Isolement, jauges, télétravail, école, masques… Les nouvelles mesures mises en place ce lundi

Face à la propagation du variant Omicron, de nouvelles mesures sanitaires destinées à limiter l’ampleur de la 5e vague de l’épidémie ont été annoncées par le Premier ministre lundi 27 décembre. Elles ont été complétées par un décret paru au JO samedi. Ces règles entrent en vigueur ce lundi. Revue de détail.

Ce début d’année 2022 est marqué par un renforcement des mesures sanitaires, alors que la France atteint des niveaux de contamination jamais égalés depuis le début de la pandémie. A l’heure ou le pays compte plus de 210.000 cas quotidiens de Covid, Olivier Véran, a évoqué ce lundi 3 janvier sur France Inter, “un niveau jamais atteint“, avec “peut-être un demi-million de contaminations quotidiennes“.

Face au “raz de marée“ Omicron, qui s’est installé sur le territoire à la vitesse de l’éclair,  le Premier ministre, Jean Castex, avait fait une série d’annonces le 27 décembre dernier, à l’issue d’un conseil de défense sanitaire et d’un conseil des ministres. Ces mesures entrent en en vigueur ce lundi. Elles ont été complétées par un décret paru au Journal Officiel, samedi 1er janvier.

Retour des jauges

À partir de ce 3 janvier 2022 et pour une durée de 3 semaines, les jauges sont rétablies pour les grands événements. Désormais, ces derniers sont limités à 2 000 personnes lorsqu’ils se déroulent en intérieur et à 5000 personnes en extérieur. Les meetings politiques ne sont toutefois pas concernés par la mesure. De même que les foires, salons et parcs d’attraction, a indiqué jeudi, le ministre en chargé du tourisme et des PME, Jean Baptiste Lemoine. Le Premier ministre a également annoncé  l’interdiction des concerts debout.

Consommation d’aliments et de boissons interdites

A partir de ce lundi, la consommation debout est désormais interdite dans les bars et cafés. La consommation d’aliments et de boissons devient également impossible dans les théâtres, cinémas ainsi que dans les établissements sportifs.

La mesure s’applique aussi dans les transports collectifs (trains, bus, avions…), y compris longue distance. Pourtant, le décret du 31 décembre 2021 paru samedi au Journal Officiel la matière proscrit uniquement la “vente et le service“ à bord des trains, sans mentionner la consommation. Contactés par Le Parisien , les services de Matignon ont reconnu cette différence de traitement et assuré toutefois vouloir rester “pragmatique et faire preuve de  “discernement“. Les compagnies de transport devront donc préciser directement ce qu’il en sera sur la base d’un protocole sanitaire, a précisé Matignon à l’AFP.

De son côté, la SNCF a confirmé au Parisien qu’il “ne sera pas permis d’enlever le masque pour consommer de la nourriture ou des boissons“. La chose est entendue, le fait de manger et boire tout en ayant le masque sur le nez semblant délicat. Mais cette règle sera appliquée, assure-t-on “avec bon sens et discernement, notamment pour permettre de se désaltérer ou pour l’alimentation des jeunes enfants et des personnes fragiles“.

Port du masque

Obligatoire dès 6 ans pour les enfants

Un décret du 31 décembre 2021 paru au Journal officiel le 1er janvier, impose à partir de ce lundi, le port du masque obligatoire à partir de 6 ans dans les transports publics, et dans de nombreux lieux publics (et non plus à 11 ans comme c’était le cas jusqu’ici). La règle sera applicable dans les transports publics, les établissements recevant du public, les complexes sportifs – sauf lors de la pratique d’un sport, les lieux de culte et à l’extérieur, dans les territoires où les préfets et les maires ont rétabli le port du masque (Val-de-Marne, Paris, Lyon…). Sont notamment concernées les salles de spectacle, les gymnases et salles de sport, les musées et bibliothèques mais aussi les centres commerciaux et les lieux de culte.

Étendu dans les centres villes

“L’obligation du port du masque sera étendue et mieux respectée. Notamment dans tous les centres-villes“, avait déclaré Jean Castex lundi 27 décembre lors de sa conférence de presse. Cette mesure entre en vigueur à compter de ce lundi et pour une durée de 3 semaines. Déjà applicable depuis le vendredi 31 décembre, à Paris et une partie de l’île de France, à Lyon-Villeurbanne et les Pyrénées-Orientales, elle devrait être étendue à de nouvelles agglomérations, par les préfets.

Isolement et cas contact : assouplissement des règles

Les règles d’isolement des personnes positives au Covid-19 sont allégées à partir de ce lundi 3 janvier pour celles ayant un schéma vaccinal complet, qui devront s’isoler pendant une durée de sept jours quel que soit le variant. Un isolement qui pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test antigénique ou PCR négatif, a annoncé le gouvernement.

Concrètement, les règles suivantes s’appliquent à partir de ce lundi :

  • Positif et non vacciné – Isolement de dix jours à partir de la date du test positif. Fin de l’isolement si plus de symptômes au-delà des dix jours et pendant plus de 48 h.
  • Positif et vacciné – Isolement de sept jours, qui peut être levé en cas de test PCR négatif au bout de cinq jours.
  • Cas contact et non vacciné – Isolement de sept jours à partir du dernier contact avec la personne malade. Levée de l’isolement après sept jours si test négatif. En cas de Covid au sein d’un foyer, l’isolement est porté à dix-sept jours.
  • Cas contact et vacciné – Pas de période d’isolement, mais la réalisation de tests PCR à J+1 et J+5 est conseillée.

Nouveau protocole à l’école

Dans un entretien au Parisien, publié dimanche, le ministre de l’Éducation, Jean Michel Blanquer, a exposé les nouvelles mesures qui entreront en vigueur dès ce lundi 3 janvier dans les écoles pour mieux lutter contre la propagation du virus tout en limitant les fermetures de classes. Mesure phare de ce nouveau protocole, le renforcement du “contact tracing“.

Dès l’apparition d’un cas positif dans une classe, tous les élèves doivent immédiatement faire un test antigénique ou PCR, avant un retour sur présentation d’un résultat négatif. Désormais, dévoile Jean-Michel Blanquer, “lorsque la famille fera le premier test, elle recevra en pharmacie deux autotests gratuits, pour que les élèves se testent à nouveau à la maison à J + 2 et à J + 4. Les parents devront attester par écrit que les tests ont bien été faits et qu’ils sont négatifs.“

Télétravail obligatoire

Dès ce lundi 3 janvier 2022, le recours au télétravail est rendu obligatoire pour tous les salariés pour lesquels il est possible, à raison de trois à quatre jours par semaine. Il en sera de même pour les agents de la fonction publique. Les entreprises qui ne respectent pas cette obligation pour leurs salariés seront sanctionnées financièrement. La mesure fera l’objet d’un amendement au projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire, qui sera examiné cette semaine, dans l’hémicycle, à l’Assemblée nationale.

 

 

Posted in COVID_19 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.