Election américaine : quand le résultat définitif sera t-il connu?

Une élection présidentielle trop serrée pour livrer un dénouement rapide. Sans majorité nette de l’un ou l’autre des candidats, au coude-à coude-au matin du 4 novembre, les américains vont devoir patienter avant de connaître le nom du nouveau locataire de la Maison Blanche. Et ce, alors que le président Donald Trump qui a revendiqué au milieu de la nuit la victoire, menace de saisir la Cour suprême. Quand le résultat définitif de l’élection sera t-il connu ?

C’est le scénario tant redouté qui semble s’écrire aux Etats-Unis. Ni vague bleue en faveur de Joe Biden, ni vague rouge en faveur de Donald Trump, mais de premiers résultats fidèles à la géographie électorale américaine. Après une longue nuit électorale marquée par des rebondissements, la côte Ouest est acquise au démocrate Biden et le sud du pays favorable au républicain Trump. Comme en 2016, c’est dans les États industriels du nord des États-Unis que tout va se décider.

Donald Trump revendique la victoire

Depuis la Maison Blanche, Donald Trump a revendiqué la “victoire“ de son camp, lors d’un discours aux alentours de 2h30 à Washington (8h30, heure française). “Nous allons gagner et en ce qui me concerne, nous avons déjà gagné“, a-t-il déclaré. Dans son allocution, le président américain a annoncé qu’il allait saisir la Cour suprême, appelant par ailleurs à l’arrêt du décompte des voix,  alors que les bulletins de vote de millions d’Américains n’ont pas encore été pris en compte.

Les propos de Donald Trump sont “scandaleux“ et “sans précédent“ réagit le directeur de campagne de Joe Biden, Jen O’Malley Dillon. “C’était scandaleux car il s’agit d’un effort pur et simple pour retirer les droits démocratiques des citoyens américains“, poursuit-elle. Selon elle, l’équipe du démocrate se tient prête à contrattaquer si le président vient à saisir la Cour suprême pour faire arrêter le décompte des bulletins.

Le suspense reste total

Le suspense reste total sur l’issue de l’élection,  alors que les résultats définitifs dans plusieurs Etats, dont certains susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre, restent encore inconnus. L’enjeu est d’autant plus crucial que les démocrates ont davantage voté par correspondance que les républicains.

Des résultats définitifs pas avant plusieurs jours

Les résultats définitifs de l’élection présidentielle américaine pourraient ne pas être connus avant plusieurs jours, en raison du recours accru au vote par correspondance ou par anticipation lors de ce scrutin, afin d’éviter les risques liés à la pandémie de Covid-19. Pour l’emporter, un candidat doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats.

A ce stade, le président sortant, Donald Trump qui en a engrangé 213, est en léger retard face à son rival démocrate Joe Biden, qui en a 227. Mais plusieurs Etats n’ont toujours pas dépouillé leurs bulletins, dont trois très disputés du Nord industriel (Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin). Des états pivots qui décideront du vainqueur de l’élection.

Le sort de l’élection présidentielle américaine dépend désormais de sept Etats. Le décompte est encore insuffisant pour déterminer qui a remporté l’élection en Alaska (3 grands électeurs), en Caroline du Nord (15), en Géorgie (16), dans le Michigan (16), le Nevada (6), la Pennsylvanie, le Wisconsin (10) et la Pennsylvanie (20), qui n’ont pas encore fini de dépouiller leurs bulletins. Dans ces États, le dépouillement pourrait se poursuivre mercredi, voire sur plusieurs jours, notamment en raison du niveau record du vote par correspondance. L’attente s’annonce donc longue.

En raison de l’heure tardive, certains comtés dans des Etats-clés ont temporairement arrêté le dépouillement pendant la nuit, selon CNN. Dans trois swing states, le comptage des votes anticipés par correspondance n’a démarré que peu avant ou le jour même de l’élection, ajoute la chaîne de télévision américaine, ce qui peut expliquer que les résultats du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin arrivent plus tard.

Le calendrier des annonces par état

Cela variera probablement considérablement d’un État à l’autre. L’Alaska où 36% des votes ont été dépouillés (61,4% pour Trump, 34,7% pour Biden), pourrait bien être la dernière à les communiquer. Au moins 120 000 bulletins de vote dans tout l’État, soit un tiers de tous les votes, ne seront pas comptés avant au moins le 10 novembre. Il s’agit des bulletins de vote par correspondance, des bulletins de vote interrogés et des bulletins de vote anticipés du 30 octobre au jour du scrutin. L’Alaska avait voté républicain en 2016.

Le verdict pourrait en revanche être rapidement annoncé en Caroline du Nord (swing state), où 95 % des votes ont été dépouillés (50,1% pour Trump, 48,7%). Et ce, ce, même si la réception des votes par correspondance est acceptée jusqu’au 12 novembre. La Caroline du Nord avait voté républicain en 2016 . La situation est similaire en Géorgie (swing state), où 92 % des votes sont déjà connus (50,5% pour Trump, 48,7% pour Biden). Le résultat pourrait tomber mercredi soir en France. La Géorgie avait voté républicain en 2016 .

Dans le Wisconsin (swing state) où 89 % des bulletins sont d’ores et déjà dépouillés, le compte des votes restant est attendu pour mercredi matin (soit en fin d’après-midi en France). Le Wisconsin avait voté républicain en 2016.

L’Etat du Michigan (swing state) ne devrait pas communiquer des résultats clairs avant mercredi soir, soit dans la nuit de mercredi à jeudi en France. 78 % des bulletins y sont actuellement comptabilisés (51,6% pour Trump, 46,7 pour Biden).Le Michigan avait voté républicain en 2016

 La Pennsylvanie (swing state) et ses 20 grands électeurs seront définitivement fixés vendredi soir, même si une idée assez précise du vainqueur devrait émerger avant cette date. 74 % des votes sont déjà comptabilisés. La Pennsylvanie avait voté républicain en 2016.

Dans le Nevada qui a dépouillé 79 % de ses bulletins de vote (49,4% pour Biden, 48,6% pour Trump), la réception de vote par correspondance est encore possible jusqu’au 10 novembre, et le résultat pourrait n’être connu qu’en fin de semaine.

Des actions devant les tribunaux jusqu’au 8 décembre

Depuis des semaines, le président sortant promet de recourir aux tribunaux pour contester des résultats qui lui seraient défavorables. Dans le système électoral américain, les États disposent d’une période de sécurité (“safe harbor period“) de cinq semaines après le jour du scrutin – soit jusqu’au 8 décembre – pour traiter les litiges électoraux. Cela avait été le cas en 2000, où les résultats de la Floride, avaient donné lieu à de nombreux recours devant la justice, alors George W. Bush et Al Gore – se disputaient la victoire. Ce n’est que plusieurs semaines plus tard, et au prix d’innombrables opérations de recomptage des voix que le swing state avait été accordé au candidat républicain.

Posted in Elections américaines and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *