Parlement européen : des alliances en vue chez les écologistes ?

Le Parlement européen va devenir plus vert. Le nombre d’eurodéputés écologistes passe d’une cinquantaine à 69, sur 751 sièges au total. La France et l’Allemagne vont fournir le plus gros contingent. Mais comment vont-ils travailler ensemble  ?

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a plaidé ce mardi 28 mai pour discuter avec les écologistes au Parlement européen, où, selon lui “les écologistes responsables” ont toute leur place”. “Nous devons tendre la main aux écologistes (…).  Il y a une majorité à constituer au Parlement européen, a-t-il indiqué sur Radio Classique, citant en exemple les Verts allemands, qui “ont envie de travailler” avec La République En Marche (LaREM). Interrogé plus particulièrement sur Yannick Jadot, tête de liste Europe Ecologie Les Verts (EELV),  qui a fini à la troisième place aux européennes en France (13,47%),  des voix dimanche, François de Rugy, lui-même ex-EELV, a estimé que “c’est à lui de répondre“. “Je pense que les électeurs écologistes partagent l’idée de la République en marche que le clivage gauche/droite n’est plus pertinent”,-t-il fait valoir.

Lire la suite

Brexit : les questions posées par le nouveau report

A l’issue d’un sommet tendu, les vingt-sept se sont mis d’accord dans la nuit de mercredi à jeudi, sur un report du Brexit pouvant aller jusqu’au 31 octobre 2019. Un compromis qui a écarté provisoirement le spectre d’une séparation brutale. Pour autant, l’accord trouvé pose certaines questions. Explications.

Au terme d’une interminable soirée, les Vingt-Sept ont donc réussi à trouver un compromis au petit matin, ce jeudi 11 avril. Les dirigeants européens sont tombés d’accord dans la nuit pour un report du Brexit pouvant aller jusqu’au 31 octobre. Donnant ainsi un délai de six mois supplémentaires au Royaume-Uni pour éviter une sortie sans accord. Un délai acceptée par la Première ministre britannique, Theresa May, même si elle avait plaidé plus tôt pour un report jusqu’au 30 juin seulement. Décryptage des questions soulevées par ce report “flexible”.

Lire la suite

Brexit : la “roulette russe”

Au terme d’un sommet marathon, les dirigeants européens ont accepté de reporter la date du Brexit, initialement prévu le 29 mars. Deux scénarios alternatifs ont été proposés à Theresa May, qui les a acceptés.” Un sursis” certes pour  la Première ministre britannique, mais aussi un “jeu de dupes” qui laisse toutes les options sur la table pendant trois semaines.

Après de longues heures de concertation, les vingt-sept se sont finalement entendus : ils sont prêts à accorder au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars. Une solution acceptée dans la foulée par Theresa May, qui n’en constitue pas moins un “piège en eaux troubles” pour les Britanniques.

Lire la suite

Brexit : les nouveaux scénarios sur la table

A dix jours de la date officielle de divorce, et alors que s’ouvre jeudi à Bruxelles un sommet européen crucial, les cartes du Brexit sont à nouveau rebattues. Theresa May qui n’a pu arracher l’aval des députés britanniques sur l’accord de divorce, lors d’un troisième vote du Parlement, a sollicité de l’Union Européenne, un report de courte ­durée, jusqu’au 30 juin. Peine perdue, les Européens refusent de signer un chèque en blanc. Quels scénarios sont encore sur la table ? Que peut encore espérer la Première ministre?  Explications. 

A un “jet” de la date officielle de sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne (UE), la Première ministre britannique entend bien donner donner une nouvelle chance à l’accord  de divorce qu’elle a négocié avec l’UE.  L’enjeu est crucial : la nouvelle date butoir de sortie doit faire l’objet de l’accord unanime des Vingt-Sept pays de l’Union, lors du Conseil européen qui se tient jeudi 21 et vendredi 22 mars à Bruxelles. Espérant que les dirigeants de l’Union lui dégageraient la voie, Theresa May a sollicité ce mardi de Bruxelles un report de courte ­durée de la date du Brexit, par une lettre adressée au président du Conseil européen, Donald Tusk.

Lire la suite

Européennes : Emmanuel Macron “monte au créneau”

A 90 jours du scrutin, le président français dévoile sa vision de l’Europe dans une tribune publiée simultanément dans les 28 états de l’Union. Brexit, préférence européenne, espace Schengen, banque du climat, bouclier social européen… En quatre pages et une dizaine de propositions  articulées autour de trois valeurs qui font écho à sa propre campagne, Emmanuel Macron lance l’offensive en publiant un texte qui s’apparente à un programme électoral. Avec une “idée force” : “la renaissance européenne”. Ce qu’il faut en retenir.

A l’approche du Brexit et à trois mois des européennes, c’est aux “citoyens d’Europe” qu’Emmanuel Macron a choisi de s’adresser dans une tribune dévoilée lundi soir. Une lettre publiée en 24 langues dans plusieurs quotidiens français et simultanément dans les 28 pays de l’union. Si je prends la liberté de m’adresser directement à vous, ce n’est pas seulement au nom de l’histoire et des valeurs qui nous rassemblent. C’est parce qu’il y a urgence”, dramatise le président en préambule de sa tribune. “Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire. Et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger.” Dans ce contexte, les élections”, ajoute-t-il, “seront décisives pour l’avenir de notre continent”. Lire la suite

Ce que prévoit vraiment le traité d’Aix-la-Chapelle ?

Réunis à Aix-la-Chapelle, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont signé mardi 22 janvier un traité de coopération franco-allemande. Entre fantasmes, intox politique et “fake news” souverainistes, ce nouvel accord suscite bien des interrogations. Défense, coopération économique, siège à l’ONU, Alsace-Lorraine… Ce que prévoit et va changer concrètement ce nouveau traité.

Dépourvu d’ambition pour certains, entérinant un abandon de sa souveraineté par la France pour d’autres, le traité de coopération et d’intégration franco-allemand signé ce mardi par le couple franco-allemand est censé renforcer les liens entre la France et l’Allemagne et “préparer les deux pays aux défis auxquels ils sont confrontés au XXIe siècle.”  Ce nouvel accord paraphé à Aix-la-Chapelle (Allemagne), s’appuie sur le socle fondateur du Traité de l’Elysée, conclu en 1963 par Charles De Gaulle et Konrad Adenauer. Le texte réaffirme l’importance du couple franco-allemand pour l’Union Européenne. Dès son article premier, il invite les deux pays, à approfondir leur coopération en matière de politique européenne”. Il appelle de ses vœux une politique étrangère et de sécurité commune efficace et forte”, ainsi que l’approfondissement de l’Union économique et monétaire et la convergence de ses États membres en matière fiscale et sociale, comme évoqué par Emmanuel Macron lors de son discours de la Sorbonne. Lire la suite

Brexit : quels scénarios sur la table ?

Après des mois de négociations intenses avec l’Union Européenne, et des tractations acharnées pour convaincre jusqu’au députés de son propre camp, c’est l’heure de vérité pour Theresa May. À la veille d’un vote crucial au Parlement, mardi 15 janvier, la cheffe du gouvernement britannique a rappelé combien il était important de ratifier l’accord de sortie de l’UE, sous peine de plonger le Royaume-Uni dans une situation “catastrophique”. Adoption, rejet, plan B, “no deal” : quels sont les différents scénarios “sur la table” ? Leurs conséquences ? Explications.

C’est un moment décisif qui s’annonce pour le Royaume-Uni. Après une reprise des débats au Parlement le 8 janvier, le vote final à la Chambre des Communes de l’accord de sortie de l’Union européenne (UE) négocié par Theresa May est programmé mardi 15 janvier. Ce vote qui devait initialement avoir lieu le 11 décembre dernier,  avait été reporté à la dernière minute par Mme May pour éviter une défaite annoncée.Lire la suite

Brexit : les 27 valident l’accord de divorce avec le Royaume Uni. Et maintenant ?

Lors d’un sommet exceptionnel ce dimanche à Bruxelles, les dirigeants des 27 pays membres de l’Union européenne ont approuvé le divorce avec le Royaume-Uni ainsi que la déclaration ébauchant la relation post-Brexit avec ce pays. Une nouvelle étape vers un “soft Brexit” est ainsi franchie, même si beaucoup reste à faire. En premier, obtenir la ratification de ce traité par le Parlement européen et surtout, par le parlement britannique. 

Après 17 mois de négociations “au forceps” entre Londres et Bruxelles, c’est donc chose faite. Ce dimanche 25 novembre, peu après 10h30, les 27 dirigeants européens ont donné leur feu vert à l’accord historique sur le départ du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE). “Le Conseil européen approuve l’accord de retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de l’Union européenne et de la Communauté européenne de l’énergie atomique“, écrivent les 27 dans les conclusions du sommet. Ils ajoutent vouloir instaurer la relation “la plus proche possible” avec Londres après le Brexit.

Un divorce qualifié de “tragédie” par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. “C’est un jour triste. Voir un pays comme la Grande-Bretagne, mais je ferais la même remarque à l’égard de tous les autres, quitter l’UE n’est pas un moment de jubilation ni de célébration, c’est un moment triste et c’est une tragédie“, a t-il dit.Lire la suite

Brexit : Theresa May dans la tourmente

Alors qu’elle pensait avoir obtenu ce mercredi le soutien de ses principaux ministres après l’accord technique conclu entre Londres et l’Union européenne, Theresa May a vu son gouvernement “voler en éclats” dans la matinée. La Première ministre britannique a toutefois tenté de défendre son projet devant le Parlement, alors que certains parlementaires appelaient à un vote de défiance.

Au lendemain de la présentation de l’accord sur le Brexit conclu entre Londres et l’Union européenne (UE), les démissions se sont enchaînées ce jeudi au sein du gouvernement de Theresa May. Pas moins de cinq défections dans la matinée. Le premier à avoir annoncé son départ est le secrétaire d’Etat pour l’Irlande du Nord, le conservateur Shailesh Vara. “Je ne peux pas soutenir l’accord de retrait conclu avec l’Union européenne”, a-t-il expliqué dans un communiqué diffusé sur Twitter. “Cet accord ne permet pas au Royaume-Uni d’être un pays souverain, indépendant”.Lire la suite

Syrie : Russie, Turquie, France et Allemagne appellent à une solution politique

 

Les présidents Erdogan, Poutine et Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, étaient réunis samedi ce 27 octobre à Istanbul. Les quatre chefs d’États se sont accordés sur l’importance d’un cessez-le-feu durable dans la province d’Idleb, et ont appelé à établir un Comité constitutionnel avant la fin de l’année.

La Turquie, la Russie, la France et l’Allemagne ont appelé, ce samedi 27 octobre, à l’établir “avant la fin de l’année” un Comité constitutionnel censé élaborer une nouvelle loi fondamentale en Syrie, et à faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire. Les dirigeants des quatre pays aspirent ” à l’établissement et à [une première] réunion à Genève avant la fin de l’année du Comité constitutionnel, si les circonstances le permettent”, ainsi qu’à “assurer l’accès rapide, sûr et sans restrictions des organisations humanitaires à travers la Syrie”, selon la déclaration finale adoptée à l’issue du sommet.Lire la suite