Covid-19 : le tour d’Europe des reconfinements

Après la France et l’Allemagne,  l’Angleterre et l’Autriche et la Belgique ont annoncé un nouveau confinement total de leur population. D’autres pays européens ont privilégié un reconfinement partiel ou de nouvelles restrictions. Tour d’horizon des mesures prises.

L’Europe se barricade. Face à la nouvelle flambée de Covid-19, le vieux continent se referme progressivement et ses états membres durcissent progressivement leur arsenal sanitaire, pour tenter de contenir la deuxième vague du virus. Après la France et l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique et l’Autriche ont annoncé samedi un nouveau confinement. L’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce annoncent de leur côté, de nouvelles restrictions ou des reconfinements partiels.

Angleterre, Autriche et Belgique, reconfinés

Angleterre : les habitants “sous cloche“

Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec près de 47 000 morts du Covid-19, le premier ministre, Boris Johnson, a annoncé samedi un reconfinement de l’Angleterre à partir du jeudi 5 octobre, minuit, et jusqu’au 2 décembre. Selon le ministre d’Etat Michael Gove, la mesure pourrait même être prolongé au-delà.“ Le virus se répand encore plus rapidement que dans le scénario du pire établi par nos conseillers scientifiques« , a souligné le chef du gouvernement britannique.

Ecoles et universités resteront ouvertes, mais les déplacements seront sévèrement restreints, les habitants seront appelés à télétravailler, et seuls les pubs et restaurants proposant de la nourriture à emporter ou des livraisons pourront rester ouverts.

Ces annonces ne concernent que l’Angleterre. l’Irlande et le Pays de Galles ont été en effet les premiers territoires à reconfiner leurs populations en Europe. Pour les près de cinq millions d’Irlandais, depuis le 26 octobre, pour une durée de six semaines. Les plus de trois millions de gallois, ont suivi le lendemain, pour une durée de deux semaines.

Autriche : un second confinement

L’Autriche, qui avait été relativement épargnée par la première vague, a vu exploser le nombre d’infections ces dernières semaines. “Un second confinement est mis en place à compter de mardi et ce jusqu’à fin novembre“, a déclaré samedi, le chancelier autrichien, Sebastian Kurz.

Belgique : un sérieux tour de vis

Après l’instauration d’un couvre-feu généralisé et la fermeture des bars et restaurants, puis celle des cinémas, théâtres et musées, le pays a décidé de mettre en place un reconfinement et, ce, dès ce lundi 2 novembre. “Ce sont les mesures de la dernière chance“ a déclaré le Premier ministre belge Alexander de Croo qui a annoncé vendredi soir, un sérieux tour de vis.

Avec ce reconfinement, plusieurs nouvelles règles et restrictions ont été mises en place, comme la fermeture des commerces non-essentiels. Comme en France, le système du click and collect sera autorisé. Les écoles primaires seront aussi fermées jusqu’au 15 novembre. Concernant l’enseignement supérieur, il se fera à distance jusque mi-décembre, sauf pour les cours pratiques. Enfin, le télétravail deviendra la règle quand cela est possible. Ces règles s’appliquent à partir de dimanche minuit et au moins jusqu’au 13 décembre. Soit un mois et demi de verrouillage minimum. À la différence notable de la France, les déplacements restent autorisés dans tous le pays.

L’Italie, la Grèce et le Portugal, reconfinés en partie

Italie : un semi-confinement

En Italie, le gouvernement a imposé ces derniers jours ce que les médias qualifient de “semi-confinement“: un couvre-feu dans plusieurs grandes régions, la fermeture des bars et des restaurants à 18h00, ainsi que celle des salles de sport, de cinéma et de concert. Selon la presse italienne, le gouvernement pourrait annoncer un confinement des grandes villes du pays, à commencer par Milan et Naples. L’opposition à ces restrictions a donné lieu à de nouveaux heurts samedi soir à Rome entre la police et des centaines de manifestants, après déjà des incidents similaires la veille à Florence, où une vingtaine de personnes avaient été arrêtées.

Portugal : un nouveau confinement partiel

Le Portugal sera soumis à partir du mercredi 3 novembre à un nouveau confinement partiel, qui concernera environ 70% de sa population et sera moins strict qu’au printemps, a annoncé samedi soir le Premier ministre Antonio Costa. “Le moment est arrivé où il est nécessaire de prendre davantage de mesures restrictives (…) pour maîtriser cette pandémie“, a déclaré le chef du gouvernement socialiste à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire consacré à la crise sanitaire. Les mesures déjà en vigueur depuis une dizaine de jours dans trois municipalités du nord du pays seront élargies à partir de mercredi prochain à 121 communes sur un total de 308, soit quelque 7,1 millions d’habitants représentant 70% de la population portugaise.

Grèce : un mois de confinement partiel

La Grèce avait annoncé plus tôt dans la journée de samedi, un confinement partiel d’un mois à Athènes et dans les autres grandes villes du pays à partir de mardi. Comme ailleurs, l’objectif est d’“essayer de sauver les fêtes de Noël“, a expliqué le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Contrairement au confinement du printemps, les écoles, les hôtels, les salons de coiffures et les commerces de détails resteront ouverts à travers le pays. En revanche, bars, restaurants, lieux d’attraction et salles de sport demeureront portes closes.

Espagne : un couvre-feu national et l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement de Pedro Sanchez a décrété un nouvel état d’alerte sanitaire, le deuxième en Espagne depuis le début de l’épidémie de Covid-19. La mesure est instaurée pour le moment pour quinze jours, mais l’exécutif souhaite la prolonger par la suite de six mois, jusqu’au début du mois de mai.

Le gouvernement espagnol a dans le même temps annoncé l’instauration d’un couvre-feu nocturne de 23 heures à 6 heures du matin sur l’ensemble du territoire à l’exception des îles Canaries. Pour l’heure, les autorités espagnoles ont en revanche écarté un nouveau confinement à domicile comme au printemps.

Posted in COVID_19 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *