Variant Delta, obligation vaccinale, réformes… : ce qu’Emmanuel Macron pourrait dire ce lundi

C’est une allocution annoncée de longue date, que l’évolution de la situation sanitaire est venue chambouler. Rattrapé par le variant Delta, Emmanuel Macron va s’adresser aux français ce lundi 12 juillet. Pass sanitaire étendu, obligation vaccinale, réformes à venir, jeunesse… Ce que pourrait annoncer le chef de l’état à l’aube d’une probable quatrième vague.

Cela devait être un grand discours de reconstruction au cours duquel le président de la république aurait annoncé les priorités de la fin de son quinquennat. Et puis le Covid s’est réinvité dans la danse, bousculant une fois de plus le calendrier de l’exécutif. Après un conseil stratégique de défense dans la matinée, Emmanuel Macron livrera ce lundi à 20 heures, sa huitième adresse aux Français, lors d’une allocution solennelle depuis l’Elysée.

Dans les premiers jours de juillet, cette prise de parole était encore l’occasion de projeter le pays au-delà de 2022“, indique un conseiller. Mais, face à la menace grandissante d’une 4ème vague, cette feuille de route fondée sur un retour à la normale a été bouleversée par la résurgence de l’épidémie, sous le signe du variant Delta. Une partie de l’intervention présidentielle devrait ainsi être consacrée aux nouvelles possibles restrictions sanitaires.

Obligation vaccinale des soignants

Le président devrait détailler les mesures arrêtées par le Conseil de défense Covid-19 qui se tiendra plus tôt dans la journée à l’Elysée. Au premier chef, l’obligation vaccinale pour les soignants. “Aujourd’hui, c’est une hypothèse très probable et légitime”, a souligné ce dimanche Clément Beaune, au micro du “Grand Rendez-vous“, Europe 1/CNews/Les Echos.“ Nous l’avions toujours dit, c’était une option“, a soutenu le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, rappelant les concertations tenues depuis plusieurs jours avec les professionnels de santé et les élus locaux sur ce point.

U

Une mesure également préconisée le 9 juillet dernier par le Conseil scientifique, qui s’inquiète d’un taux de vaccination “trop bas parmi les personnels du secteur médico-social en contact avec des personnes âgées et/ou handicapées en Ehpad, établissements spécialisés ou en ville“, et souligne que [seulement] “40 % du personnel des Ehpad, publics ou privés, serait vacciné, avec une grande hétérogénéité territoriale“.

Si cette option était retenue, un cadre législatif serait alors nécessaire. Le gouvernement planche déjà sur un projet de loi qui pourrait être adopté avant la fin de juillet. Interrogé vendredi à ce sujet, le ministre de la santé, Olivier Véran, a précisé au micro de France Inter que rien n’était encore décidé : “A ce stade, aucune décision n’a été prise, mais il semble qu’un consensus sociétal, politique et des instances professionnelles se dégage pour aller vers cela.“

Au-delà des seuls personnels soignants, la question de l’obligation vaccinale pour d’autres catégories de la population, notamment les aidants et les personnes en contact avec du public, est également plébiscité par le Conseil scientifique qui considère dans un avis daté de mardi et rendu public ce vendredi, que “la couverture vaccinale des professionnels de santé et plus largement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables revêt un enjeu éthique autant que de santé publique“. Mais pas sûr que le chef de l’Etat le reprenne à son compte.

Extension du pass sanitaire

Outre un élargissement de l’obligation vaccinale, Emmanuel Macron pourrait annoncer de nouvelles restrictions sanitaires, au premier chef desquelles, une extension du pass sanitaire. Son éventuel élargissement à des lieux de la vie courante, comme les restaurants, bars et lieux de loisirs, n’est plus taboue au sein du gouvernement, en raison de l’avancement de la campagne de vaccination. “Ça fait partie du débat, j’ai eu l’occasion de me prononcer moi-même à titre personnel sur le pass sanitaire en disant je n’étais pas favorable au pass sanitaire pour les lieux de la vie courante en dehors des grands événements, mais la vaccination, elle change forcément le cadre de la réflexion“, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran.

Jeudi, dans les colonnes du Monde, le “Monsieur vaccin“ de l’exécutif a été le premier à sauter le pas, et s’est prononcé en faveur d’une telle mesure. “L’idée que l’on puisse utiliser son pass sanitaire non seulement pour aller au stade – et je ne parle pas seulement des images un peu folles de l’Euro de football -, mais aussi pour se rendre au cinéma, au théâtre, au restaurant ne me choquerait pas“, a fait valoir le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Dans son avis  rendu public ce vendredi, le Conseil scientifique va encore plus loin et propose de transformer le pass sanitaire en “pass vaccinal“, qui deviendrait nécessaire “pour pouvoir accéder à certains espaces de libertés“.

Nouvelles restrictions sanitaires

Emmanuel Macron pourrait également annoncer un durcissement des restrictions, parmi lesquels, un abaissement de la jauge sanitaire ou un renforcement aux frontières. De nouvelles mesures sanitaires territorialisées pourraient aussi être envisagées.

Un abaissement de la jauge sanitaire

Dans son avis publié le 9 juillet, le conseil scientifique prône un abaissement de la jauge, actuellement fixée à 1000 personnes, pour les événements soumis au pass sanitaire. “La jauge retenue jusqu’ici pour la tenue d’évènements avec le pass sanitaire doit probablement pouvoir être revue à la baisse, en fonction du niveau d’incidence“, indique la haute instance de santé qui conseille l’exécutif.

Des renforcements aux frontières

En fonction des ultimes arbitrages qui seront pris au terme du Conseil de défense, de possibles restrictions aux frontières pourraient être annoncées, alors que certains États européens comme l’Espagne et le Royaume-Uni connaissent une recrudescence épidémique.  Jeudi, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, avait recommandé “d’éviter l’Espagne et le Portugal“ pour les vacances. “Le Portugal, entre autre, pose problème tant le nombre de cas augmente là-bas et les échanges sont nombreux avec la France, pendant les vacances“, indiquait mardi, un proche du chef de l’État. Des recommandations qui pourraient également concerner certains pays du Maghreb, où l’épidémie repart fortement. Pour l’heure, la tendance serait de réaliser une distinction entre pays de l’UE et pays hors-UE.

Un possible retour des mesures territorialisées

Lors du dernier Conseil de défense, mercredi 7 juillet, l’hypothèse d’un retour des mesures territorialisées a également été évoquée. Le variant Delta circule plus rapidement dans certains départements de Nouvelle-Aquitaine, Ile-de-France, Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon Santé publique France . Cette circulation hétérogène du virus pourrait ainsi justifier des mesures particulières dans les zones géographiques les plus touchées. Elles pourraient être notamment envisagées, y compris en juillet et août, dans les zones les plus touristiques, avec notamment le retour du masque en extérieur.

Relance et économique et retraite

Vers une réforme des retraites ?

L’entourage présidentiel plaide pour que l’allocution du chef de l’état mêle “temps court et temps long“. Malgré le contexte sanitaire, la réforme des retraites devrait donc aussi être évoquée lundi soir. Mais la prudence sera de mise. D’après RTL, le président, s’il aborde cette question, devrait “redire son attachement profond“ à ce que la réforme soit menée mais, “repousser le sujet à la rentrée.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a souligné à ce titre dans une interview aux “Echos“, qu’une décision politique sur le sujet devrait être prise au vu de la situation économique “cet été et à la rentrée“ et “en fonction de l’épidémie.“ Même son de cloche du côté du patron des députés LaREM, Christophe Castaner, qui a estimé vendredi qu’il y avait “trop d’incertitudes“ pour que le projet de loi soit présenté dans les prochains mois.

A défaut de relancer la réforme des retraites, Emmanuel Macron pourrait évoquer d’autres gages de transformation : généraliser le travail du dimanche, rouvrir le chantier de la simplification administrative après les bugs de l’Etat lors du Covid, annoncer un second plan de relance ou d’investissement, élargir la garantie jeunes et réformer les bourses ? “, indique le quotidien “Les Echos“.

La reprise économique

Dans son allocution aux français, Emmanuel Macron devrait également évoquer  la reprise économique et le plan de relance de 100 milliards d’euros, dont le déploiement doit “s’accélérer“, selon le Premier ministre Jean Castex. Selon une dernière indiscrétion en date, le Président pourrait également présenter une mesure forte à destination de la jeunesse. Il devrait annoncer selon les informations de Challenges, l’extension du dispositif de “garantie jeunes“ à un million de bénéficiaires, contre 200.000 aujourd’hui, assortie d’une enveloppe de 2 milliards d’euros. Une manière de mettre le paquet sur la jeunesse qui a subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire.

La garantie jeunes permet aujourd’hui aux 16-25 ans qui ne sont “ni en emploi, ni en études, ni en formation“ de percevoir une allocation mensuelle pouvant atteindre 497,50 euros, s’ils s’engagent à suivre un parcours d’insertion avec une mission locale.

 

Posted in COVID_19, Politique française and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *