Nouvelles restrictions, tests, écoles…. : l’essentiel du point presse d’Olivier Véran

Des mesures restrictives à Lyon et à Nice, un renforcement de celles applicables à Marseille, une nouvelle stratégie de dépistage, un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles… Après un point sur l’évolution de la situation sanitaire en France, Olivier Véran, a décliné lors d’une première conférence de presse, la stratégie du gouvernement face à l’épidémie de Covid-19. L’essentiel des informations à retenir. 

C’est une conférence de presse appelée à devenir hebdomadaire. Ce jeudi 17 septembre, le ministre de la Santé a renoué avec les points officiels sur la progression de l’épidémie en France, auparavant réalisé par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. “Notre stratégie face au Covid repose sur quatre piliers“, a rappelé Olivier Véran, en préambule de son point presse.  “Le premier d’entre eux est les gestes barrières.“ Je tiens à saluer les gestes quotidiens accomplis par les français« , a indiqué le ministre, avant d’ajouter : “Nous devons apprendre à vivre avec le virus pour quelques mois encore“.  Olivier Véran  ensuite détaillé la stratégie du gouvernement pour lutter contre le coronavirus, faisant plusieurs annonces.

Le point sur la situation sanitaire

Une accélération de la circulation du virus

Aujourd’hui, tous les indicateurs montrent une progression de l’épidémie“, a indiqué Olivier Véran. “Nous constatons depuis plusieurs semaines une accélération de la circulation du virus“. “Le taux d’incidence  qui compte le nombre de nouvelles contaminations par semaine est ainsi en hausse constante.

“Ce taux d’incidence est aujourd’hui de 83,84 pour 100.000 habitants, alors qu’il était à 40 à la fin du mois d’août, 25 à la mi-août et à 10 fin juillet“, a-t-il précisé. Il a dépassé pour de nombreux départements les différents seuils d’alerte. Le fameux facteur R qu’on vous a déjà présenté plusieurs fois (…) reste supérieur à 1“. “Mais il est environ trois fois inférieur en termes de vitesse de circulation à ce que nous avions constaté au printemps dernier », a expliqué le ministre.

« Ce qui nous inquiète, c’est la dynamique épidémique dans certains territoires. 53 départements dont ceux de Marseille, de Lyon, de Paris ou la Guadeloupe ont dépassé le seuil d’alerte de 50 cas pour 10.000 habitants“, a ajouté le locataire de la rue de Grenelle.

Une forte progression chez les jeunes et les plus de 65 ans

Le virus va moins vite, et c’est une différence notable“, a indiqué Olivier Véran, “Ce qui explique un profil épidémique très différent de la première vague.“  Mais on voit qu’il “circule très activement chez les 15 45 ans, de plus en plus, et cela depuis le début du mois d’août“, a t-il annoncé.“

Le risque était qu’il passe des plus jeunes qui font moins de formes graves, vers les personnes moins jeunes et vulnérables a expliqué le ministre. Or désormais, il circule de plus en plus chez les plus de 65 ans. “Le taux d’incidence chez les personnes âgées est de 190 à Marseille, 113 à Lyon et à plus de 80 dans plusieurs grandes villes comme Nice, Bordeaux, Lille ou Toulouse“, a complété Olivier Véran. La moitié des personnes atteintes du coronavirus entre 15 et 44 ans sont toutefois asymptomatiques.

« Le virus n’est pas devenu moins dangereux avec l’été“, a alerté le ministre. “Nous voyons aujourd’hui le nombre de malades du Covid-19 en réanimation remonter de façon préoccupante avec des différences significatives entre les régions.“ 

Un durcissement local des mesures sanitaires

De nouvelles restrictions à Lyon et Nice

Si nous ne prenons pas de décisions rapidement, les capacités de prise en charge en réanimation de certains hôpitaux pourraient être saturées dès octobre“, a indiqué Olivier Véran. C’est le cas en particulier en région Provences-Alpes-Côte-d’Azur et dans les Alpes maritimes, a expliqué le ministre.

Nice et Lyon, où les taux d’incidence ont largement dépassé les seuils d’alerte, vont ainsi faire l’objet de nouvelles restrictions. “Nous avons demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes de proposer d’ici samedi les mesures qui devront être prises pour limiter la propagation du virus“, alors que le taux d’incidence est particulièrement haut dans ces départements“, a annoncé Olivier Véran.

En Guadeloupe et à Marseille où des mesures ont déjà été adoptées, de nouvelles restrictions sanitaires pourront être envisagées. “Si la situation sanitaire ne s’améliore pas“ à Marseille et en Guadeloupe, “il faudra sans doute prendre des mesures encore plus fortes“, a prévenu le ministre, citant “la possible fermeture des bars“ ou, “‘interdiction des rassemblements publics“.

Un possible durcissement des mesures dans certaines villes

A Lille, Toulouse, Rennes, Dijon et Paris, où le taux d’incidence est élevé, mais où les seuils critiques ne sont pas encore atteints, “nous serons extrêmement attentifs“ à l’évolution de la situation dans ces métropoles, a alerté le ministre. De possibles restrictions encore plus fortes pourraient être également instaurées à Marseille.

Une stratégie de tests à grande échelle

Nous avons fait le choix en France de permettre à chaque Français qui le souhaite et quelle qu’en soit la raison, de bénéficier d’un test gratuitement et sans ordonnance. Pour accompagner cette stratégie, nous avons augmenté de manière très significative nos capacités de prélèvement et d’analyse“, a expliqué Olivier Véran. 1.200.000 tests ont ainsi été effectués la semaine dernière,

Une conséquence directe de cette stratégie de test à grande échelle, c’est un embouteillage (…) C’est la raison pour laquelle nous avons instauré une doctrine de priorisation des tests avec une liste de personnes prioritaires“, a ajouté le ministre. Quatre catégories de personnes sont désormais prioritaires : les personnes disposant d’une prescription médicale, les personnes symptomatiques, les professionnels de santé, et les cas contacts.

Le ministre de la Santé a par ailleurs indiqué que dès lundi, 20 centres de prélèvement seront déployés en Île-de-France pour les personnes prioritaires, qui pourront s’y rendre de 8 h00 à 14h00. Plusieurs centaines de tests PCR pourront y être effectués.

Les tests antigéniques, similaires au test PCR mais dont le résultat peut être obtenu en moins de 30 minutes, ont obtenu les autorisations commerciales, a par ailleurs indiqué Olivier Véran. Ils pourront donc “devenir demain un complément utile dans la stratégie de dépistage“, a t-il expliqué.

Le protocole sanitaire des écoles et crèches, assoupli

Les enfants sont peu actifs dans la chaîne de transmission du virus

Appuyant sa décision sur un nouvel avis du Haut Conseil de la santé publique qui devait être publié dans la soirée, le ministre de la Santé a annoncé que le protocole sanitaire va être assoupli “dans les tout prochains jours“ dans les écoles et les crèches.

“ Les enfants jeunes sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus. Les données montrent, à ce stade des connaissances, que le risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte, d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte“, a-t-il justifié.

Les enfants doivent aller à l’école, et il n’y a pas lieu de renvoyer les élèves chez eux, voire de fermer des établissements entiers à la première alerte“, a insisté Olivier Véran.

Le masque obligatoire en crèches pour les professionnels

Mais pour limiter la transmission adulte-enfant, le masque devient obligatoire pour tous les professionnels de crèche, y compris avec les enfants. Des dérogations seront toutefois envisageables pour certains types d’enfants.

Posted in COVID_19 and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *