« Je veux que ce G7 soit utile » plaide Emmanuel Macron en amont du G7

Emmanuel Macron a pris la parole ce samedi avant le coup d’envoi du G7 à Biarritz. Le président de la république s’est exprimé à 13h00 autour des enjeux et des objectifs du sommet. Trois sujets sont sur la table : la sécurité internationale, l’économie mondiale et la lutte contre les inégalités. Et une priorité affichée que « ce G7 soit utile« . Zoom sur les déclarations du chef de l’état.

Juste avant l’ouverture du sommet, le président souhaite expliquer ses enjeux et les objectifs recherchés pour la vie concrète des Français“, a précisé ce vendredi l’Elysée. Une allocution enregistrée dans les conditions du direct, dont le but était « d’expliquer les enjeux et les objectifs du G7 pour la France« , a indiqué la Présidence.

Lire la suite

G7 Biarritz : le programme officiel du sommet

Les dirigeants des sept pays les plus puissants de la planète se retrouvent ce samedi à Biarritz, sur fond de tensions diplomatiques et économiques. Le programme officiel du sommet qui se déroulera du 24 au 26 août sur la Côte basque a été dévoilé mercredi 21 août par l’Elysée . Un programme chargé, orchestré à la minute près.

En préambule du sommet, le président de la République s’adressera aux Français à la télévision ce samedi à 13 heures dans le cadre du G7, a-t-on appris de l’Élysée. L’allocution aura pour but d’expliquer les enjeux et les objectifs du sommet, pour la France. Elle devrait durer 5 minutes, et sera enregistrée dans les conditions du direct.

Samedi 24 août

Le sommet débutera officiellement samedi 24 août dans la soirée (19h30) par l’accueil des dirigeants du G7 par le président français, Emmanuel Macron, avant un dîner informel vers 20h30.

Lire la suite

Brexit : face à un Macron plus conciliant, Johnson clame : « Je veux un accord ! »

A près de deux mois de l’échéance fixée pour la sortie de son pays de l’Union européenne (UE), le premier ministre britannique a été reçu ce jeudi à l’Elysée par Emmanuel Macron. Bien qu’inflexible sur une possible renégociation de l’accord de sortie, le président français a estimé qu’une solution pourrait être trouvée “d’ici 30 jours” sur la question de la frontière irlandaise. « Je pense que nous pouvons avoir un accord et un bon accord » a fait savoir de son côté le premier ministre britannique, tout en rappelant que son pays quittera l’UE le 31 octobre, quelle que soit la situation, avec ou sans accord.

A deux jours du Sommet du G7 de Biarritz, Emmanuel Macron et Boris Johnson ont donné une brève conférence de presse, ce jeudi 22 août, avant un déjeuner de travail organisé à l’Élysée. Les deux hommes se rencontraient pour la première fois depuis que l’ancien maire de Londres a été nommé Premier ministre. Au menu de leur discussion, la question épineuse du Brexit.

Lire la suite

Le nouveau visage de l’Europe : La recomposition politique du continent

Le scrutin du 26 mai 2019 a livré un parlement européen qui, sans marquer de grande révolution, confirme la recomposition de la scène politique européenne. Ce premier épisode vous propose de voir comment la fin de la domination historique du duo sociaux-démocrates du S&D et démocrates-chrétiens du PPE a entrainé de facto un rééquilibrage sans précédent au sein du Parlement européen. 

On prédisait pour ces élections, un raz-de-marée populiste : après la participation plus forte qu’en 2014, ce fût la seconde surprise de ce scrutin. Loin du tsunami annoncé, la vague populiste et extrémiste a été contenue. Certes, en France, la liste conduite par le Rassemblement National (RN) est arrivée en tête, de même qu’en Italie pour la Ligue du Nord de Matteo Salvini, en Pologne ou encore en Hongrie où le parti ultra-conservateur de Viktor Orban est arrivé très largement en tête. Mais les extrémistes europhobes ont connu de sérieuses déconvenues notamment face à une social-démocratie qui bien qu’à la peine, a finalement résisté. L’autre fait majeur de ces élections, est la déferlante « verte » à laquelle on a assisté dans plusieurs pays. En France, où la liste Europe Ecologie Les Verts (EELV) emmenée par Yannick Jadot a dépassé les 13 %, mais aussi en Allemagne où les Grünen ont doublé leur score de 2014 (20,9 %), devenant ainsi la deuxième force politique du pays.

Lire la suite

Présidence de la Commission européenne : l’impossible équation

Désignée à la tête de la commission européenne par les dirigeants de l’UE, après d’âpres négociations, Ursula Von Der Leyen, doit maintenant être adoubée par le Parlement européen. Or, à ce stade, rien n’est encore gagné pour la ministre allemande de la Défense. Seules les voix des conservateurs de son propre camp lui semblent acquises. Mais elles ne seront pas suffisantes Chaque voix comptera et Mme von der Leyen devra au final en recueillir 374, soit la majorité absolue de membres du Parlement européen, pour devenir la future présidente de la Commission, 

Le suspense pourrait perdurer jusqu’au vote final, mardi à 18 heures. Voire dans le scénario le plus extrême, jusqu’au mois de septembre. La candidate allemande prononcera, mardi à 9 heures, un discours décisif pour son avenir et censé convaincre une majorité de l’assemblée. Les députés se concerteront ensuite sur sa candidature, puis procèderont à vote à bulletin secret en fin de journée. Sans certitude toutefois quant au résultat final.  Lire la suite

Un sommet aux allures de fiasco

Les chefs d’état et de gouvernement réunis en sommet à Bruxelles les 20 et 21 juin ne sont pas parvenus à un accord sur le casting des postes clés de l’Union européenne. La chancelière allemande, Angela Merkel, a refusé de « lâcher » son candidat, le démocrate-chrétien Manfred Weber, qui convoite la présidence de la Commission européenne. Ce dernier n’a toutefois pas obtenu de consensus autour de sa candidature, pas plus que le socialiste Frans Timmermans ou la libérale Margrethe Vestager. Les vingt-huit dirigeants de l’UE se retrouveront le 30 juin pour un nouveau sommet, qui devrait être décisif.

C’est sur un constat d’échec que les dirigeants de l’Union européenne (UE) se sont quittés ce vendredi.  Lors d’une conférence de presse à 2 heures du matin, le président du Conseil, Donald Tusk, et le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, ont reconnu que peu de progrès avaient été réalisés en termes de personnes. « Nous avons besoin de plus de temps pour discuter de tout le paysage » a déclaré M. Tusk. « Le Conseil européen est convenu qu’il fallait un paquet reflétant la diversité de l’UE« .  » Il n’y a eu de majorité sur aucun candidat. « Nous nous retrouverons le 30 juin. Je vais poursuivre les consultations« , a  t-il ajouté.

Lire la suite

Parlement européen : des alliances en vue chez les écologistes ?

Le Parlement européen va devenir plus vert. Le nombre d’eurodéputés écologistes passe d’une cinquantaine à 69, sur 751 sièges au total. La France et l’Allemagne vont fournir le plus gros contingent. Mais comment vont-ils travailler ensemble  ?

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a plaidé ce mardi 28 mai pour discuter avec les écologistes au Parlement européen, où, selon lui « les écologistes responsables » ont toute leur place ». « Nous devons tendre la main aux écologistes (…).  Il y a une majorité à constituer au Parlement européen, a-t-il indiqué sur Radio Classique, citant en exemple les Verts allemands, qui « ont envie de travailler » avec La République En Marche (LaREM). Interrogé plus particulièrement sur Yannick Jadot, tête de liste Europe Ecologie Les Verts (EELV),  qui a fini à la troisième place aux européennes en France (13,47%),  des voix dimanche, François de Rugy, lui-même ex-EELV, a estimé que « c’est à lui de répondre« . « Je pense que les électeurs écologistes partagent l’idée de la République en marche que le clivage gauche/droite n’est plus pertinent »,-t-il fait valoir.

Lire la suite

Brexit : les questions posées par le nouveau report

A l’issue d’un sommet tendu, les vingt-sept se sont mis d’accord dans la nuit de mercredi à jeudi, sur un report du Brexit pouvant aller jusqu’au 31 octobre 2019. Un compromis qui a écarté provisoirement le spectre d’une séparation brutale. Pour autant, l’accord trouvé pose certaines questions. Explications.

Au terme d’une interminable soirée, les Vingt-Sept ont donc réussi à trouver un compromis au petit matin, ce jeudi 11 avril. Les dirigeants européens sont tombés d’accord dans la nuit pour un report du Brexit pouvant aller jusqu’au 31 octobre. Donnant ainsi un délai de six mois supplémentaires au Royaume-Uni pour éviter une sortie sans accord. Un délai acceptée par la Première ministre britannique, Theresa May, même si elle avait plaidé plus tôt pour un report jusqu’au 30 juin seulement. Décryptage des questions soulevées par ce report « flexible ».

Lire la suite

Brexit : la « roulette russe »

Au terme d’un sommet marathon, les dirigeants européens ont accepté de reporter la date du Brexit, initialement prévu le 29 mars. Deux scénarios alternatifs ont été proposés à Theresa May, qui les a acceptés. » Un sursis » certes pour  la Première ministre britannique, mais aussi un « jeu de dupes » qui laisse toutes les options sur la table pendant trois semaines.

Après de longues heures de concertation, les vingt-sept se sont finalement entendus : ils sont prêts à accorder au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars. Une solution acceptée dans la foulée par Theresa May, qui n’en constitue pas moins un « piège en eaux troubles » pour les Britanniques.

Lire la suite

Brexit : les nouveaux scénarios sur la table

A dix jours de la date officielle de divorce, et alors que s’ouvre jeudi à Bruxelles un sommet européen crucial, les cartes du Brexit sont à nouveau rebattues. Theresa May qui n’a pu arracher l’aval des députés britanniques sur l’accord de divorce, lors d’un troisième vote du Parlement, a sollicité de l’Union Européenne, un report de courte ­durée, jusqu’au 30 juin. Peine perdue, les Européens refusent de signer un chèque en blanc. Quels scénarios sont encore sur la table ? Que peut encore espérer la Première ministre?  Explications. 

A un « jet » de la date officielle de sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne (UE), la Première ministre britannique entend bien donner donner une nouvelle chance à l’accord  de divorce qu’elle a négocié avec l’UE.  L’enjeu est crucial : la nouvelle date butoir de sortie doit faire l’objet de l’accord unanime des Vingt-Sept pays de l’Union, lors du Conseil européen qui se tient jeudi 21 et vendredi 22 mars à Bruxelles. Espérant que les dirigeants de l’Union lui dégageraient la voie, Theresa May a sollicité ce mardi de Bruxelles un report de courte ­durée de la date du Brexit, par une lettre adressée au président du Conseil européen, Donald Tusk.

Lire la suite