Pandémie, Economie, Climat… : Ce que prévoient les 17 mesures Biden

Quelques heures après son entrée en fonction, Joe Biden, est passé à l’action en ratifiant une série de 17 textes visant à tourner la page Trump. Certaines annulent d’emblée les décisions prises par son prédécesseur, d’autres sont liées à l’urgence sanitaire, économique…. Changement climatique, pandémie, crise économique, immigration, injustices raciales et sociales… Détail des mesures prises par le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Les 100 premiers jours d’un mandat donnent le « la » d’une présidence. Le 46ème président élu des Etat-Unis l’a bien compris. Il n’y aura pas de « temps mort » pour Joe Biden qui a prévenu : “pas de temps à perdre pour s’attaquer aux crises qui frappent le pays“ tout en lançant “une attaque à grande échelle contre l’héritage de son prédécesseur ». Avec en ligne de mire, une double urgence :  démanteler les politiques de l’administration Trump, qui selon ses collaborateurs, ont causé le “plus grand dommage“ à la nation et, parer à l’urgence sanitaire et économique.

Changement climatique, pandémie, crise économique, injustices raciales et sociales aux Etats-Unis “sont autant de crises qui nécessitent une action d’urgence“, a déclaré, samedi 16 janvier, son chef de cabinet, Ron Klain, pour qui M. Biden veut agir vite “pour rétablir la place de l’Amérique dans le monde“. “Le président élu va agir, pas seulement pour réparer les dégâts les plus sérieux du gouvernement Trump, mais aussi pour permettre au pays d’avancer“,  a t-il précisé. Dès son arrivée à la Maison Blanche, son nouveau locataire a donc pris place dans le  bureau ovale, signant ses premiers documents officiels devant les caméras, en qualité de président.

De premières signatures qui ont été suivies dès le jeudi 21 janvier, par une série de décrets et de directives présidentielles.

Sur la pandémie de Covid-19

Port du masque imposé et distanciation sociale

Le premier des défis auxquels va devoir faire face le président américain, est sans nul doute celui de la grave crise sanitaire affectant le pays, qui a dépassé le seuil de 400 000 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie. Au lendemain de son entrée en fonctions, Joe Biden a d’ailleurs promis, une mobilisation comme “en temps de guerre“ face au Covid-19, dénonçant notamment le “terrible échec“ de la distribution des vaccins par l’administration Trump. “Nous n’avons pas une seconde à perdre pour maîtriser ce virus. C’est pourquoi aujourd’hui, je vais signer des actions exécutives pour étendre les tests, administrer des vaccins et rouvrir en toute sécurité les écoles et les entreprises“, a indiqué le président américain sur Twitter.

Le président américain a révélé une liste de nouveaux décrets et directives présidentielles destinés à accélérer la production de vaccins et autres fournitures contre la Covid-19, à augmenter la capacité de test et à exiger le port d’un masque, y compris pendant les voyages entre états. Des mesures issues du vaste plan de stratégie nationale de pandémie, de 200 pages, dévoilé jeudi par la présidence.

Joe Biden a notamment signé un décret présidentiel imposant le port du masque et la distanciation sociale dans tous les bâtiments fédéraux et à tous leurs employés. Bien que les prérogatives du président ne lui permettent pas d’imposer cette mesure dans tout le pays, le message est clair. Il tranche profondément avec la stratégie de Donald Trump, qui est rarement apparu en public masqué et a durant des mois, minimisé la gravité de la pandémie.

Le président américain a également lancé également a“100 day Masking Challenge“, exhortant tous les Américains à porter des masques et les autorités étatiques et locales à mettre en œuvre des mesures publiques pour empêcher la propagation du coronavirus. “Juste 100 jours pour se masquer“, a t-il déclaré. » Pas pour toujours. 100 jours. Et je pense que nous verrons une réduction significative.

Ces décrets et directives mettent en avant une réponse fédérale plus centralisée visant à limiter la propagation du coronavirus. Si certains d’entre eux reflètent les actions prises pendant l’administration Trump, la plupart cherchent à changer de cap.

Des directives demandent aux dirigeants des agences fédérales de vérifier les pénuries dans des domaines tels que les équipements de protection individuelle et les fournitures de vaccins, et d’identifier les endroits où la loi sur la production de défense pourrait être invoquée pour augmenter la fabrication. La nouvelle administration promet également d’élargir l’offre nationale de tests rapides, de doubler les fournitures de test et d’augmenter les labos pour les tests et la surveillance des points chauds de coronavirus.

Retour dans le giron de l’OMS

Le président Biden, lors de son premier jour de fonction, est revenu sur la décision de l’administration Trump de se retirer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Dr Anthony S. Fauci sera le chef de la délégation américaine au conseil d’administration de l’organisation. Il entrera en fonction cette semaine.

Un plan de 1900 milliards de dollars

Joe Biden a dévoilé un plan d’aide à l’économie de 1 900 milliards de dollars (1 575 milliards d’euros), qu’il souhaite faire voter immédiatement. “Nous voulons avancer aussi vite que possible“, a t-il déclaré, indiquant que ce plan sera suivi, dans les prochaines semaines, d’un plan d’investissements pour relancer l’économie. Chèques aux familles, fonds pour rouvrir les écoles, argent pour accélérer tests et vaccins, aides aux petites entreprises, ou encore assistance alimentaire renforcée : les mesures à venir doivent empêcher le pays de s’enfoncer encore dans la crise.

M. Biden s’apprête également à prolonger un moratoire fédéral sur les expulsions et a demandé aux agences, de prolonger le moratoire sur les saisies sur les prêts hypothécaires garantis par le gouvernement fédéral qui a été adopté en réponse à la pandémie de coronavirus. Le président envisage également de maintenir une pause sur les intérêts et le principal des prêts étudiants fédéraux jusqu’à la fin du mois de septembre.

Un retour dans l’accord de Paris

Parmi les 15 décrets et 2 mesures à destination des agences indépendantes du gouvernement, l’une d’elles est très attendue : le retour des États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat.  Joe Biden  qui a fait de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité de son mandat, a adressé dès le jour de son investiture un courrier à l’ONU, afin que les États-Unis puissent rejoindre l’accord de Paris d’ici un mois. “Nous allons combattre le changement climatique comme nous ne l’avons jamais fait jusqu’ici“ a-déclaré le président américain depuis le Bureau ovale. Le décret a d’ores et déjà été mis en ligne sur le site de la Maison Blanche. Le processus devrait prendre 30 jours, indique CNN.

Un détricotage de la politique migratoire de Trump

Fin du “muslim ban“

En matière de politique migratoire, le nouveau président américain a pris le contre-pied de Donald Trump, qui avait fait de la lutte contre l’immigration illégale un marqueur de sa présidence. Joe Biden a ainsi signé un décret annulant celui ratifié par son prédécesseur, qui visait à interdire aux ressortissants de pays en majorité musulmans d’entrer aux États-Unis. Le président américain  a demandé au Département d’État de redémarrer le traitement des demandes de visa pour les personnes des pays touchés et, de développer des moyens de remédier au préjudice causé à ceux qui ont été empêchés de venir aux États-Unis en raison de l’interdiction.

Arrêt de la construction du mur frontalier avec le Mexique.

Le nouveau président a signé un décret stipulant l’arrêt immédiat des travaux de construction d’un mur à la frontière avec le Mexique et son financement grâce au budget du Pentagone. Le texte comprend une “résiliation immédiate“ de la déclaration d’urgence nationale qui a permis à l’administration Trump de rediriger des milliards de dollars vers le mur. Il dit que l’administration va commencer “un examen approfondi» de la légalité de l’effort de détournement de fonds fédéraux pour financer le mur.
Joe Biden va transmettre en parallèle un projet de loi sur l’immigration au Congrès. Il offrira notamment aux 700.000 jeunes arrivés clandestinement aux États-Unis lorsqu’ils étaient enfants, les « Dreamers », et aux autres immigrés en situation irrégulière une possibilité de naturalisation à terme et sous conditions.

La lutte contre les inégalités raciales et LGBT

 Joe Biden a signé un décret pour ordonner aux agences fédérales d’évaluer les inégalités dans leurs programmes et politiques, et pour réinstaurer les formations à la diversité annulées par son prédécesseur. Le président a désigné Susan E. Rice, à la tête de son Conseil de politique intérieure, pour coordonner ces actions, exigeant que toutes les agences fédérales mettent “l’éradication du racisme systémique“ au cœur de leur travail.  Ces agences ont 200 jours pour examiner et de faire un rapport sur l’équité dans leurs rangs. Le texte vise également à garantir aux Américains de tous horizons un accès égal aux ressources, aux avantages et aux services du gouvernement fédéral.

Un autre décret renforce la loi sur les droits civils de 1964, pour exiger que le gouvernement fédéral ne fasse pas de discrimination sur la base de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. Une politique qui annule l’action de l’administration de Donald Trump.

 

Posted in Elections américaines and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *