Déplacements, écoles, travail, transports …. A quoi s’attendre à partir du 11 mai ?

Lors d’une intervention depuis Matignon, Edouard Philippe, a dévoilé ce jeudi les derniers détails d’un plan de déconfinement sous haute surveillance.  Carte des départements, déplacements, ouvertures des restaurants, des écoles, mesures de soutien aux entreprises… Retour sur les principales annonces du Premier ministre.

Accompagné par certains de ses ministre, Edouard Philippe a d’emblée annoncé depuis Matignon : « Le président de la République l’a confirmé : au vu des résultats sanitaires de ces derniers jours, la levée progressive du confinement peut être engagée ce lundi 11 mai ». « C’est une nouvelle étape dans le lutte contre l’épidémie, c’est une bonne nouvelle pour la France, pour les Français ».  Mais, modulant immédiatement son propos, il a averti que le pays était « coupée en deux » selon les situations sanitaires entre départements « verts » et « rouges« .Lire la suite

Édouard Philippe annonce une aide de 200 euros pour 800.000 étudiants et jeunes précaires

Lors de la présentation de la « stratégie nationale de déconfinement » devant le Sénat, Edouard Philippe, a annoncé le versement d’une aide financière aux étudiants et jeunes les plus démunis, pour les aider à faire face aux difficultés économiques provoquées par l’épidémie de coronavirus. 

En raison du confinement, les restaurants universitaires ont fermé, beaucoup de jeunes ont perdu les emplois dont ils ont besoin pour se nourrir et payer leur loyer, certains jeunes se sont retrouvés dans une situation que je sais dramatique ». Nous avons décidé de verser une aide de 200 euros à 800 000 d’entre eux », a annoncé le Premier ministre, alors qu’il présentait le plan de déconfinement du gouvernement aux sénateurs.Lire la suite

Quarantaine, contrôle, traçage : ce que contient le projet de loi pour prolonger l’urgence sanitaire

Le conseil des ministres a adopté samedi le projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Le texte qui encadre la stratégie nationale de déconfinement introduit ou précise certaines mesures : mise à l’isolement et placement en quarantaine, restriction des déplacements, élargissement du pouvoir de verbalisation, et mise en place d’un système de traçage des malades.

La « course de fond qui s’est engagée il y a un mois et demi […] n’est pas encore terminée« , a mis en garde Olivier Véran. Après un conseil des ministres extraordinaire, le ministre de la Santé et celui de l’Intérieur,  ont dévoilé samedi le projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire. Un texte articulé autour de sept articles, qui vise à « conforter le cadre juridique » et à l’ »élargir », pour « y intégrer les enjeux du déconfinement », qui doit commencer le 11 mai, a précisé M. Véran. Son examen en séance au Sénat est prévu dès lundi, à 14h30, puis dans la foulée, à l’Assemblée nationale mardi, en vue d’une adoption définitive dans la semaine.Lire la suite

Déconfinement : la première carte du déconfinement dévoilé

Le  directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, doit dévoiler ce jeudi dans la soirée, la première version de la carte du plan de déconfinement, présenté par Edouard Philippe, le 28 avril. Ce tableau de bord doit permettre de répartir les départements en deux groupes : les « verts » qui pourront amorcer plus rapidement leur sortie du confinement et les « rouges » qui devront composer, avec à la clé plus de contraintes.

Le code est basique et facile à comprendre. En vert, les territoires les plus épargnés, en rouge, les zones les plus touchées par le nouveau coronavirus. Bien que le 11 mai reste la date prévue pour le déconfinement, le Premier ministre Édouard Philippe l’a annoncé : certains départements pourraient rester confinés plus longtemps, en fonction de la situation sanitaire locale. La sortie du confinement mis en place le 17 mars ne prendra en effet pas la même forme selon les départements, et de la vitesse de propagation du virus dans leurs populations.Lire la suite

Déconfinement par département, écoles, tests, liberté de circuler … Les annonces d’Edouard Philippe

Lors d’un discours à l’Assemblée consacré au déconfinement des français, le Premier ministre a dessiné ce mardi les grandes lignes de l’après-11 mai. Une stratégie autour de six axes : la santé, l’école, le travail, l’activité commerciale, les transports, et les rassemblements. Zoom sur les annonces du chef du gouvernement.

« Monsieur le président, mesdames et messieurs les députés, voila donc le moment où nous devons dire à la France comment la vie va reprendre« , a déclaré Edouard Philippe, en préambule de son discours. « Si le confinement a constitué une étape nécessaire, il pourrait, s’il durait trop longtemps, entraîner des effets délétères. Il a été un instrument efficace, pour lutter contre le virus (…), pour contenir la progression de l’épidémie. » « Il nous faut donc, progressivement, mais aussi résolument, procéder à un déconfinement aussi attendu que risqué » a ajouté le chef du gouvernement, avant de livrer la feuille de route de l’exécutif.Lire la suite

Le plan de déconfinement présenté mardi à l’Assemblée

Le Premier ministre, Édouard Philippe présentera la stratégie de déconfinement de la France à l’Assemblée, mardi 28 avril, à 15 heures. Une présentation qui sera suivie d’un vote, malgré les demandes de report de l’opposition.

Samedi 25 avril dans la soirée, Matignon a soudainement accéléré la cadence : le plan de déconfinement qui devait être débattu au Parlement début mai, sera en fait soumis au vote des députés dès ce mardi, à partir de 15 heures. Le Premier ministre « colle » ainsi au plus près du calendrier fixé initialement par le chef de l’état lors de son allocution du 13 avril. Emmanuel Macron avait alors donné 15 jours au chef du gouvernement pour présenter une stratégie de déconfinement. Lire la suite

Un conseil européen crucial sur la relance de l’UE

Les Vingt-Sept se réunissent ce jeudi 23 avril pour tenter de sauver l’économie européenne à coups de milliards d’euros. Si les états membres de l’UE semblent s’accorder sur la nécessité d’un plan de relance de grande ampleur, les modalités pour y parvenir sont loin de faire l’unanimité. Entre partisans des « coronabonds » et défenseurs d’emprunts adossés au budget européen, plusieurs visions s’affrontent.

Après un accord de l’Eurogroupe le 10 avril dernier qui a permis de dessiner des mesures d’urgence, le plus dur commence pour les vingt-sept : trouver un accord sur un plan de relance de plusieurs centaines de milliards d’euros pour sortir l’Europe de la récession liée à la pandémie de Covid 19. Les dirigeants des états membres de l’Union Européenne (UE) se retrouvent une nouvelle fois ce jeudi par visioconférence à partir de 15 heures  (13h GMT). Unanimes sur la nécessité d’un plan de relance massif, les chefs d’Etat et de gouvernements doivent désormais trouver un consensus sur sur la forme que pourrait revêtir ce plan et les moyens engagés.Lire la suite

« Retour à l’école » : Blanquer dévoile les pistes du gouvernement

Le ministre de l’Education nationale, auditionné ce mardi par la commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale, a dévoilé le calendrier et les mesures envisagés pour la reprise des cours. Une reprise par petits groupés étalée sur trois semaines. Il faudra attendre le 25 mai pour que l’ensemble des élèves regagnent les bancs de l’école.

C’était une audition pour le moins attendue par les parents des quelque 12 393 400 élèves qui ont passé en 2020 les grilles des écoles, collèges et lycées en France. Auditionné en visioconférence dans le cadre de la commission de des Affaires culturelles et de l’Éducation à à l’Assemblée nationale, Jean-Michel Blanquer, le ministre de tutelle, a évoqué les différentes options retenues par l’exécutif pour la reprise des cours et le soutien scolaire tout au long de l’été.Lire la suite

Un décret ouvre droit au chômage partiel pour les journalistes pigistes

Un décret du 16 avril 2020 publié au Journal Officiel du 17 avril ouvre des droits aux chômage partiel aux journalistes pigistes. Ce texte permet également à d’autres professions d’obtenir un droit à indemnisation au titre de l’activité partielle : artistes, techniciens et ouvriers du spectacle vivant, mannequins, VRP, notamment. Explications.

C’est un décret inespéré pour nombre de jeunes « journalistes pigistes » qui subissent de plein fouet la crise liée au coronavirus. Bien souvent « laissés sur le carreau » depuis le début de la crise sanitaire, ces salariés vont pouvoir prétendre à un droit à indemnisation, grâce à un décret publié ce vendredi au JO. Les syndicats représentatifs de la profession avaient tiré début avril la sonnette d’alarme sur la situation de ces salariés précaires, que certains média refusaient d’inclure dans les demandes de chômage partiel. Et ce alors que ces journalistes sont parmi les premiers à avoir vu leurs revenus baisser, en raison d’annulations ou de baisses de commandes. La crise du Covid-19 ayant en effet  mis les finances des médias sous pression. Lire la suite

Edouard Philippe détaille les mesures du plan d’urgence économique

Face au choc pour l’Économie de l’épidémie de COVID 19, le gouvernement a présenté ce mercredi son deuxième budget rectificatif. Le premier ministre a détaillé à l’issue du Conseil des ministres, plusieurs dispositifs qui seront intégrés au projet de loi de finances rectificative (PLFR). A la clé, un budget de crise porté  à plus de 110 milliards d’euros pour permettre aux agents de l’Etat et aux français les plus modestes de faire face aux difficultés économiques rencontrées par le pays. Revue de détail.

Moins d’un mois après le premier correctif budgétaire, c’est un second budget rectificatif qui a été présenté ce matin par l’exécutif, afin de faire face à la crise sanitaire du COVID 19. « La crise exige des réponses à la hauteur du choc que nous subissons », a expliqué le premier ministre, Édouard Philippe, à la sortie du conseil des ministres. « Ce projet de loi de finances rectificative nous conduit aussi à réviser nos prévisions macro-économiques dans un climat d’incertitude extrême« , a poursuivi le chef du gouvernement, qui a estimé une contraction du produit intérieur brut de 8% pour un déficit de 9%, ainsi qu’une dette de 115% du PIB.Lire la suite