Etats-Unis : vote du plan de relance de l’économie à la Chambre

La Chambre des représentants vote ce vendredi sur le plan de relance Covid de Biden, quelques jours à peine après que les États-Unis aient franchi le seuil des 500.000 victimes de la pandémie. D’un montant de 1,9 billion de dollars, ce plan de reconstruction hors normes devrait être adopté par la majorité démocrate, avant un vote controversé au Sénat.

Depuis son premier jour à la Maison Blanche, le président Joe Biden a subi d’énormes pressions pour s’attaquer rapidement à la crise économique liée au Covid-19. Si tout se passe selon ses plans, le Congrès adoptera son gigantesque plan de secours à l’économie américaine. Ce serait alors une première grande victoire législative pour la présidence. Première étape ce vendredi 26 février, avec l’examen du projet de loi soumis au vote de la Chambre des représentants, avant son envoi au Sénat.

Le besoin est grand. L’opportunité est là“, a déclaré jeudi aux journalistes Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre, vantant “la précision de cette législation pour répondre directement aux besoins du peuple américain, à la vie du peuple américain et les moyens de subsistance.“

Ce que contient le plan

Ce gigantesque plan de relance d’un montant de 1.900 milliards de dollars, contient de nombreuses mesures visant à relancer l’économie et la croissance américaine.

Un chèque de 1400 dollars pour affronter la crise

C’est sans doute l’une des principales mesures de ce plan de secours (422 milliards de dollars). Elle prévoit le versement de 1400 dollars à à la plupart des Américains et la même somme pour les personnes à charge. En bénéficieront, les particuliers qui gagnent jusqu’à 75 000 dollars par an ou les couples mariés dont le revenu annuel est 150 000dollars. Ces paiements diminueront graduellement pour ceux qui gagnent plus, passant à 100 000 dollars pour les célibataires et 200.000 dollars pour les couples.

Une aide supplémentaire au chômage

L’ une des mesures de cette enveloppe vise à prolonger et améliorer les allocations de chômage. Montant global : 246 milliards de dollars. Un répit essentiel pour les plus de 11 millions de chômeurs américains de longue durée, dont l’admissibilité aux prestations doit expirer à la mi-mars. Le plan prévoit l’attribution d’un supplément d’assurance-chômage de 400 dollars par semaine et une extension des programmes élargissant les prestations de chômage à des millions d’Américains jusqu’au 29 août.

Une hausse du salaire minimum à 15 dollars

Le plan comprend également une hausse du salaire minimum fédéral de 7,25 à 15, 00 dollars de l’heure d’ici 2025, soit plus du double du plancher du salaire fédéral actuel, qui n’a pas augmenté depuis 2009. La disposition, bien que constituant une priorité absolue, est toutefois condamnée, après une décision du Sénat jeudi soir. Le vaste plan de relance voulu par Joe Biden ne peut pas inclure la hausse prévue du salaire minimum, a tranché jeudi la responsable chargée de protéger les règles du Sénat, condamnant de fait cette clause à disparaître du projet de loi.

Une enveloppe de 70 milliards pour les tests et vaccins

Le plan prévoit par ailleurs de consacrer 50 milliards de dollars pour améliorer les centres de dépistage et 20 milliards de dollars supplémentaires pour développer une campagne nationale de vaccination, y compris la création de centres communautaires et l’embauche de personnels pour administrer les vaccins.

Un soutien aux entreprises de 110 milliards de dollars

Le projet de loi comprend également des subventions pour les petites entreprises ainsi que des fonds plus ciblés: 25 milliards de dollars pour les restaurants et les bars, 15 milliards de dollars pour les compagnies aériennes et 8 milliards de dollars supplémentaires pour les aéroports; 30 milliards de dollars pour le transit; 1,5 milliard de dollars pour Amtrak, l’entreprise ferroviaire publique américaine, et 3 milliards de dollars pour la fabrication aérospatiale.

Les mesures suivantes figurent également dans ce plan :

  • une aide aux gouvernements étatiques, locaux et tribaux de 350 milliards de dollars ;
  • une aide aux familles jusqu’à 3600 dollars par enfant sur un an ;
  • une enveloppe de 170 milliards de dollars pour les écoles primaires et secondaires et l établissements d’enseignement supérieur visant à couvrir les coûts de réouverture et l’aide aux étudiants ;
  • une extension de la période permettant à des millions d’Américains de continuer à bénéficier d’une assurance santé.

Un risque de barrage au Sénat

La Chambre contrôlée par les démocrates devrait largement voter le projet de loi. Cela pourrait être la partie la plus facile. Car le projet de loi fait face à une opposition généralisée de la part des républicains du Congrès, qui critiquent le montant du plan qui risque, selon eux, d’aggraver le déficit du budget fédéral alors que l’économie américaine commence à retrouver une nouvelle dynamique.

Cette opposition républicaine devrait se retrouver au Sénat dès ce vendredi soir, où le texte aura besoin de 51 voix sur 100 pour être adopté. Et c’est là que les choses peuvent devenir compliquées. Les démocrates vont devoir garder le soutien de leurs 50 sénateurs, car il est peu probable qu’ils obtiennent un soutien bipartisan. Or, deux sénateurs démocrates sont encore hésitants à le voter le plan de soutien dans les termes actuels. Dans tous les cas, les  responsables démocrates au Congrès se donnent jusqu’au 14 mars pour voter la loi et la faire promulguer par le président Biden.

epi_plan_to_revive_the_american_economy

 

 

Posted in Etats-Unis and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.