Joe Biden dévoile les premiers noms de son futur gouvernement

A deux mois de son investiture, Joe Biden poursuit la mise en place de son équipe, alors que Donald Trump multiplie les recours pour inverser les résultats de la présidentielle. Après la nomination des membres de sa garde rapprochée, le président élu a dévoilé lundi les premiers membres de son futur gouvernement.


Sans attendre que le président sortant, Donald Trump, reconnaisse sa défaite, Joe Biden s’est lancé dans la composition de son administration. Neuf nominations ont déjà été annoncées mardi 16 novembre par le nouveau président des Etats-Unis, dont celle de sa directrice de campagne Jen O’Malley Dillon comme cheffe de cabinet adjointe. Un premier cercle qui se caractérise par la mixité et qui fait place aux talents issus des minorités et aux femmes.

La garde rapprochée

Pour constituer son équipe, Joe Biden a nommé une poignée de fidèles soutiens mais aussi quelques étoiles montantes du Parti démocrate, qui composeront son cercle de conseillers à la Maison Blanche. Un premier cercle qui comporte également quatre vétérans de l’administration Obama.

Ronald Klain : secrétaire général de la Maison Blanche

Le président élu a choisi son conseiller de longue date, Ron Klain, pour occuper les fonctions de chef de cabinet. Avocat de formation, ce démocrate chevronné est appelé à 59 ans à devenir le secrétaire général de la Maison Blanche. Un poste clé de la future présidence américaine.

Son expérience profonde et variée et sa capacité à travailler avec des gens de tous les horizons politiques sont précisément ce dont j’ai besoin chez un chef de cabinet de la Maison Blanche alors que nous affrontons ce moment de crise et rassemblons notre pays à nouveau“, a déclaré Joe Biden.

Le choix de Ronald Klain souligne l’effort que l’administration de Joe Biden mettra sur la réponse au Covid-19 dès le premier jour. L’intéressé a une expérience en santé publique en tant que coordinateur de la réponse au virus Ebola et a joué un rôle central dans la rédaction et la mise en œuvre du plan de relance économique de l’administration Obama en 2009.

Un choix salué par la sénatrice démocrate, Elizabeth Warren. “Ronald Klain est un superbe choix en guise de chief of staff. Il comprend l’importance de la crise sanitaire et économique et a l’expérience nécessaire pour aider la prochaine administration à y faire face. Il a gagné la confiance de tout le parti démocrate“, a salué la sénatrice du Massachusetts.

Jen O’Malley Dillon, cheffe de cabinet adjointe

Parmi les neuf autres nominations déjà annoncées par Joe Biden, celle de sa directrice de campagne Jen O’Malley Dillon comme cheffe de cabinet adjointe. Partageant les origines irlandaises du nouveau président, cette démocrate de 44 ans dirigeait depuis la mi-mars l’équipe de campagne du candidat démocrate. Considérée comme l’un des meilleurs talents de son parti, rappelle le New York Times, elle avait déjà supervisé les campagnes électorales de Barack Obama. Ce qui a fait d’elle la première femme à avoir dirigé une campagne présidentielle victorieuse dans l’histoire du Parti démocrate.

Joe Biden a retenu d’autres proches, comme Steve Ricchetti, son ami de longue date, et Mike Donilon, pour devenir ses conseillers. Le premier est un ancien lobbyiste qui a été le chef de cabinet de Biden entre 2009 et 2013. A la même époque, le second était déjà l’un de ses principaux conseillers. Annie Tomasini, membre de l’équipe de campagne du président lors des primaires démocrates 2008 et conseillère lors de sa vice-présidence, est elle, nommée directrice des opérations de la Maison-Blanche.

Les nominations confirmées

Vous verrez les premières nominations du gouvernement du président élu mardi de cette semaine“, a affirmé sur la chaîne ABC Ron Klain, le futur chef de cabinet de Joe Biden, sans préciser les portefeuilles concernés ni des noms. “Il faudra attendre que le président élu le fasse lui-même mardi“, avant le long week-end de la fête de Thanksgiving.

La composition des postes-clés du gouvernement se révèle encore incertaine, puisque les ministres devront être confirmés au Sénat, pour l’heure majoritairement républicain. Les noms d’ au moins trois nominations au cabinet ont été publiés dimanche soir par des personnes proches du processus de décision : Anthony J. Blinken pour le secrétaire d’État, Jake Sullivan comme conseiller à la sécurité nationale et Linda Thomas-Greenfield comme ambassadrice aux Nations Unies.

Joe Biden a officiellement annoncé, lundi, ses premiers choix pour son futur gouvernement, confirmant ainsi Antony Blinken au poste crucial de secrétaire d’État, qui sera chargé à partir du 20 janvier de mener la diplomatie américaine, et d’autres anciens de l’administration de Barack Obama

Antony Blinken au poste de secrétaire d’État

Le président élu compte annoncer mardi, la nomination de ce francophile, à la tête de la diplomatie américaine.

Antony Blinken, 58 ans, est un des principaux conseillers de Joe Biden en matière de politique étrangère. Il est aux côtés du président élu depuis près de 20 ans, notamment en tant qu’assistant principal de la commission des relations étrangères du Sénat et plus tard en tant que conseiller à la sécurité nationale lorsqu’il était vice-président. Dans ce rôle, M. Blinken a aidé à développer la réponse américaine aux bouleversements politiques et à l’instabilité à travers le Moyen-Orient.

Né à New York, il a exercé comme avocat pendant une courte période après ses études à Harvard, avant d’entrer en politique à la fin des années 1980. Il a rejoint par la suite la Maison blanche comme plume de Bill Clinton, puis est devenu l’un des conseillers à la sécurité nationale de celui-ci. Il a été le numéro deux du département d’État sous le président Barack Obama lorsque Hillary Clinton dirigeait les Affaires étrangères. Après la défaite de celle ci en 2016, M. Blinken est devenu l’un des fondateurs de West Exec Advisors, une firme basée à Washington conseillant les grandes entreprises sur les risques géopolitiques.

Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale

A 43 ans, Jake Sullivan a une vaste expérience en matière de politique étrangère. Il a été conseiller à la sécurité nationale de M. Biden pendant le deuxième mandat du président Barack Obama et successivement, chef de la planification des politiques et chef de cabinet adjoint d’Hillary Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’État. Il faisait également partie du petit groupe de responsables américains qui ont secrètement rencontré des responsables iraniens en 2013 pour lancer la sensibilisation diplomatique qui a finalement conduit à l’accord nucléaire historique. Selon deux sources proches de l’équipe de transition, M. Sullivan devrait être nommé mardi, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche

Alejandro Mayorkas, secrétaire du département de la Sécurité intérieure

Joe Biden annoncera son intention de nommer Alejandro Mayorkas, 60 ans, au poste de secrétaire du département de la Sécurité intérieure, et Avril Haines au poste de directeur du renseignement national, indique le « New York Times ». Avocat d’origine cubano-roumaine et ancien responsable de l’administration Obama, il figure en tête de liste des futurs membres possibles du cabinet. Née à La Havane, à Cuba, de parents juifs, Mayorkas, sera la première personne née à l’étranger à diriger la principale agence de sécurité publique du pays, depuis la création du département en 2002

Avril Haines, directeur du renseignement national

Avril Haines, qui occupait des postes de haut niveau dans la sécurité nationale sous le président Obama, devrait devenir directeur du renseignement national dans l’administration Biden. Après avoir servi le président Obama en tant qu’avocat de la sécurité nationale et directeur adjoint de la CIA, Me Haines, 51 ans, a joué un rôle clé dans la sécurité nationale dans la transition de Biden . Elle deviendra la première femme au poste de DNI, qui a été créée après les attentats du 11 septembre.

Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice aux Nations Unies

Joe Biden a également nommé ce lundi Linda Thomas-Greenfield. Diplomate de carrière, Linda Thomas-Greenfield a été secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines du département d’État des États-Unis de 2013 à 2017 et conseillère principale au Albright Stonebridge Group à Washington. Le nouveau président rétablira le poste au niveau du cabinet après que M. Trump l’ait déclassé, donnant à Mme Thomas-Greenfield, un siège à son Conseil de sécurité nationale.

 John Kerry, émissaire spécial sur le climat

L’ancien secrétaire d’État de Barack Obama, John Kerry, sera lui l’émissaire spécial du président américain sur le climat, signe de l’importance qu’accorde Joe Biden à ce dossier.

Les nominations qui font encore débat

Michele Flournoy, secrétaire à la défense ?

Michèle Flournoy pourrait bientôt sortir de l’ombre. Joe Biden l’aurait également choisi comme secrétaire à la Défense. Une annonce qui, si elle était confirmée, ferait d’elle la première femme à diriger le Pentagone. Connue pour ses idées stratégiques, ses analyses claires et franches et son expérience de leadership dans les secteurs public, privé et à but non lucratif, cette femme de 59 ans a servi à la Maison Blanche, Bill Clinton, en tant que sous-secrétaire adjoint à la défense pour la stratégie et a été secrétaire à la politique de défense sous Obama.

Michelle Lujan Grisham, secrétaire à la Santé ?

Le nom Michelle Lujan Grisham, continue d’être mentionné dans les cercles politiques pour un éventuel poste au sein du gouvernement Biden. NBC News a rapporté jeudi qu’elle était en tête de liste pour le poste de secrétaire à la Santé et aux Services sociaux. A 61 ans, et depuis peu gouverneure du Nouveau-Mexique, ce qui fait d’elle la première hispanique démocrate à diriger un état, elle a occupé le poste de secrétaire d’Etat aux personnes âgées dans son fief durant treize ans, avant d’y être promue Secrétaire à la Santé.

De nombreux prétendants au poste de secrétaire au Trésor

Jo Biden a déclaré jeudi qu’il avait choisi un candidat au poste de secrétaire au Trésor et qu’il annoncerait son choix dans un avenir proche, “juste avant ou juste après Thanksgiving“. Bien que ne voulant pas dire de qui il s’agissait, le président élu a donné un indice, disant aux journalistes, indiquant que son choix “est quelqu’un qui, je pense, sera accepté par tous les éléments du Parti démocrate, des coalitions progressistes aux coalitions modérées“.

La « short list » pour ce poste très convié, comprend : Lael Brainard, gouverneure de la Réserve fédérale ; Janet L. Yellen, ancienne présidente de la Fed; et Roger W. Ferguson Jr. , ancien gouverneur de la Fed et dirigeant d’entreprise.

La gouverneure de la réserve fédérale ne serait plus le choix premier de Biden au poste de secrétaire au Trésor, selon des personnes proches du dossier.  Les chances augmentent que le président élu puisse se tourner vers l’ancienne présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen pour diriger le département du Trésor. Yellen répondrait à la description de Biden d’une personne acceptable dans tout le Parti démocrate, avec des progressistes qui lui seraient favorables en partie parce qu’elle a approuvé l’idée de taxer les émissions de carbone pour lutter contre le changement climatique.

Qui sont tous les prétendants au cabinet de Joe Biden ?

 

Posted in Elections américaines and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.