020. « Cela permettra d’inclure plus d’entreprises et ça sera plus juste », a commenté Bruno Le Maire sur RMC, le 14 avril. A ce jour, 900 000 entreprises ont demandé à en bénéficier.

Un coût de 110 milliards d’euros

Cent dix milliards d’euros : c’est, selon Matignon, le montant global des mesures de soutien à l’économie prévues dans ce PLFR. Objectif : éviter l’effondrement, et ce « quoi qu’il en coûte« , comme l’a énoncé Emmanuel Macron lors de sa première intervention télévisée consacrée à l’épidémie, le 12 mars. Le chef de l’Etat l’a confirmé lundi soir, lors de sa quatrième allocution : « Toutes les mesures d’aide mises en œuvre seront prolongées et renforcées. » Etaient déjà prévus le report de paiement, voire l’annulation, des cotisations et impôts ; ainsi que le financement du chômage partiel, qui concerne aujourd’hui 8 millions de Français. Il faut désormais y ajouter le « plan spécifique pour les secteurs les plus touchés » (tourisme, restauration, spectacle, etc.) et l’aide en faveur « des familles les plus modestes et des étudiants loin de leur famille », annoncés par le chef de l’état, lundi de Pâques. Et l’addition devrait encore s’alourdir dans les prochaines semaines.

Avr
19
dim
Coronavirus : conférence de presse du Premier ministre @ Hôtel de Matignon
Avr 19 Jour entier

Edouard Philippe tiendra une conférence de presse dimanche 19 avril, en fin d’après-midi, sur la situation sanitaire de la France. Comme lors de sa précédente intervention, le 29 mars, le chef du gouvernement sera accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran et de scientifiques « qui donneront des faits et des chiffres« . « Le Premier ministre fera un point complet et précis de la situation en date du 19 avril, il dira où nous en sommes sur le front sanitaire« , a a indiqué vendredi Matignon.

« A quoi s’attendre ? »

L’intervention du chef de gouvernement ne portera pas à proprement parler sur les modalités de déconfinement, même si cette question sera bien sur évoquée. « Il sera évidemment question de la stratégie de déconfinement », indique t-on dans l’entourage du Premier ministre. « Il n’en présentera pas le plan mais il exposera les principales options qui seront à trancher« , précise-t-on. Alors qu’ Emmanuel Macron a fixé la date du 11 mai comme date de sortie progressive du confinement, le Premier ministre a néanmoins confirmé le 14 avril, qu’il faudrait attendre un peu pour connaître le plan complet de sortie.

« Le président de la République a demandé au gouvernement de préparer un plan complet de sortie, un plan d’ensemble, j’aurai l’occasion de le présenter quand il sera prêt, largement avant la date du 11 mai », a déclaré mardi le locataire de Matignon, durant la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée. « Mais il doit être travaillé en consultation avec beaucoup d’acteurs pour être véritablement à la hauteur des enjeux », a t-il ajouté.

Édouard Philippe et Olivier Véran vont à ce titre sans doute revenir sur certains points des mesures de restriction qui accompagneront cette première étape de déconfinement, notamment  :

  • le sort réservé aux personnes âgées. L’Élysée l’a expliqué ce vendredi : « Le chef de l’Etat ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai » et « en appellera à la responsabilité individuelle« .
  • la réouverture des établissements scolaires…

Le Premier ministre devrait aussi faire le point sur l’approvisionnement en masques, blouses, médicaments, ainsi que sur les tests sérologiques. Des réponses sont en effet attendues sur la capacité de la France à administrer des tests massivement pour contrôler le virus une fois le déconfinement débuté et sur les populations concernées en premier lieu par ces tests. La question du nombre de masques disponibles et de leur mode de distribution sera aussi posée.

 

 

 

Mai
4
lun
Plan de déconfinement et projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire @ Sénat
Mai 4 Jour entier

Lundi 4 mai 2020 :

à partir de 14h30, après une déclaration du Gouvernement sur la stratégie nationale du plan de déconfinement dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de covid-19, le Sénat débat puis vote sur cette déclaration, en application de l’article 50-1 de la Constitution.

Temps attribué aux orateurs des groupes, à raison d’un orateur par groupe : 9 minutes pour les groupes Les Républicains, Socialiste et républicain et Union Centriste, 7 minutes pour les groupes La République En Marche, Rassemblement Démocratique et Social Européen, communiste républicain citoyen et écologiste, Les Indépendants – République et Territoires et 3 minutes pour les sénateurs ne figurant sur la liste d’aucun groupe

• Réponse du Gouvernement
• Après la réponse du Gouvernement, séquence de 15 questions réponses :

 2 minutes maximum par question
Possibilité de réponse du Gouvernement pour une durée équivalente
En cas de réplique, 30 secondes supplémentaires pour l’auteur de la question

En fin d’après-midi, dans la soirée et sans doute une partie de la nuit, les sénateurs débattent du projet de loi prorogeant l’urgence sanitaire de 2 mois, jusqu’au 24 juillet.

Mai
7
jeu
Edouard Philippe dévoile à 16h00 la feuille de route du déconfinement
Mai 7 Jour entier

Le Premier ministre fera un point ce jeudi, à 16 heures, sur « l’étape du 11 mai », qui doit marquer le début du déconfinement département, par département, et selon le niveau de l’épidémie de coronavirus, dans chaque territoire. Le Premier ministre sera accompagné de plusieurs membres du gouvernement : Olivier Véran (Santé), Christophe Castaner (Intérieur), Bruno Le Maire (Economie), Muriel Pénicaud (Travail), Elisabeth Borne (Transition écologique), et Jean Michel Blanquer (Education).

Lancement ou report du déconfinement

C’est sans doute l’annonce la plus attendue par les français. Le gouvernement va devoir choisir de déclencher ou non le déconfinement dans certaines zones, toujours en rouge au 7 mai. Dès le 28 avril, lors de la présentation du plan de déconfinement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a averti : « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai, ou nous le ferons plus strictement. »

Rappelons que le « feu vert » de l’exécutif repose sur trois indicateurs :

  • l’évolution de la circulation du virus, à travers le taux « R0 », c’est-à-dire le nombre de personnes qu’un patient va infecter ;
  • les capacités hospitalières en service de réanimation ;
  • les capacités de dépistage, de suivi des malades et de traçage des cas contacts.

La carte définitive du déconfinement

A l’occasion de son allocution prononcée prononcé depuis l’hôtel de Matignon, le chef du gouvernement dévoilera également la carte définitive des départements : en rouge ou en vert. Dévoilée pour la première fois le 30 avril, et mise à jour quotidiennement, la version définitive de cette carte a été publiée jeudi 6 mai, en fonction notamment du taux de circulation du virus Covid-19 et de la tension dans les capacités hospitalières, à l’échelle des départements.

Les conditions de circulation de la population varieront en fonction du classement de la zone en « rouge » ou en « vert ». Dans les premières classés en « rouge », les populations seront soumis à un déconfinement plus encadré. Dans les secondes, les français devraient bénéficier de deux mesures assouplies : la réouverture des parcs et jardins, dès le 11 mai, et le retour des collégiens de 6e et 5e en classe, à partir du 18 mai.

A noter : la couleur orange disparaît du tableau de bord, les départements concernés basculeront d’un côté ou de l’autre.

L’intervention du Premier ministre devrait également permettre de préciser certains sujets, toujours en suspens depuis le 13 avril. Parmi les points à clarifier : les restrictions de circulation à plus de 100 kilomètres du domicile, la possibilité de se rendre d’une zone verte à une zone rouge ainsi que la rentrée progressive des enfants en classe. Le Premier ministre pourrait également donner des précisions sur l’accès aux transports en commun, qui pourraient être réservés à ceux qui travaillent.

L’intervention du Premier ministre sera retransmise en direct à partir de 16h00 par les grandes chaînes et de nombreuses chaînes d’information, mais aussi en ligne sur leur site internet en direct, que ce soient notamment sur TF1/LCI ou FranceTVInfo.