Confinement radical, écoles fermées : ce que pourrait annoncer Emmanuel Macron mercredi soir

Alors que l’épidémie de coronavirus progresse de jour en jour, l’exécutif ne semble plus exclure un nouveau tour de vis. Parmi les options, un reconfinement global et la fermeture des écoles, même si rien n’est encore tranché. Emmanuel Macron s’adressera aux français en direct à la télévision ce mercredi à 20h00, pour annoncer de nouvelles mesures. Explications.

Emmanuel Macron s’exprimera ce mercredi 31 mars, à 20h00, devant les Français, a fait savoir la présidence par un communiqué tombé en début de matinée. Peut-on encore échapper à un confinement strict de type printemps 2020? C’est en tout cas ce que met en avant un article du Parisien publié samedi 27 mars. Pour autant, rien n’est encore tranché selon les propos rapportés dans cet article.

Un reconfinement strict de tout le territoire?

Alors que 19 départements de l’Hexagone sont désormais confinés et 24 autres placés en vigilance renforcée, le chef de l’État a laissé présager d’un durcissement de la situation, en marge du Conseil européen jeudi 25 mars. Annonçant des semaines à venir “difficiles“ et assurant qu’il n’y avait “aucun tabou“ pour les prochaines restrictions, Emmanuel Macron a indiqué : “Sans doute dans les prochains jours, les prochaines semaines, nous aurons de nouvelles mesures à prendre.“  “Mais à cette heure, rien n’est décidé“ a-t-il affirmé dimanche 28 mars auprès du Journal du Dimanche.Pour les jours qui viennent, nous allons regarder l’efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s’imposent“, a souligné le président.

Il faut en effet attendre une dizaine de jours pour mesurer les effets sanitaires de la stratégie, “freiner sans enfermer“ dévoilée par le gouvernement, le 18 mars. Reste que les derniers chiffres de l’épidémie publiés ce lundi 29 mars ne portent pas à l’optimisme.

Selon les données publiées par Santé publique France, 4974 patients positifs au Covid-19 se trouvent en service de réanimation ce lundi 29 mars. Des chiffres qui n’avaient pas été atteints depuis le pic de la deuxième vague, le 16 novembre 2020. “Le 26 mars, le taux d’occupation national des services de réanimation est d’environ 89%, soit environ 6833 lits occupés (patients Covid et non-Covid) sur 7665 lits“, a précisé à l’AFP la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), ajoutant que “la montée en charge des capacités se poursuivait dans toutes les régions“.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires fait également état d’au moins 4.554.683 cas de contaminations au total dont au moins plus de 9.094 au cours de ces dernières 24 heures. On enregistre ainsi ce lundi, une hausse du nombre de morts de la Covid : 360 morts en 24 heures.

Quant au taux d’incidence qui mesure le nombre de nouvelles contaminations rapportés à 100.000 habitants, il dépasse toujours et de loin, depuis le début de la semaine le seuil de 400 cas fixé par le gouvernement avant d’envisager un confinement en Ile-de-France.

Si cela empire et s’homogénéise sur tout le territoire, il ne faut pas écarter l’idée d’un confinement de type printemps 2020“ a confié au Parisien une source en haut lieu. Face à la troisième vague qui submerge le territoire malgré la campagne de vaccination, l’hypothèse qui “tient la corde“ est bien celle d’un confinement général “de type printemps 2020”.

Vers une fermeture des écoles ?

Depuis le deuxième confinement, le gouvernement a suivi une ligne de conduite claire : maintenir coûte que coûte les écoles ouvertes et privilégier les cours en présentiel pour les enfants, tout en renforçant le protocole sanitaire. Dans cette idée, vendredi 26 mars, Jean-Michel Blanquer a annoncé que les classes fermeraient pour “une durée de deux à trois semaines“, dès qu’un premier cas serait détecté. Une règle qui s’applique dès ce lundi 29 mars et pour tous les niveaux dès la maternelle.

Reste que sous l’effet du variant anglais, plus contagieux, l’épidémie progresse fortement chez les enfants. Mais de Paris à la Seine-Saint-Denis, en passant par le Val-de-Marne, les syndicats d’enseignants ne sont guère optimistes. A Paris, notamment, le taux d’incidence chez les 10-19 ans s’établit désormais à 835. “A ce stade, il y a peu d’écoles, sur les 608 que compte le département, où il n’y a pas de cas Covid“ rapporte Clément Peyrottes. “Sur la journée de lundi, on a déjà 113 classes fermées, sans avoir eu toutes les remontées“, précise au quotidien Le Monde le porte-parole du SE-UNSA pour le Val-de-Marne. Le même raisonnement vaut ailleurs en Ile-de-France, en particulier en Seine-Saint-Denis, département durement touché par l’épidémie

Le doute plane donc de nouveau sur le sort réservé aux écoles pour les prochains jours. Si l’hypothèse d’une fermeture prend de l’épaisseur, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer fait toujours bloc contre cette option, ne manquant pas une occasion pour rappeler que “l’école est prioritaire“. Pour l’heure, le président ne varie pas lui aussi, sa doctrine sur le sujet. “La fermeture complète des écoles ne saurait être un tabou, mais elle doit demeurer un dernier recours et une mesure limitée au maximum dans le temps“, a indiqué Emmanuel Macron au JDD.

Le débat fait également rage dans la sphère scientifique. Dominique Costagliola, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm, s’est exprimée à plusieurs reprises sur le sujet et semble déçue par la tournure que prend l’épidémie dans les écoles. “Je ne vois pas comment on va réussir à s’en sortir dans les écoles où la situation s’aggrave. Les incidences dans les 10 à 19 ans sont extrêmement élevées en Île-de-France et cela a quasiment doublé en deux semaines“, indique t-elle.

Même son de cloche chez l’’épidémiologiste Antoine Flahault. “ Fermer même deux semaines peut avoir un impact important. Avancer et allonger les vacances de Pâques serait une bonne idée“, indique ainsi à Ouest France, le directeur de l’Institut de santé globale de Genève. Le manque de mesures prises pour les écoles est “un trou dans la raquette indéniable“, fermer les établissements scolaires “deux semaines peut avoir un très gros impact“, ajoute t-il dans une interview accordée au Figaro.

Lors d’une probable prise de parole dans les prochains jours, Emmanuel Macron pourrait donc annoncer la fermeture des écoles, entraînant le basculement massif des Français vers le télétravail. Tout dépendra en réalité des résultats communiqués à l’exécutif dans les prochains jours.

Posted in COVID_19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *