Alpes-Maritimes : les nouvelles mesures de restriction sont tombées

Après un week-end de concertation, les nouvelles mesures de restriction sanitaires dans les Alpes-Maritimes ont été annoncées ce lundi midi par le préfet de région. Ce qu’il faut en retenir.

C’est une “situation très inquiétante“, des services hospitaliers “proches de la saturation“ et un taux d’incidence record qu’a décrit ce lundi midi, le préfet des Alpes-maritimes, Bernard Gonzalez, lors de sa conférence de presse. Le taux d’incidence dans le département est en effet de 600 cas pour 100.000 habitants. “Un chiffre trois fois supérieur à la moyenne nationale“. Face à cette situation critique, et afin de contrer l’expansion du variant britannique du Covid-19, qui représente plus de la moitié des contaminations dans le département, le littoral des Alpes-Maritimes va être mis sous cloche lors des deux prochains week-ends.

Un confinement de l’aire urbaine littorale les deux prochains week-end

La mesure était attendue, elle a été confirmée ce lundi midi. Pour la première fois en France métropolitaine, un département va expérimenter un confinement local et partiel.  Instauré pour les deux prochains week-end, il va concerner l’aire urbaine littorale, de Menton à Théoule-sur-Mer, qui “concentre 90% de la population du département et qui est le principal lieu de contamination“, a précisé le préfet.

La mesure s’appliquera du vendredi soir, 18 heures, jusqu’au lundi matin, 6 heures. A la clef, des déplacements interdits dans ces zones et le retour des attestations. Pour le reste de la semaine, c’est le maintien du couvre-feu de 18 heures à 6 heures qui s’applique.

Le cadre appliqué à ses nouvelles restrictions sera très proche celui en vigueur en mars dernier. Les sorties seront ainsi autorisées pour les personnes munies d’une attestation et pour les motifs dérogatoires. Ces sorties seront possibles pour faire des courses alimentaires, pour se rendre chez le médecin, sortir son animal de compagnie, faire du sport ou des promenades. Elles restent limitées à une durée d’une heure, dans un rayon de 5 km autour de son domicile.

Ce confinement partiel entre en vigueur pour “les deux prochaines semaines“ a précisé  Bernard Gonzalez, mais il pourrait être prolongée au terme de ces quinze jours. Le préfet des Alpes-maritimes n’exclut également pas l’hypothèse de généraliser le confinement à toutes si la situation sanitaire continuait de se dégrader. Il a en revanche confié sa “volonté d’épargner les populations des vallées durement touchées par la tempête Alex“.

Le port du masque obligatoire “dans toutes les zones à forte fréquentation“ 

Le préfet a officialisé la généralisation du port du masque dans le département. Il est désormais obligatoire dans “toutes les zones très fréquentées“ des communes du département. Les zones en question sont encore à préciser.

A noter également que la consommation d’alcool devient interdite sur la voie publique dans tout le département des Alpes-maritimes.

La fermeture des commerces de plus de 5.000 m2

Les commerces et galeries marchandes de plus de 5.000m², à l’exception des commerces alimentaires et pharmacies vont fermer à compter du mardi 23 février. Ils pourront cependant continuer des activités de “click and collect“ et de livraison à domicile. Les commerces de plus de 400 m2 voient aussi leur jauge d’accueil des clients passée de 10 à 15m², par visiteur.

Le préfet a également appelé à ce que les gestes barrières soient appliqués “très strictement“. Pour cela, les exploitants des commerces concernés vont devoir se doter d’un “médiateur Covid“, qui sera chargé de faire respecter les règles.

Un renforcement des contrôles aux aéroports et à la frontière italienne 

Parmi les autres annonces du préfet Gonzalez, le renforcement des contrôles aux aéroports des Alpes-Maritimes et à la frontière italienne. Pour les voyageurs étrangers qui arriveront dans ces aéroports, des tests PCR  pourront être exécutés sur des vols entiers choisis de manière aléatoire.

Une accélération de la campagne vaccinale dans le département

Ces différentes mesures restrictives s’accompagnent d’une accélération de la vaccination dans le département. Environ 4500 doses supplémentaires du vaccin Pfizer doivent être réceptionnées dans les prochains jours, soit 1000 de plus qu’annoncé par le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors de son déplacement à Nice, samedi. Ces doses s’ajoutent aux 90.000 prévues d’ici fin mars.

La campagne vaccinale va enfin être accélérée et ouverte aux personnes âgées de 50 ans à 64 ans, souffrant de  souffrant de comorbidités. Dans cet objectif, des “livraisons massives de vaccins AstraZeneca vont intervenir dans les prochains jours“, a indiqué le préfet.

 

 

 

 

 

 

Posted in COVID_19 and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.