Masque obligatoires à Paris, 19 départements en rouge, reconfinement… Les nouvelles annonces du gouvernement

A quelques jours de la rentrée, le Premier ministre, Jean Castex, a dressé ce jeudi matin pendant près de deux heures un état des lieux de la situation sanitaire en France. Le chef du gouvernement a annoncé de nouvelles mesures en réaction au rebond de l’épidémie de Covid-19 dans l’hexagone. Port du masque obligatoire à Paris, tests, zones rouges… Ce qu’il faut en retenir.

A quelques jours de la reprise des cours et alors que plusieurs départements connaissent une hausse des cas de contamination, le Premier ministre Jean Castex, aux côtés des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a fait point sur la situation sanitaire. A la clé de cette conférence de presse, de nouvelles mesures pour tenter de contenir la progression de l’épidémie dans le pays.

19 nouveaux départements en zone rouge : 21 au total

Le gouvernement constate une “recrudescence incontestable de l’épidémie [qui] progresse sur tout le territoire“, avec “39 cas positifs pour 100 000, quatre fois plus qu’il y a un mois“, a déclaré Jean Castex, en ouverture de son point sanitaire. “L’épidémie regagne du terrain, et c’est maintenant qu’il faut intervenir“, a-t-il insisté. “Plus on teste, plus on trouve“, a-t-il concédé, “mais cette montée en puissance des tests n’explique pas tout“.

Le chef du gouvernement a annoncé le classement de dix-neuf nouveaux départements en zone rouge, soit en “zone de circulation active du virus“, où le taux d’incidence est supérieur à 50 cas pour 100 000 habitants. “Cela porte au total le nombre des départements concernés à 21, puisque Paris et les Bouches-du-Rhône y figuraient déjà“, a t-il précisé.

 

Dans ces départements, “ les préfets disposeront de pouvoirs renforcés“, a déclaré Jean Castex. “Ils peuvent, après concertation avec les maires, généraliser le port du masque en public dans les agglomérations et les villes“. Il ne sera plus possible de déroger à l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes“, a ajouté le Premier ministre, précisant que les préfets pourront prendre des “mesures complémentaires, comme dans les Bouches-du Rhône, avec la fermeture des bars et des restaurants après 23 heures » [appliquée depuis mercredi], en fonction des « données épidémiologiques locales“.

L’obligation de port du masque, étendue

Le masque obligatoire sans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes

“La règle est simple : le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes“, a martelé Jean Castex, “qu’il s’agisse d’un train, d’une salle de réunion ou d’un supermarché.“Ces règles s’appliquent dans les entreprises et les lieux professionnels », à l’exception des bureaux « si on y est seul“, a t-il ajouté.

Le Premier ministre a rappelé que “cette règle s’appliquera dès la rentrée dans les écoles. Tous les enseignants devront être masqués, de la maternelle au lycée, de même que tous les élèves à partir du collège. Dans l’enseignement supérieur, le masque sera obligatoire pour tout le monde.“

S’agissant des crèches, le ministre de la Santé a indiqué attendre une réponse scientifique.

Face à la pression de l’opposition qui réclame la gratuité des masques pour les élèves, Jean Castex a indiqué que 50 millions en avaient été distribués à 3 millions de familles modestes et précaires. “L’opération sera renouvelée en octobre, et le sera encore autant que nécessaire“, a assuré le premier ministre.

Le masque bientôt obligatoire dans l’ensemble de Paris

Affirmant que, chaque jour, 700 verbalisations sont dressées dans l’ensemble du pays pour non-respect de l’obligation de port du masque, Jean Castex a estimé “urgent d’agir en matière du port du masque“ à Paris. “J’ai indiqué que le préfet de police de Paris, après concertation, va étendre le port du masque dans l’ensemble de la capitale“, a déclaré Jean Castex, en réponse à une question d’un journaliste.

Le port du masque sera obligatoire dans tout l’espace public de Paris et la petite couronne (la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne) à partir du vendredi 28 août, à 8 heures, a annoncé dans la journée la préfecture de police de Paris.

Cette mesure prévaut pour tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non. Les usagers circulant à l’intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels) seront en revanche dispensés de cette obligation.

Éviter le reconfinement généralisé

Notre objectif, c’est de tout faire pour éviter un reconfinement surtout généralisé“, a affirmé le chef de l’exécutif, reprenant en cela la ligne édictée la semaine dernière par Emmanuel Macron lors de son interview à Paris Match. “Des plans de reconfinement, territoriaux ou globaux, sont prêts. Notre système hospitalier est prêt aussi en cas de nouvelle vague de patients“, a précisé le Premier ministre.

Un objectif d’un million de tests par semaine

Dans ce contexte, le ministre des Solidarités et de la Santé a précisé que le gouvernement se fixait “à court terme“, un objectif d’un million de tests par semaine, contre plus de 800.000 actuellement. . Face à un délai d’attente encore long, le but est de “rendre disponibles les tests pour tous ceux qui le nécessitent et tous ceux qui le souhaitent“, a indiqué Olivier Véran.

Le ministre a par ailleurs indiqué que si la situation le nécessitait, 12.000 lits de réanimation pourront être “disponibles ».

Le point de situation

Posted in COVID_19 and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *