L’agenda politique

Mar
7
mar
Benoit Hamon en meeting à Marseille @ Parc Chanot- Palais des congrès et des expositions
Mar 7 @ 7:00

 

Benoît Hamon tiendra meeting à 19h ce 7 mars, au parc Chanot, Marseille (8e). Avant cela, à Fos-sur-Mer, il échangera avec le directeur de Kem One et les industriels investis dans l’association Piicto, puis il visitera une association d’aide à domicile situé dans le 16e arrondissement de Marseille avant de se rendre tour à tour dans un local Ampi s’occupant des Chibanis dans le 1er arrondissement et de l’Ehpad de la rue des Convalescents.

Inscription Ici ➡️ : https://www.weezevent.com/meeting-de-benoit-hamon-a-marseille-au-parc-chanot

François Fillon en Meeting à Orléans @ Zénith d'Orléans
Mar 7 @ 7:00

Confirmé lundi 6 mars comme le candidat de la droite à l’élection présidentielle par le comité politique Des Républicains, François Fillon  repart sur le terrain à la conquête des électeurs. Il tient mardi 7 mars à 19 heures, un meeting à Orléans.
Inscription Ici ➡️  https://www.fillon2017.fr/orleans
Sep
11
lun
Session plénière du Parlement européen @ Parlement européen
Sep 11 @ 12:00 – Sep 14 @ 11:59

Les députés européens se retrouvent à Strasbourg en session plénière, du 11 au 14 septembre 2017.

Sont notamment au  programme de cette session :

  • le discours annuel sur l’état de l’Union  du président de la Commission, Jean-Claude Juncker ;
  • un vote sur l’établissement d’un modèle uniforme de titre de séjour pour les ressortissants de pays tiers : le modèle actuel est le fruit d’une action commune du Conseil adoptée en 1997. En 2009, les États membres ont considéré qu’au vu du degré croissant de sophistication des falsifications, il était nécessaire de s’atteler à un nouveau modèle de titre de séjour ;
  • un vote sur l’adhésion de l’Union européenne à la convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique ;
  • un  vote sur la mobilisation du Fonds de solidarité de l’Union européenne pour venir en aide à l’Italie, d’un montant de 1.196.797.579 euros, à la suite d’une série de tremblements de terre qui ont eu lieu entre août 2016 et janvier 2017 dans les régions des Abruzzes, du Latium, des Marches et de l’Ombrie.

L’ordre du jour de la session plénière

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/09/SYN_PDOJ_September_STR-V3_FR.pdf »]

 

Oct
23
lun
Les 28 ministres du travail de l’UE s’accordent sur la réforme de la directive « travailleurs détachés » @ Luxembourg
Oct 23 Jour entier

Mise à jour : un accord trouvé sur la réforme du travail détaché

Les 28 ministres du Travail de l’UE ont trouvé lundi 23 octobre, dans la soirée, un accord sur la révision de la directive du travail détaché. Seules la Pologne, la Hongrie, la Lituanie et la Lettonie ont voté contre le texte de compromis, discuté pendant plus de douze heures, tandis que la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie et la République tchèque, rétifs aux modalités de cette révision, ont finalement basculé dans le camp français.

Oct
24
mar
Les Républicains : Bureau politique à huit clos @ Siège du parti Les Républicains
Oct 24 @ 6:00

Le mardi 24 octobre à 18h00, Les Républicains tiendront un bureau politique à huis clos, avec à l’ordre du jour notamment la décision concernant l’exclusion ou non de cinq responsables LR ralliés à Emmanuel Macron. Une procédure qui concerne le Premier ministre Édouard Philippe, les ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, ainsi que les parlementaires Thierry Solère et Franck Riester qui ont créé le groupe Les Constructifs à l’Assemblée nationale. Par ailleurs, Bernard Accoyer, secrétaire général, propose d’allouer aux candidats à la présidence du parti une enveloppe pour faire campagne.

Mise à jour : LR exclut ce mardi soir ses membres transfuges, mais la décision du bureau politique reste à valider.

Mardi soir, l’exclusion des trois ministres et des deux parlementaires LR pro-Macron a bien été décidée par le bureau politique du parti. Mais pour l’heure, cette exclusion reste à l’état virtuel. Faute de quorum et pour éviter toute contestation, le bureau se réunira à nouveau mardi 31 octobre, afin de « valider juridiquement » sa décision. Sur les 115 membres, seul un tiers était en effet présent. Un nombre insuffisant pour que cette décision soit juridiquement valide.  » C’est purement formel », a insisté Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti. « Compte tenu des menaces de recours, nous prenons toutes nos précautions. »

Oct
26
jeu
Le Parlement européen se prononce sur la réforme « travail détaché » @ Parlement européen
Oct 26 Jour entier

La révision de la directive sur travail détaché a franchi une première étape décisive lundi 16 octobre au Parlement européen, où un texte de compromis a été voté à une large majorité en commission de l’Emploi et des Affaires sociales. Cette étape franchie, le Parlement européen doit encore, le 26 jeudi octobre, définitivement arrêter en séance plénière sa position. Un prélude indispensable à l’ouverture de négociations avec les états membres de l’union européenne.

Oct
31
mar
Bureau politique des Républicains @ Siège du parti Les Républicains
Oct 31 Jour entier

Mise à jour

Le bureau politique de LR a tourné ce mardi  la page des transfuges pro Macron. L’aboutissement d’un feuilleton de plusieurs semaines. Le Premier ministre, les deux membres de son gouvernement Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, ainsi que les deux députés Les Constructifs Thierry Solère et Franck Riester ne font désormais donc plus partie des Républicains. Avec cette nuance que pour le locataire de Matignon, LR a pris acte de « son départ », tandis que les quatre autres, eux, se sont vus signifier leur exclusion du mouvement. Une décision dont s’est expliqué Bernard Accoyer, le secrétaire général de LR, dans un communiqué publié sur Twitter.

 

 

Pour la troisième fois, mardi 31 octobre, le bureau politique du parti Les Républicains  va tenter d’acter la rupture avec ses membres soutenant la politique la politique d’Emmanuel Macron. Une procédure qui concerne le Premier ministre Édouard Philippe, les ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, ainsi que les parlementaires Thierry Solère et Franck Riester qui ont créé le groupe Les Constructifs à l’assemblée.

Bien qu’approuvée le 24 octobre dernier par le bureau politique tenue à huis clos par LR, l’exclusion de ces membres transfuges  n’a en effet pu être validée, faute de quorum.  Si cette décision a été entérinée par le bureau,  l’article 24 des statuts du parti, qui fixe le quorum a bloqué sa validation.

Cette fois, c’est « le dernier », a promis Laurent Wauquiez à Mandelieu-La Napoule (Alpes-Maritimes) dimanche. « Et ce foutoir généralisé dans lequel on est en ce moment, croyez-moi, si je m’occupe de la famille des Républicains, c’est fini, on va remettre de l’ordre!« , a poursuivi celui qui fait figure de favori à la présidence de LR.

Les statuts devraient lui donner raison. La règle veut que lorsque le quorum n’est pas atteint, un nouveau bureau politique se tient, un nouveau vote est mis en place, sans condition de participation. Interrogé ce mardi, Bernard Accoyer, le président du parti, minimise les enjeux du bureau du soir. Il sait que les freins sont levés pour le prononcé de la sanction. Celle-ci ne serait plus qu’une « décision de formalisme administratif« . A moins qu’un nouveau rebondissement ne surgisse.

Nov
4
sam
Édouard Philippe en déplacement aux Antilles @ Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy
Nov 4 @ 12:00 – 11:59

Suite aux passages des ouragans Irma et Maria, Édouard Philippe effectuera un déplacement en Martinique, en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, du samedi 4 au lundi 6 novembre. « Ces visites s’inscrivent dans la continuité des travaux du Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin« , selon les termes d’un communiqué de la préfecture de Martinique. Le Premier ministre sera accompagné des ministres, Annick Girardin (Outre-mer), Jean-Michel Blanquer (Education) et Laura Flessel (Sports), ainsi que de deux secrétaires d’Etat, dont, Jean-Baptiste Lemoyne (Affaires européennes)

Le voyage commencera samedi en Martinique, où le chef du gouvernement a souhaité mettre en avant la jeunesse ultramarine, dans une île au vieillissement démographique alarmant. Après s’être recueilli sur la tombe d’Aimé Césaire, il rencontrera notamment au Lamentin le régiment du Service militaire adapté, qui regroupe un millier de jeunes volontaires martiniquais, dont certains ont rejoints les secours à Saint-Martin.

Dimanche, la visite officielle se poursuivra en Guadeloupe, où le cyclone Maria a provoqué de sérieux dégâts le 20 septembre, notamment pour l’agriculture et la pêche. Edouard Philippe rendra notamment visite à une bananeraie et à une ferme de chayotes, ainsi qu’à des pêcheurs.

Après Saint-Martin lundi matin, le Premier ministre doit passer à Saint-Barthélemy lundi après-midi, où il visitera un site hôtelier sinistré. Dans les deux îles, le tourisme assure près du quart des emplois. Si l’absence de revenus touristiques cette saison est une certitude, « il faut qu’on soit prêts pour la prochaine en novembre 2018 », souligne Matignon.

Nov
17
ven
Sommet social pour des emplois et une croissance équitables @ Löfven
Nov 17 Jour entier

Emmanuel Macron est attendu ce vendredi 17 novembre, à Göteborg, en Suède pour participer au Sommet social pour des emplois et une croissance équitables. Ce sommet organisé conjointement par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et le Premier ministre suédois Stefan Löfven réunira les chefs d’État ou de gouvernement de l’union européenne (UE), les partenaires sociaux et des acteurs clés. Il vise à promouvoir le développement d’une Europe plus sociale et des emplois et une croissance équitables.

Mise à jour: 17.11.17 18h00

Un « socle européen des droits sociaux »

Tous les dirigeants de l’UE, à l’exception d’Angela Merkel retenue à Berlin, pour cause de formation d’un nouveau gouvernement de coalition, étaient présents ce 17 novembre à Göteborg, pour proclamer « un socle commun européen de droits sociaux ». Ce texte a été paraphé par, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, par le président du Parlement européen Antonio Tajani ainsi que par le premier ministre estonien, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE. » Notre Union a toujours été un projet social. C’est plus qu’un marché unique, plus que l’argent, plus que l’euro. Ce sont des valeurs, et la façon dont nous voulons vivre », a déclaré Jean-Claude Juncker. « Aujourd’hui, nous affirmons nos valeurs communes et nous nous engageons à respecter vingt principes et droits. Du droit à un juste salaire à celui d’une protection sociale, à une formation tout au long de la vie, à l’égalité des sexes et à un revenu minimum« , a-t-il ajouté.

Le « socle commun européen de droits sociaux » n’a pas à proprement parler de valeur légale. Il égrène une vingtaine de principes divisés en trois grandes catégories : égalité des chances et accès au marché du travail ; conditions de travail équitables ; protection et insertion sociales. Il reconnaît le droit à l’enseignement et à l’orientation professionnelle, l’égalité des chances et de traitement hommes femmes, le droit à une allocation de chômage, l’accès à l’hébergement et aux biens de première nécessité pour les plus démunis.

Il aborde aussi la question d’un « smic européen ». « Des salaires minimums appropriés doivent être garantis, à un niveau permettant de satisfaire aux besoins du travailleur et de sa famille compte tenu des conditions économiques et sociales du pays, tout en sauvegardant l’accès à l’emploi et les incitations à chercher un emploi« pose le texte. Une mesure qui ne devrait toutefois pas avoir une grande incidence, car seuls six pays n’ont pas intégré de smic dans leur législation (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède).

Des discussions sur l’Education et la Culture

Göteborg a été aussi l’occasion pour les dirigeants de l’UE ont de discuter éducation et culture. La Commission européenne veut faire des  propositions concrètes pour accroître davantage la mobilité des jeunes. L’une d’elles, serait la création d’une carte d’étudiant de l’Union Européenne qui stockerait tous les résultats universitaires d’une personne. Une opportunité pour la France de porter la proposition d’Emmanuel Macron, présentée lors du discours de la Sorbonne, de créer une vingtaine de campus européens d’ici à 2024.

Des propositions françaises

Le président Emmanuel Macron a profité de ce sommet européen pour proposer des réformes concrètes. Outre l’élargissement du plan Juncker à des besoins de formation de la population, le président de la république n’a pas hésiter à brandir la menace d’une diminution des fonds structurels en cas de dumping fiscal ou social. Il a également  plaidé, pour une meilleure utilisation du Fonds européen d’adaptation à la mondialisation, en en augmentant les montants et, du Fonds social européen (FSE) qui finance des actions de formation et de reconversion.  Le chef de l’Etat a plaidé aussi pour une intensification et une diversification du système Erasmus « Mettons l’argent, mais mettons-le vraiment », a t-il ajouté. » Emmanuel Macron a enfin plaidé pour un rendez-vous social européen annuel, souhaitant que le sujet social devienne un rendez-vous régulier au niveau européen.

 


 

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/social-summit-european-pillar-social-rights-booklet_en.pdf »]

Nov
21
mar
Le PLFSS 2018 adopté à une large majorité par le Sénat @ Palais du Luxembourg
Nov 21 @ 3:00

Le vote solennel du budget 2018 de la Sécurité sociale par le Sénat est prévu le mardi 21 novembre :

  • 15h00 : explications de vote des groupes sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018, adopté par l’Assemblée nationale ;
  • 16h00 – 16h30 : scrutin public solennel ;
  • 16h30 : proclamation des résultats.

Le Sénat adopte ce mardi le projet de loi de la Sécurité sociale pour 2018 lors d’un scrutin public solennel  :

  • Nombre de votants : 343 ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 239 ;
  • Pour : 204 ;
  • Contre : 35

 

Nov
22
mer
Point presse du conseil d’orientation des retraites
Nov 22 @ 3:00

 

A l’heure où débutent les consultations sur la réforme des retraites, le Conseil d’Orientation sur les retraites (COR) a présenté mercredi 22 novembre, à 15h00, son rapport sur l’équilibre financier des systèmes de retraite jusqu’en 2070. Une nouvelle pièce qui va alimenter le débat sur l’avenir des retraites.

Dans le document présenté ce mercredi, le COR révise donc une nouvelle fois ses prévisions financières.  Il y a certes un nouveau décalage mais beaucoup moins important que le précédent. Et cette fois, dans le bon sens… Les chiffres sont meilleurs et l’équilibre du système de retraite serait finalement atteint en 2044, avec une croissance de 1,5 %, et même en 2036 avec un taux de croissance à 1,8 %. C’est à court terme, à l’horizon 2020, que l’écart avec les prévisions de juin est le plus important, à 0,3 % du PIB, soit un déficit moins fort de plus de 6 milliards d’euros. Sur le plus long terme, l’écart est moindre, de l’ordre de 0,1 % du PIB.

Le COR s’est appuyé sur les mêmes grandes prévisions économiques qu’en juin mais il a révisé ses hypothèses de croissance et de PIB, tenant compte des nouveaux chiffres, plus optimistes, livrés par le gouvernement au mois de septembre. Le Conseil d’Orientation des Retraites a également pris en compte dans ses projections les nouveautés du budget de la Sécurité sociale pour 2018 et notamment le décalage de la date de revalorisation des retraites au 1er janvier et les revalorisations exceptionnelles du minimum vieillesse, deux mesures représentant une économie de 0,7 % sur la masse des pensions à verser selon le COR. Ces nouvelles projections à long terme vont servir de base de travail au Haut-Commissaire aux retraites, pour l’élaboration de la réforme des retraites.

[gview file= »https://www.lechiquiersocial.com/wp-content/uploads/2017/11/doc-4071.pdf »]