Nicolas Hulot démissionne du gouvernement

 

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé ce mardi sur France Inter sa décision de quitter le gouvernement. Après ce départ « surprise », le Premier ministre Edouard Philippe, a annoncé dans la matinée, qu’il fera des propositions à Emmanuel Macron dans « les jours qui viennent », pour la composition de son gouvernement.

Coup de tonnerre en cette fin d’été. Le numéro 3 du gouvernement a annoncé sur France Inter ce mardi qu’il démissionnait de son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire. Je vais prendre, pour la première fois, la décision la plus difficile de ma vie », a indiqué l’ancien animateur. « Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là. Et donc je prends la décision de quitter le gouvernement. » Ce moment douloureux, de tristesse n’est sous le coup d’aucune colère, c’est un acte de sincérité », a-t-il déclaré. Lire la suite

Motion de censure contre le gouvernement : comment ça marche ?

Le gouvernement va devoir affronter ce mardi deux motions de censure déposées par les groupes parlementaires d’opposition de droite et de gauche, en réaction à la gestion par l’exécutif de l’affaire Benalla. Si sur le papier cette procédure est l’arme parlementaire par excellence pour « faire tomber » le gouvernement, elle n’a été couronnée qu’une seule fois dans l’histoire de la Vème République. Comment est-elle déposée ? Quels sont les règles fixées ? A t-elle des chances d’aboutir ?… On vous explique tout. 

Les députés Les Républicains ont été les premiers à dégainer en annonçant le dépôt de leur propre motion mardi 24 juillet, avant de la déposer deux jours plus tard. Ils ont ensuite été rejoints par les députés de gauche, rassemblés dans une motion commune. Fait rarissime dans l’histoire de la Ve République, Édouard Philippe affrontera donc ce mardi dans l’hémicycle deux motions de censure contre son gouvernement.Lire la suite

Ce qu’il faut retenir du discours fleuve de Macron à Versailles

Pour la deuxième fois depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron s’est exprimé ce lundi après-midi devant les députés et sénateurs réunis en congrès. Sous les « ors de Versailles », le président de la République a prononcé un long discours au cours duquel il a dressé le bilan de sa première année de mandat et « dessiné le cap » de sa politique pour les douze prochains mois. Les principales déclarations du chef de l’état.

Alors qu’il traverse une passe difficile dans l’opinion, le chef de l’état a fait face ce lundi dans le grand hémicycle de l’aile du Midi du Château de Versailles, aux 925 parlementaires français, convoqués à assister à son deuxième discours du Congrès. Pendant un peu plus d’une heure trente, il  s’est employé à un exercice de pédagogie, tentant de désamorcer les critiques et répondant point par point aux attaques. « Je n’ai rien oublié, et vous non plus, du choix de la France, il y a une année », a annonce en préambule le président de la République.Lire la suite

Le discours 2.0 de Macron au salon Viva Tech

Emmanuel Macron a inauguré ce jeudi matin à Paris, le salon VivaTech consacré aux nouvelles technologies. Invité à s’exprimer devant le gotha de la « tech », le président de la république a prononcé un discours inaugural très politique, alternant le français et l’anglais. Intelligence artifielle, GAFA, régulation… Retour sur les déclarations du chef de l’état.

Le gouvernement annoncera « à l’automne » des mesures pour « déployer encore davantage l’excellence de la recherche française« , a annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution. « Nous avons en quelque sorte construit un terrain de jeu« , a-t-il résumé en évoquant les efforts de la France en matière d’investissements dans l’innovation et de soutien au développement des start-up. Lire la suite

Banlieues : Emmanuel Macron appelle à changer de méthode

Emmanuel Macron a présenté ce mardi une série d’initiatives en faveur des quartiers prioritaires. Non pas un énième « plan banlieues », mais une nouvelle méthode pour combler les inégalités dans les banlieues. Le chef de l’État a demandé aux entreprises de « prendre leur part » dans la lutte contre le chômage qui sévit dans ces quartiers. Ce qu’il faut retenir de ses annonces.

Exit donc l’idée d’un nouveau « plan banlieues ». Devant quelques 600 personnes, habitants et acteurs des banlieues réunis à l’Elysée, Emmanuel Macron a appelé à « changer de méthode » pour sortir de l’« assignation à résidence » les habitants des quartiers défavorisés. Lire la suite

Bilan d’un an de présidence Macron

Il y a un an, le candidat Emmanuel Macron promettait un vaste et ambitieux programme de réformes pendant la première année de son quinquennat. Douze mois plus tard, la « révolution Macron » a t-elle eu lieu ? Dans quelle mesure le neuvième président de la Ve République a t-il tenu ses engagements ? Lesquelles ont été concrétisées, lesquelles sont en passe de l’être ? Lesquelles ont été revus à la baisse ? Emploi, éducation, défense, pouvoir d’achat… Réponse en infographie.Lire la suite

Ce qu’il faut retenir de « l’interview fleuve » de Macron au 13 heures de TF1

Alors que les mouvements de contestation se poursuivent, le chef de l’état est « monté au front  » ce jeudi midi au JT de 13h00 de TF1 . Guerre en Syrie, réforme de la SNCF, retraités et CSG, charges sociales, situation des hôpitaux… Ce qu’il faut retenir des déclarations d’Emmanuel Macron qui a répondu pendant plus d’une heure aux questions de Jean Pierre Pernaud.

Soixante minutes pour convaincre et répondre aux mécontentements qui s’expriment ici et là. À quelques semaines du premier anniversaire de son élection à la tête du pays, Emmanuel Macron était l’invité ce jeudi du journal télévisé de 13h00 de TF1, délocalisé pour l’occasion dans la classe de CE2 de l’école élémentaire de Berd’huis, dans l’Orne. Pour ce premier round qui sera suivi d’une seconde interview dimanche soir sur BFMTV, le chef de l’Etat avait choisi de s’adresser d’abord aux retraités, aux ruraux et aux classes populaires. Lire la suite

Le gouvernement dévoile sa réforme des institutions

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dévoilé ce mercredi les grandes lignes de la réforme des institutions. Baisse du nombre de parlementaires, proportionnelle aux législatives, fin du cumul des mandats… Ce qu’il faut retenir des annonces du gouvernement.

Jusqu’au dernier moment, les discussions se sont poursuivies côté exécutif comme chez Les Républicains. Le suspense a pris fin ce mercredi vers 16 heures. Après présentation dans la matinée de la réforme des institutions en conseil des ministres, le chef du gouvernement a levé le voile sur la révision constitutionnelle voulue par le président Emmanuel Macron. « Il ne s’agit ni de revenir à la IVe République, ni de passer à la VIe, mais de repasser aux sources de la Ve République » a déclaré le Premier ministre avant de détailler les grandes lignes de la réforme à la presse.Lire la suite

Réformes : Macron garde le « tempo »

Réforme de l’apprentissage, de la formation et de l’assurance chômage, projet de loi PACTE, logement, lutte, contre la fraude fiscale, contre les violences sexuelles… Le gouvernement maintient le rythme soutenu de ses réformes. Sept projets de loi sont prévus pour les huit semaines à venir. Deux réformes majeures, dont celle des institutions, sont toutefois absentes à ce jour de l’agenda. Le point en infographie.

Le Président assume, et le dit lui même, la plupart de ses ministres aussi, et pour cause, à leur yeux « l’état de grâce ne durera pas ». Depuis l’Inde où il effectuait une visite d’état au début du mois, le chef de l’état a prévenu « Ca ne s’arrêtera pas aux cents jours, ça ne s’arrêtera ni demain, ni le mois prochain, ni dans trois mois. »Lire la suite

Le plan d’Emmanuel Macron pour la langue française

Emmanuel Macron a présenté, ce mardi 20 mars à l’Académie française, une trentaine de mesures pour renforcer « la place et le rôle » de la langue française et du plurilinguisme dans le monde, devant quelques 300 jeunes, lycéens ou étudiants. Les déclarations clés du chef de l’état.

Après un long plaidoyer sur la langue française, le président de la République a commencé son discours par un hommage à « ces héros bien particuliers qu’on appelle les profs de français  » « Nous ne relèverons ce défi que si nous arrivons à faire lever une génération de militants et de héros : les professeurs de français. A chaque fois que nous avons décidé de fermer une classe ou de se priver d’un professeur, la langue française a reculé. »

En guise d’annonces, le Président a fixé l’objectif de doubler le nombre d’élèves dans les lycées français à l’étranger, qui accueillent actuellement près de 350.000 jeunes dans 500 établissements à travers le monde.

Lire la suite