Ukraine : Jour 2 du sommet européen

Au deuxième jour de leur sommet à Bruxelles sur l’agression militaire russe contre l’Ukraine, les dirigeants européens se concentrent vendredi sur la flambée des prix de l’énergie, exacerbée par le conflit russo-ukrainien.

Après avoir évoqué l’invasion russe de l’Ukraine jusqu’à 1h30 du matin, et avoir écouté le président ukrainien américain Joe Biden et le président Volodymyr Zelensky, les chefs d’état et des gouvernements de l’UE poursuivent leurs discussions aujourd’hui à Bruxelles sur le chapitre le plus épineux : les mesures pour enrayer l’augmentation des prix de l’énergie. Hier soir, ils se sont mis d’accord sur une déclaration où ils réaffirment leur soutien à l’Ukraine et condamnent une nouvelle fois l’action de la Russie. Washington a pour sa part, renforcé son paquet de sanctions à l’encontre de Moscou.

Alors que les factures de gaz naturel et d’électricité ont grimpé à des niveaux vertigineux ces derniers mois, les dirigeants européens qui souhaitent intervenir sur les marchés de l’électricité, tentent de trouver des moyens de réduire les coûts prohibitifs de l’énergie.

Une coalition dirigée par l’Espagne qui comprend le Portugal, la Belgique et l’Italie souhaite des réformes profondes du modèle de prix de l’UE. D’autres, comme les Pays-Bas et l’Allemagne, s’opposent à une telle approche et souhaitent se loger sur l’amortissement des effets des prix élevés sur les consommateurs et les entreprises, tout en pariant que le marché fonctionnera. Un troisième groupe, principalement en Europe centrale, veut utiliser la flambée des prix pour réorganiser ou supprimer le système d’échange de  quotas d’émission  du bloc et repenser sa législation climatique  Fit for 55 .

La Commission européenne a défendu un terrain d’entente –  faisant valoir que le modèle de marché actuel a du sens, mais a encouragé les pays à augmenter la quantité d’électricité renouvelable, à réduire la consommation d’énergie et à renforcer l’efficacité. “Il n’existe pas de réponse simple et unique pour lutter contre les prix élevés de l’électricité compte tenu de la diversité des situations parmi les États membres. Certaines options ne conviennent qu’à des contextes nationaux spécifiques, a déclaré mercredi la Commission. “Ils ont tous des coûts et des inconvénients. « 

L’Espagne menace avec un petit groupe de pays de bloquer les conclusions du sommet si des mesures concrètes et immédiates pour un plafonnement du prix du gaz ne sont pas adoptées. Mais d’autres pays tels que les Pays-Bas ou l’Allemagne s’y opposent.Nous mettrons fin à cette dépendance au plus vite, mais le faire du jour au lendemain reviendrait à plonger notre pays et toute l’Europe dans une récession“, a prévenu mercredi le chancelier allemand Olaf Scholz.

En attendant, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président américain Joe Biden devaient annoncer un plan pour augmenter les importations de gaz naturel liquéfié des États-Unis vers l’Europe, et ce pour réduire la dépendance du continent européen du gaz russe. 

Lors d’une prise de parole jeudi, à l’issue des sommets de l’OTAN et du G7 à Bruxelles, Emmanuel Macron a détaillé les mesures décidées pour réduire la dépendance de l’Europe, à l’égard des énergies russes. “Cette sortie du gaz et du pétrole russe passe par une diversification de nos achats et une politique concertée avec les autres membres du G7. Certains peuvent augmenter leur production d’hydrocarbures, d’autres nous aider dans notre stratégie de diversification“, a indiqué le président français.

Suivre les discussions en Direct

Posted in Dernière minute, Europe/Monde and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.