Allocution d’Emmanuel Macron : un point de bascule dans « le monde d’après »

Alors que l’épidémie de coronavirus s’éloigne, Emmanuel Macron s’adressera aux français dimanche 14 juin, lors d’une allocution solennelle diffusée à 20 heures. A n’en pas douter, le chef de l’état reviendra sur la gestion de la crise sanitaire que le pays vient de traverser, très certainement évoquera t-il l’accélération du déconfinement dont la phase 3 est fixée au 22 juin. Dans tous les cas, la prise de parole présidentielle devrait marquer un point de bascule dans « le monde d’après ».

Alors qu’il devait s’exprimer entre le 28 juin, date du second tour des municipales, et le 14-Juillet, Emmanuel Macron a finalement décidé d’accélérer son calendrier. Après quasiment deux mois de quasi-silence, il s’adressera aux Français à la télévision ce dimanche à 20 heures. Une manière de refermer la parenthèse ouverte le 17 mars avec le début du confinement.

Ce sera la quatrième prise de parole solennelle du chef de l’état depuis le début de la crise du Covid 19 et, la première depuis le déconfinement, le 11 mai. Cette allocution interviendra après deux réunions importantes à l’Elysée, vendredi : l’une avec les membres du Conseil scientifique, l’autre sous la forme d’un Conseil de défense pour rendre les derniers arbitrages sur le lancement de la phase III du déconfinement.

Lire la suite

Confinement en France : l’attestation de déplacement obligatoire à avoir

Dès ce mardi, midi, toute personnes qui circulera devra être « en mesure de justifier son déplacement », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lundi soir. Une attestation de déplacement est obligatoire, sous peine d’amende. Explications.

« Le mot d’ordre est clair : restez chez vous ! » a déclaré le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, lundi 16 mars. Toutes les personnes qui circuleront à partir de ce mardi, midi, devront être « en mesure de justifier leur déplacement », a-t-il ajouté, précisant que des contrôles seraient appliqués, avec à la clé une amende pour les contrevenants .Lire la suite

« Nous sommes en guerre sanitaire  » déclare Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s’est adressé de nouveau aux Français, ce lundi 16 mars, après avoir réuni dans la journée un Conseil de défense, face à l’accélération de l’épidémie de coronavirus. Le chef de l’état a dévoilé une nouvelle série de mesures drastiques pour lutter contre la propagation du Covid 19, dont la restriction de tous les déplacements en France à partir de mardi midi et pour une durée de quinze jours au moins. Ce qu’il faut retenir de la déclaration du chef de l’état.

« Nous sommes en guerre sanitaire »  “ (…), « l’ennemi est là » et cela requiert notre mobilisation générale”, a martelé le président de la République. Le ton grave, Emmanuel Macron a répété à plusieurs reprises : « Nous sommes en guerre ». « En guerre sanitaire certes, mais l’ennemi est là. Invisible, insaisissable ». Quatre jours après sa première intervention, le chef de l’état a « dégainé » une nouvelle salve de mesures pour lutter contre le coronavirus, annonçant que le gouvernement devait lutter « jour et nuit » contre cette épidémie.Lire la suite

Retraites : « ce qui est sorti « de la réunion multilatérale de ce mardi matin

Alors que la grève sur la réforme des retraites bat des records de longévité, s’est ouvert ce matin un nouveau round de négociations. Ce qu’il faut retenir de la multilatérale qui s’est tenue ce mardi matin au ministère du travail. Les réactions des partenaires sociaux, les annonces du gouvernement.

Au 34e jour de la grève dans les transports publics en France, gouvernement et partenaires sociaux ont renoué le dialogue ce mardi 7 janvier au ministère du Travail pour tenter de dégager le “compromis rapide” souhaité par Emmanuel Macron dans un calendrier très contraint. Le Premier ministre a annoncé qu’il réunirait les partenaires sociaux vendredi à Matignon pour décider du contenu de la « conférence de financement » du futur système de retraites par points.  Une idée avancée dimanche par le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Edouard Philippe a par ailleurs précisé le calendrier législatif de la réforme. Lire la suite

Retraites : les échéances du mois de janvier

Entre de nouvelles journées et formes d’action, des réunions de concertation programmées tout au long du mois… Le mois de janvier s’annonce particulièrement décisif pour résoudre un conflit qui bat des records de longévité. Tour d’horizon des dates clés qui devraient décider de l’avenir du projet de réforme des retraites du gouvernement. 

Le chef de l’Etat a prévenu lors de ses voeux aux français : il est déterminé à « mener à bien la réforme des retraites ». Après une pause pendant les fêtes, le Premier ministre Edouard Philippe a été pressé par Emmanuel Macron de trouver « un compromis rapide« , alors que le conflit social bat des records de durée et qu’aucune issue n’émerge. Particulièrement dense, le calendrier de ce mois de janvier devrait permettre d’y voir plus clair sur l’avenir du projet de réforme des retraites porté par l’exécutif. Lire la suite

Réforme des retraites : une semaine décisive

Face à la pression de la rue, le président de la République et le Premier ministre accélèrent le rythme. Tout au long de la semaine, se succéderont des échéances cruciales, marquées mercredi 11 décembre par la présentation de l’intégralité du projet de réforme des retraites par Edouard Philippe. Le calendrier d’une semaine décisive.

Le calendrier vient de se resserrer. Mis sous pression par le mouvement social interprofessionnel du jeudi 5 décembre qui a mobilisé 806.000 personnes en France, le gouvernement accélère le « tempo ». Tout au long de la semaine, vont se succéder des rendez-vous décisifs, avant la présentation ce mercredi par le Premier ministre, de l’intégralité du projet du gouvernement visant à mettre en place un système universel en lieu et place des 42 régimes de retraite. Lire la suite

Immigration : Edouard Philippe lance le débat

Devant les bancs clairsemés de l’hémicycle, Edouard Philippe, a lancé ce lundi à l’Assemblée, le débat sur l’immigration. Après un discours d’une quinzaine de minutes, suivi d’une prise de parole de ses ministres, le chef du gouvernement a laissé la place au débat parlementaire. Ce qu’il faut retenir de l’intervention du Premier ministre et des élus.

« Quel cap pour la politique migratoire de la France » ? L’Assemblée nationale abordait ce lundi 7 octobre ce thème hautement sensible, jusque dans les rangs de la majorité. Après avoir donné le coup d’envoi du débat vers 16 heures, le premier ministre a débuté son allocution en citant un discours de Michel Rocard datant d’un précédent débat sur l’immigration en 1990. « Nous devons aujourd’hui assurer le triomphe de la conception républicaine ouverte de la Nation, celle qui assure des droits pour chacun et qui fait accepter des devoirs pour tous« , a t-il affirmé.

Lire la suite

Candidature Villani à Paris : « un caillou dans la chaussure de la Macronie »

Il aura laissé planer le doute tout l’été. Le député LaREM de l’Essonne Cédric Villani, doit officialiser mercredi 4 septembre, sa candidature sans étiquette aux municipales de 2020 à Paris. Un coup dur pour la Macronie, qui deux ans après son accession au pouvoir entre dans une zone de turbulences. La candidature dissidente de celui qui se définit « comme un homme libre » pose nombre de questions. En premier, celle de l’échec du parti présidentiel. 

Ira ? Ira pas ? Cédric Villani doit s’exprimer le 4 septembre au sujet de son éventuelle candidature à la mairie de Paris. Comme il s’y était engagé le 11 juillet, au lendemain de la désignation de Benjamin Griveaux par la commission nationale d’investiture (CNI) de la République En Marche (LaREM), le député mathématicien doit annoncer ce mercredi en « homme libre », c’est-à-dire sans étiquette partisane, s’il brigue ou non, un mandat dans la capitale, pour les municipales. Une déclaration de guerre qui ne dit pas son nom.

Lire la suite

Municipales La REM : la bataille pour Paris est En Marche

 

Mercredi 10 juillet, la République en marche (LREM) désignera son « champion » pour les élections municipales à Paris. Alors que Benjamin Griveaux apparaissait comme le grand favori, les alliances de ces derniers jours ont rebattu les cartes. Parmi les trois prétendants à la mairie de Paris encore en lice pour être investi par le parti présidentiel, le duel s’est installé. Si rien n’est encore joué, le mathématicien Cédric Villani fait désormais office de challenger crédible face à l’ex porte-parole du gouvernement.

Pour beaucoup d’observateurs, les jeux étaient faits avant même l’audition des candidats par la Commission Nationale d’Investiture (CNI)  de LREM le 9 juillet. C’était sans compter sur les évènements de ces derniers jours. S’il y a encore deux semaines Benjamin Griveaux, semblait assuré de devenir le candidat du parti présidentiel à la mairie de Paris en vue des municipales de mars 2020, les cartes ont été rebattues en fin de semaine. Alors que chacun des cinq autres postulants à l’investiture semblait isolé et condamné à l’échec face à l’ex porte-parole du Gouvernement, l’alliance Villani-Mahjoubi a notamment relancé le suspense de la bataille pour Paris.

Lire la suite

Acte II du gouvernement : les temps forts du discours de politique générale d’Edouard Philippe

Face aux députés, le premier ministre, Edouard Philippe a décliné ce mercredi la méthode et le calendrier des réformes pour les mois à venir. Une deuxième déclaration de politique générale qui a obtenu une large confiance de l’Assemblée. Ecologie, impôt, assurance-chômage, retraite, PMA… Retour sur les principales déclarations du chef du gouvernement.

« Voilà deux ans maintenant que nous gouvernons et il y a toujours urgence”, a dit le premier ministre devant l’Assemblée, évoquant l’”urgence économique”, l’”urgence sociale” et l’”urgence écologique”, face auxquelles le “vieux clivage” gauche-droite serait selon lui inopérant. “C’est l’’acte II’ du quinquennat. Une nouvelle étape qui marque une césure, à travers un profond changement de méthode, mais qui va de pair avec deux impératifs : la constance et la cohérence”, a-t-il ajouté. Un grand oral qui a semble t-il convaincu l’Assemblée, qui a une large majorité a accordé sa confiance au gouvernement par 363 votes « pour » et 163 votes « contre ». Un score en très léger recul par rapport à 2017.

Lire la suite