Rentrée scolaire : masques, récré, cantine, sport… A quoi s’attendre ?

Après plusieurs mois d’interruption, c’est une rentrée inédite placée sous le signe de la Covid-19, qui se profile ce mardi 1er septembre pour quelques 12 millions d’écoliers, collégiens et lycéens A la clé, un protocole sanitaire très strict pour les élèves, mais aussi leurs enseignants. Masques, cantine, récréations, sport, internat…  Zoom sur les principales questions qui se posent.

Ce ne sera pas une rentrée normale, mais elle aura bien lieu ce mardi 1er septembre. C’est en substance le message martelé le 27 août par le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, lors de sa conférence de presse.  Il n’y aura pas de report de la rentrée scolaire a confirmé le ministre, invité de la matinale de France Inter : “Dès le début, j’ai pensé que ce n’était pas une bonne idée“, a t-il expliqué. Dans certaines zones, des classes ne rouvriront toutefois pas mardi mais , “le moins possible“ et ce sera “en fonction de la situation sanitaire de chaque territoire“. 

Dans un entretien au Journal du dimanche du 30 août, le ministre de l’Education trace les contours de cette rentrée scolaire inédite, et affiche une forme de sérénité. “Ce sera une année aussi normale que possible. Tout ne doit pas être écrasé par la réalité sanitaire“, prévient-il. Mercredi 26 août, le ministère de l’Éducation nationale a publié une nouvelle version du protocole sanitaire précisant un peu plus les règles qui entreront en vigueur dans les écoles ce 1er septembre. Inspiré largement de celui publié en juillet, ce nouveau document procède à quelques ajustements, pour tenir compte de l’évolution de la situation. Concrètement, quelles seront les modalités de cette rentrée scolaire ?

Accueil des enfants

Le principe central posé pour cette rentrée par le nouveau protocole sanitaire est celui d’un accueil de tous les élèves. “Tous les élèves, à tous les niveaux et sur l’ensemble du temps scolaire dans le respect des prescriptions émises par les autorités sanitaires.“ Ce principe est immédiatement suivi d’une option de sécurité, celle du plan de continuité pédagogique. “Dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes, du fait d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire national, un plan de continuité pédagogique a été mis en place pour assurer l’enseignement à distance“, indique le ministère.

Accueil en maternelle le premier jour d’école

Traditionnellement, en maternelle, les parents peuvent accompagner leurs enfants lors de leur premier jour d’école. “Le principe, c’est d’éviter au maximum les contacts entre adultes, comme nous le faisons dans le reste de la vie sociale”, a mis en garde Jean-Michel Blanquer, tout en laissant entendre que cette pratique resterait autorisée. Sur ce sujet, il a appelé les chefs d’établissements à “faire preuve de pragmatisme“.

Port du masque

Est-il obligatoire pour les enseignants ?

Tous les enseignants devront porter un masque, qui leur sera fourni par le ministère de l’Education nationale. Les professeurs vulnérables ou en contact avec des personnes à risque pourront faire une demande de masques FFP2. Pour faciliter l’apprentissage, en maternelle ou en CP par exemple, des “masques transparents“ pourront être distribués aux enseignants au cours des prochains jours. Seront aussi concernés les professeurs en charge d’enfants malentendants.

Les professionnels de la petite enfance seront en revanche dispensés du port du masque : ce sera notamment le cas dans les crèches et pour les assistantes maternelles.

Et pour les élèves ?

Tous les collégiens et lycéens devront porter un masque, obligatoire à partir de 11 ans“, a confirmé Jean Michel Blanquer le 27 août. « Pour les élèves des écoles maternelles le port du masque est à proscrire ; pour les élèves des écoles élémentaires, il n’est pas recommandé, mais des masques sont à disposition pour équiper les enfants présentant des symptômes dans l’attente de leur départ de l’école“, a précisé le ministre. Dans une tribune publiée samedi 29 août dans Le Parisien, des scientifiques et médecins plaident pour rendre le masque obligatoire dès 6 ans. Mais la mesure fait débat.

Le port du masque ne sera toutefois “pas obligatoire lorsqu’il est incompatible avec l’activité (prise de repas, nuit en internat, pratiques sportives, etc.)“. “On peut imaginer que dans les prochaines semaines ou les prochains mois, des mesures plus fortes s’appliquent dans certains territoires“, a ajouté le ministre.

Le ministre de l’Education a posé le 27 août sur France Inter un principe de non gratuité des masques, précisant qu’aucun pays au monde ne pratique cette gratuité.Si des familles sont en grande difficulté, nous sommes en situation de fournir des masques aux élèves qui en ont le plus besoin“, a t-il toutefois ajouté. Plusieurs collectivités ont promis qu’elles en fourniraient gratuitement à ces élèves, après le refus de l’État de les prendre à sa charge. C’est le cas notamment à Paris, où la mairie a indiqué qu’elle allait distribuer gratuitement des masques lavables et réutilisables aux collégiens parisiens.

Comment vont se dérouler les cours de sport et de musique ?

Le port du masque n’est pas possible lors de la pratique physique, précise le ministère. Il faudra en revanche une distanciation d’“au moins deux mètres“ entre élèves, excepté “lorsque la nature de la pratique ne le permet pas“. En éducation musicale, le port du masque reste obligatoire à partir du collège.

Temps annexes

Quid des temps de récréation ?

Les élèves de plus de 11 ans devront garder leur masque pendant la récréation. En extérieur comme en classe, la limitation du brassage des élèves doit être “recherchée dans la mesure du possible“. Les temps de récréation seront organisés, dans la mesure du possible, de manière à limiter les croisements entre groupes d’élèves : récréations échelonnées, groupes de classes.

Et pour les repas à la cantine ?

À la cantine, les élèves gardent le masque pendant leurs déplacements. Sur ce sujet, le ministère recommande d’adapter “des plages horaires et le nombre de services“ de manière à “limiter les flux et la densité d’occupation“.

Internat

Selon le protocole délivré par le ministère de l’Education, l’ensemble des publics habituellement hébergés peut être accueilli dans les internats. La distance entre les lits doit être d’au moins un mètre. Les lits superposés peuvent être utilisés en inversant les couchages afin que les élèves y dorment “tête bêche“. »Dans les chambres collectives, les élèves appartenant à la même classe doivent être si possible accueillis.

Règles de distanciation

Dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est pas obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. Néanmoins, les espaces sont organisés de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves, notamment dans les salles de classe et les espaces de restauration. Dans les espaces extérieurs, la distanciation physique ne s’applique pas.

Brassage des élèves

La limitation du brassage entre groupes d’élèves (classes, groupes de classes ou niveaux) n’est pas obligatoire. Toutefois, les écoles et établissements scolaires devront organiser le déroulement de la journée et des activités scolaires, de manière à limiter, dans la mesure du possible, les regroupements et les croisements importants entre groupes. Les arrivées et départs sont particulièrement étudiés pour limiter au maximum les regroupements d’élèves et/ou de parents. De même, la limitation du brassage dans les transports scolaires n’est pas obligatoire. Toutefois, les collégiens et les lycéens doivent porter un masque si la distanciation entre élèves ne peut être garantie ».

Nouveau protocole-sanitaire—ann-e-scolaire-2021-2021-71258

 

 

Posted in COVID_19 and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *