Chômage, jeunes, plan de relance, écologie… Les principales annonces de Jean Castex

Au lendemain de l’interview d’Emmanuel Macron, le Premier ministre, Jean Castex, a décliné à l’Assemblée la feuille de route de son gouvernement pour les 18 prochains mois. Un discours de politique générale au cours duquel le nouveau chef de gouvernement a précisé les contours du « nouveau chemin » promis par l’exécutif. Les principales annonces. 


« J’ai réuni autour de moi un gouvernement de combat (…). Nous avons 600 jours devant nous » :  600 jours pour préserver les emplois, 600 jours pr bâtir les fondations de la France de demain, pour libérer les énergies, 600 jours pour incarner les promesses de la justice et du progrès social », a indiqué Jean Castex, en conclusion ce mercredi, de sa déclaration de politique générale. Un programme pour les 18 derniers mois du quinquennat d’Emmanuel Macron, dont le nouveau locataire de Matignon a présenté les lignes de force.

Une priorité absolue : la lutte contre le chômage

Dans un contexte très dégradé, « la lutte contre le chômage et la préservation de l’emploi » seront « la priorité absolue des 18 prochains mois » a indiqué Jean Castex. « Pour tenir compte du contexte de la crise, nous allons aménager la réforme de l’assurance chômage« , a t-i poursuivi. « Ce sera l’un des points que nous aborderons vendredi dans le cadre de la conférence du dialogue social. »

Le Premier ministre réunira vendredi 17 juillet à Matignon l’ensemble des partenaires sociaux pour s’accorder « sur une méthode et un calendrier de discussion et de concertation sur l’ensemble des sujets qui sont sur la table pour les semaines et les mois à venir. »

Un grand « plan jeunesse »

« Premiers touchés par la crise », les jeunes sont « la première urgence » de l’exécutif. « 700.000 d’entre-eux vont bientôt se présenter sur le marché du travail. Aucun d’entre eux ne doit se trouver sans solution », a affirmé le premier ministre, qui a annoncé un « plan jeunesse » qui sera discuté dès ce vendredi avec les partenaires sociaux.

A la clé, trois impératifs. En premier, favoriser l’embauche, grâce à des exonérations de charges sociales qui pourront atteindre « 4.000 euros par an » pour les emplois occupés par les jeunes de moins de 25 ans. Elles seront applicables dans « toutes les entreprises » et « pour une durée d’au moins un an », a précisé Jean Castex.

Ce dispositif a été annoncé mardi par Emmanuel Macron. Il vise particulièrement à favoriser l’embauche de salariés à « faibles qualifications, jusqu’à 1,6 Smic ».

Deuxième impératif : « lutter contre le décrochage durable des jeunes qui sont les plus éloignés de l’emploi ». Le Premier ministre a annoncé la création de 300.000 parcours et contrats d’insertion à destination des jeunes. Il a également évoqué 100.000 places de plus en service civique. Les comptes personnels de formation seront également abondés pour 200.000 places supplémentaires de formation en 2021, au bénéfices des jeunes et des demandeurs d’emplois notamment.

Troisième impératif: « soutenir les étudiants, notamment les plus modestes, qui se retrouvent en difficulté avec moins d’accès aux petits boulots ». Le Premier ministre a annoncé que « Dès la rentrée, les repas dans les restaurants universitaires seront à un euro pour les étudiants boursiers ».

Le Premier ministre a également annoncé une revalorisation exceptionnelle de l’allocation de rentrée scolaire. « La solidarité nationale doit continuer à jouer à plein pour éviter une crise sociale majeure et des drames humains et individuels désastreux. Des mesures de soutien pour nos concitoyens les plus précaires seront donc prises. L’allocation de rentrée scolaire sera revalorisée de façon exceptionnelle dès la rentrée de septembre », a annoncé Jean Castex. Un coup de pouce qui s’élèvera à 100 euros, a indiqué Matignon.

Un aménagement de la réforme de l’assurance chômage

Suspendues jusqu’à nouvel ordre, certaines des réformes engagées vont désormais pouvoir reprendre… Sous des formes nouvelles. Le Premier ministre a annoncé qu’il aménagerait la réforme de l’assurance chômage dont une partie des mesures devait entrer en vigueur en septembre. « Afin de tenir compte du contexte de la crise, nous allons aménager la réforme de l’assurance chômage », a-t-il indiqué. « Ce sera l’un des points que nous aborderons vendredi dans le cadre de la conférence du dialogue social », a ajouté M. Castex.

Une aide de huit milliards d’euros pour le chômage partiel

Le nouveau Premier ministre a enfin annoncé une aide de « huit milliards d’euros pour le chômage partiel pour ceux confrontés à une baisse durable de leur carnet de commande« .

Un plan de relance de 100 milliards d’euros

Le Premier ministre a esquissé les contours du plan de relance de 100 milliards d’euros de l’exécutif. Prévu pour la rentrée, il misera sur la « reconquête économique » et les territoires. Le gouvernement présentera tous les deux mois un point précis de la mise en oeuvre de ce plan, de ses impacts et de ses résultats, a annoncé le chef de l’exécutif.

Environ 38 milliards d’euros seront fléchés vers l’Emploi, et 40 milliards d’euros vers l’industrie, a-t-il indiqué, arguant que la France avait atteint « une niveau de dépendance qui n’est pas raisonnable ».

20 milliards d’euros pour l’Ecologie

Ce plan de relance « consacrera également plus de 20 milliards d’euros à la rénovation thermique des bâtiments, à la réduction des émissions et au soutien des  technologies vertes« , a annoncé le Premier ministre.

En écho à « l’écologie du mieux  » évoquée mardi 14 juillet par Emmanuel Macron, le nouveau locataire de Matignon a assuré que «  l’écologie, c’est notre affaire à tous ». Elle doit être « créatrice de richesses », a-t-il insisté, en expliquant qu’il croyait « en la croissance écologique, pas à la décroissance verte ». 

Les fonds débloqués serviront donc à la rénovation thermique des bâtiments, à réduire les émissions des transports et des industries, à produire une alimentation  « plus locale et durable », à soutenir les technologies vertes « de demain comme les batteries », « pour mieux recycler et moins gaspiller », a précisé le Premier ministre.

Un plan vélo « très ambitieux »

Le plan de relance portera « un plan vélo très ambitieux » qui sera détaillé dans les prochaines semaines, a promis Jean Castex, plaidant pour « une croissance écologique » face à la « décroissance verte« . Le chef du gouvernement a annoncé que des « montants significatifs et inégalés » seraient investis en ce sens. Il a ajouté que, d’ici à la fin de l’année 2021, tous les territoires devront être dotés de « contrats de développement écologiques ». Ce plan sera détaillé dans les prochaines semaines.

Régimes sociaux

Dépendance : la création d’une 5ème branche de la Sécurité sociale

Lors de son discours devant les députés, le chef du gouvernement a annoncé la création d’une « cinquième branche » de la Sécurité sociale, dédiée à la dépendance. Cet organe viendra couvrir les risques de la vie liés à la perte d’autonomie et au handicap.

Retraites : une réforme « nécessaire »

Le Premier ministre a également jugé « nécessaire » de mettre en oeuvre la réforme des retraites universelle par points voulue par Emmanuel Macron, mais en la distinguant « très clairement de toute mesure financière, appelée parfois paramétrique ». « En matière de retraites, la crise nous invite plus que jamais à poursuivre nos objectifs vers un système plus juste et plus équitable (…) Cela implique clairement la disparition à terme des régimes spéciaux« , a t-il annoncé.

Santé : 6 milliards d’euros supplémentaires injectés dans le système

Jean Castex s’est félicité des résultats du « Ségur de la Santé » signé lundi, qui permettra à « chaque infirmière (de) gagner dès l’année prochaine au moins 200 euros nets en plus chaque mois. « Soyons en fiers » a-t-il exhorté, avant d’annoncer de nouvelles aides à l’hôpital.

Le Premier ministre a présenté en ce sens un plan d’investissement de six milliards d’euros dans le système de santé, venant s’ajouter aux 13 milliards d’euros de reprise de la dette hospitalière d’ores et déjà prévu par le gouvernement. « Avec le Ségur de la santé, un accord exceptionnel de revalorisation portant sur 8 milliards d’euros a été conclu », a t-il annoncé. « S’y ajouteront dans le cadre du plan de relance, 13 milliards d’euros de reprise de la dette hospitalière, et 6 milliards d’investissements ».

Posted in Politique française and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *